Californication, l’ovni Duchovny

Californication

Dire que Californication ne fait pas dans la finesse est un doux euphémisme. Mais que cette série est amusante et jouissive, si je peux m’exprimer ainsi! Amusante par la répartie de son héros, son langage cru et son cynisme. Jouissive par le non politiquement correct qui s’en dégage en permanence. Un peu d’air frais quoi!

Vendredi dernier, minuit, pas envie de dormir…j’allume la télé et tombe sur un épisode de la saison 2 que passe M6 actuellement. Pour tout vous dire, ce n’était pas une découverte puisque j’avais déjà vu une partie de la saison 1.

L’interprétation de Duchovny mérite à elle seule le coup d’oeil. Il campe avec un humour décapant le rôle d’un romancier en panne d’inspiration, père d’une fille de 16 ans qui se la joue rockeuse gothique. Quadragénaire larguée par la mère de sa fille dont il est encore follement amoureux, il est rattrapé par sa libido et saute un peu sur tout ce qui bouge pour combler la vacuité de son existence.
Ici pas de leçon de morale, pas de prise de tête, pas de critique sociale juste du sexe et de l’alcool comme prétexte à l’humour et à l’amusement.

Que ce soit les situations ou les dialogues, sexe mais surtout humour sont omniprésents. Et c’est ce qui fait que la série tient vraiment la route, même si il faut bien l’admettre elle ne relève pas du génie.
Jugez donc un peu, dans l’épisode de vendredi notre héros couche avec la mère du petit ami de sa fille (pas très moral!). La scène se passe dans la chambre de la mère qui lui explique, entre autres joyeusetés, qu’elle a ses règles. Une fois leur partie de jambes en l’air terminé, Duchovny (Hank Moody dans la série) se retrouve malencontreusement nu devant le fils/petit ami en se rendant dans la cuisine. L’ado lui fait alors savoir qu’il n’est pas content de la situation, puis s’en suit un plan où l’on suppose que le gamin lui regarde le sexe avec des yeux ronds comme des billes et de lui dire : « Tu n’as pas fait mal à ma mère au moins j’espère? ». Totalement incorrect et franchement comique, surtout lorsqu’en prime on voit la moue dubitative de Duchovny.

Alors californicatio-nons, juste pour passer un bon moment!

En savoir plus sur la série (interview, synopsis…) :
> Cliquer ici

> Crédits Photos : DR

Vous aimerez aussi :

Partager sur
A propos de l'auteur

Luzycalor - traduire lumière et chaleur - est le blog d'une petite curieuse adepte de cinéma, musique, littérature et culture urbaine en tout genre. Vaste champ d'investigation isn't it? Parce que si culture s'étale comme confiture, les deux ont en commun un petit goût sucré dont on devient très vite addict. Bienvenue dans mon univers, ce monde vu de ma fenêtre!

5 commentaires
  • Rxe - mai 27, 2010

    Oh la dernière saison est nulle ! Méga décevante ! (Sauf deux épisodes). j’espère qu’ils vont se rattraper l’année prochaine…
    J’pense qu’ils auraient du arrêter à la fin de la saison 1 (un peu comme 24 d’ailleurs).
    bisettes !

  • luzycalor - mai 27, 2010

    En fait je ne suis pas une assidue de la série. Je la mate juste de temps en temps à l’occasion, et à chaque fois je m’amuse beaucoup. En plus je trouve cela tellement politiquement incorrect que pfff ça fait du bien 😉

  • Stéphan - décembre 5, 2011

    Son efficacité comique est irrésistible, et ça empire, c’est peu dire.

  • Inthecrazyhead - mars 14, 2012

    Une de mes séries préférées ! Tu résumes bien son esprit : drôle, cynique et décapant. Dommage que tu ne la suives pas de façon plus intéressée car le personnage de Moody est beaucoup plus qu’un simple obsédée qui bouche les trous de sa vie bordélique :-) Je te conseille vraiment de la regarder avec un oeil plus attentif, elle le mérite largement 😉

    • luzycalor - mars 14, 2012

      Ok pigé! Ca me donnera l’occasion d’y retourner car pour tout te dire cela fait un bail.

Laisser un commentaire

Cinéma : Nicolas Silhol

Fil d’infos

Archives