Gustave Moreau et le Symbolisme

Gustave Moreau - Salomé

J’ai connu Gustave Moreau en lisant Joris-Karl Huysmans. Quel lien me direz-vous? Pour moi et au départ, simplement une couverture. Celle d’un livre « A rebours » qui m’avait été conseillé par mon prof de philo. Quel ne fut pas mon émerveillement de découvrir la fameuse « Salomé » pointant de son doigt vengeur la tête de Jean-Baptiste. Le charme opérait déjà. Je repérais le courant symboliste imprégné de mysticisme et je tombais allègrement dans la marmite.

« La peinture fait écrire » disait Georges Bataille et j’avoue qu’au fil de ma lecture, l’œuvre de Gustave Moreau me paraissait encore plus intéressante sous la plume de Huysmans et au regard de son anti-héros nommé « Des Esseintes ». Au passage je conseille fortement la lecture de « A rebours ». Joyau de la littérature décadente, ce livre culte est un livre pas du tout ennuyeux sur l’ennui vécu dans une existence littéraire et secrètement religieuse. Un petit bijou du 19ème siècle rompant brutalement avec l’esthétique naturaliste de l’époque dont le chef de file était Emile Zola et qui valu à son auteur le rejet total d’un certain milieu littéraire. Même les plus en phase avec Huysmans, comme Barbey d’Aurevilly lui aurait prédit à la lecture du roman le fait qu’il devrait un jour choisir entre « la bouche d’un pistolet ou les pieds de la croix », traduisez entre le suicide ou la conversion religieuse.

Bref, pour en revenir à Gustave Moreau, je ne peux que vous conseiller ce peintre de talent dont l’art s’adresse d’abord à l’esprit. Sa peinture fait rêver et nous transporte vers un autre monde. D’ailleurs Moreau selon ses propres mots avait fait choix de créer une œuvre où « l’âme pourrait trouver toutes les aspirations de rêve, de tendresse, d’amour d’enthousiasme, et d’élévation religieuse vers les sphères supérieures, tout y étant haut, puissant, moral, bienfaisant, tout y étant joie d’imagination de caprices et d’envolées lointaines aux pays sacrés, inconnus, mystérieux ».

Et son style, que dire de son style? Outre les symboles et petits détails que l’on voit apparaître dans sa peinture (que certains qualifient d’ailleurs de surchargée mais que moi j’adore!), Moreau effectue un travail de coloriste exceptionnel. Tout y est travaillé pour obtenir des tons rares, des bleus et des rouges éclatants, des ors roux ou patinés.

Je suis allée il y a quelques temps maintenant dans sa maison d’artiste reconverti en Musée au 14 rue de la Rochefoucauld dans le 9ème arrondissement de Paris et je ne peux que vous inviter à vous y rendre tant l’endroit est agréable. Comble de tout vous ne serez pas à l’étroit car, et c’est bien dommage, les gens ne s’y bousculent pas. Mais je considère finalement cela plutôt comme un luxe en ces temps où l’on ne peut plus se déplacer quelque part sans faire des heures de queue et se marcher les uns sur les autres pour réussir à voir ce pour quoi l’on s’est déplacé .

En attendant, je vous propose juste pour le plaisir des yeux quelques œuvres de l’artiste.

Galatée

Hésiode et la Muse

La Toilette

Salomé

Salomé dansant devant Hérode

Apollon et les neuf muses

 

Vous aimerez aussi :

Partager sur
A propos de l'auteur

Luzycalor - traduire lumière et chaleur - est le blog d'une petite curieuse adepte de cinéma, musique, littérature et culture urbaine en tout genre. Vaste champ d'investigation isn't it? Parce que si culture s'étale comme confiture, les deux ont en commun un petit goût sucré dont on devient très vite addict. Bienvenue dans mon univers, ce monde vu de ma fenêtre!

5 commentaires
  • Le Chat Masqué - décembre 13, 2010

    Le musée Gustave Moreau fait toujours partie de mon programme lorsque je vais à Paris. Mais le temps file à toute allure et je n’ai pas encore su y mettre les pieds ! Honteux.

  • Luzycalor - décembre 13, 2010

    Gustave Moreau est un génie. Un de mes peintres préférés. Ce musée est un lieu de plaisir, mais j’avoue que ma dernière visite remonte un peu maintenant. Il est peut-être l’heure d’aller y refaire un tour 😉

  • Boris - mars 13, 2017

    Je suppose que nous n’avons pas eu le même prof de philo mais le mien m’a aussi conseillé « A rebours » et « Histoire de l’œil » de Bataille. C’était en 68, en Vendée. Et j’en suis arrivé à Gustave Moreau pratiquement par le même biais. Et oui, voir ses immenses peintures dans sa maison est une expérience privilégiée.

    • Luzycalor - mars 13, 2017

      Je pense en effet que nous n’avons pas eu le même prof de philo. Les dates ne coïncident pas :)
      « Histoire de l’Oeil » je ne connais pas, je vais tenter. merci à vous pour votre passage Boris.

Laisser un commentaire

Cinéma : James Mangold

Fil d’infos

Archives