Courtney Love : serait-ce le grand « Hole » ?

Courtney Love

Musicienne. Actrice. Activiste. Provocatrice. Courtney Love n’est pas à un adjectif près. Me viennent aussi les mots « Fascinante » et « Flippante ».

Accusée d’avoir mené Kurt Cobain au suicide, elle sera descendue en flèche par la critique, à la sortie de Live Through This (second album de son groupe Hole), laquelle répand la rumeur que l’album aurait été composé par feu Cobain dont le corps sans vie fut retrouvé 4 jours avant que l’œuvre ne sorte. Pourtant Live Through This sera bien accueilli par le public puisque près d’un million d’exemplaires s’écouleront l’année suivant sa parution. Punk, rock, pop ou encore grunge, l’album cumule mélodies agréables et cris de colère. Avec délicatesse ou rage, le groupe nous engouffre dans son univers angoissé et troublant, sur le point d’exploser, souvent menaçant mais toujours magnifique.

Puis, on la découvre comme actrice. Excellente actrice même dans Larry Flynt de Milos Forman. Elle y joue Althéa Leasure, femme du producteur-pornographe, embarquée dans une fabuleuse mais extravagante histoire d’amour. Elle s’y impose dans un rôle prédestiné puisque sexe et drogue y trouvent largement leur place.

S’il semble difficile à première vue d’avoir de la sympathie pour ce personnage haut en couleur, qui attire autant les projecteurs que les ennuis, qui n’hésite pas à « péter la gueule » de ceux qui l’affrontent et qui mène une vie rock ‘n’ roll au sens propre du terme (n’en déplaise au lectorat de Philippe Manoeuvre qui voit du rock ‘n’ roll dans tout et rien), cette reine du punk m’émeut pourtant. Elle s’effondre chaque fois pour mieux se relever. Derrière ses albums, on devine des bribes de vie et, pendant qu’elle s’égosille, on ressent son besoin impérieux d’évacuer frustrations et angoisses.

Le mois dernier, elle sort Nobody’s Daughter qu’elle signe sous le nom de Hole. Un retour un poil anachronique au rock à grosses guitares. Bon, à la fois, passée une première partie enlevée et plutôt réussie, il faut souligner que l’album s’essouffle rapidement. Mais la chanson éponyme vaut vraiment le détour.

Alors quoi, que se passe t-il encore Courtney? Alors que de nombreux fans attendent ta tournée européenne, tu te défiles et leur fais faux bond. Déprime, caprice de star ou vente insuffisante de billets? Toujours est-il que quelques jours à peine avant la sortie de Nobody’s Daughter le groupe de Courtney annulait sa tournée au grand damne du public. Seules les dates anglaises ont été maintenues. Point donc de Bataclan le 17 mai prochain. Les amateurs apprécieront.


 

 

> Sortie de Nobody’s Daughter : 27 avril 2010
> Annulation de la tournée européenne.

Vous aimerez aussi :

Partager sur
A propos de l'auteur

Luzycalor - traduire lumière et chaleur - est le blog d'une petite curieuse adepte de cinéma, musique, littérature et culture urbaine en tout genre. Vaste champ d'investigation isn't it? Parce que si culture s'étale comme confiture, les deux ont en commun un petit goût sucré dont on devient très vite addict. Bienvenue dans mon univers, ce monde vu de ma fenêtre!

Laisser un commentaire

Découverte musicale

Fil d’infos

Archives