Agrippine ou l’adolescence selon Brétecher

Agrippine - Claire Bretecher

Connaissez-vous Agrippine? Je ne vous parle pas de la descendante de l’empereur Auguste, je vous parle de cette ado des années 90, décomplexée, cynique, teigneuse, désabusée mais profondément touchante qu’a scénarisée Claire Bretécher dans une bande-dessinée.

Si j’ai passé l’âge de m’identifier à ce type de personnage, j’avoue que certaines des situations décrites me rappellent parfois ce que j’ai pu vivre ou penser au même âge. Mes interrogations sur la vie, les rapports homme-femme, la famille, l’amitié en générale, l’avenir en particulier le tout à travers la vision des choses de cette jeune-fille en révolte, abordé dans un langage « fleuri » à souhait. Un langage réinventé par l’auteur, totalement mystérieux, constellé de « faiche » (traduisez fais chier), « laisse Bouygues » (traduisez laisse « béton » en verlan – béton, Bouygues…vous me suivez?) ou encore « prendre vapeur » (traduisez s’énerver) pour ne citer que ceux-là.

Agrippine c’est tout un univers drôlissime et extravagant. A la maison, des parents ex-soixante-huitards attardés à qui elle en fait voir de toutes les couleurs. Une mère mal dans sa peau de femme peu comblée par un mari totalement déjanté dont le passe temps favori consiste à écrire des traités illisibles sur les moules et les huîtres. Une arrière grand-mère sénile mais bon pied- bon œil qui promène des bombes de peinture dans une poussette, une grand-mère dynamique qui refuse de vieillir et enfin, un petit frère insupportable qu’elle maltraite en permanence.

L’univers du « pénitencier » (traduisez lycée) est tout aussi burlesque. Outre sa meilleure amie Bergère à qui elle confie ses plus grands secrets, Agrippine est entouré d’un tas de copains boutonneux trainant leur mal de vivre. Claire Bretecher raconte les tribulations de cette gamine avec un humour décapant et sans concession. Elle sait secouer avec malice les phénomènes sociaux de notre époque pour mieux nous faire rire de sujets parfois tabous.

Si certains lui ont reproché d’être trop caricaturale dans sa définition d’une jeunesse un peu paumée moi je trouve sa bande dessinée rafraîchissante, assez réaliste et plutôt marrante. Qui plus est, le dessin me plaît beaucoup : un trait un peu nerveux simple mais efficace.

Intéressé(e)? Voici les différents volumes :

* Agrippine (édité par l’auteur)
* Agrippine prend vapeur (édité par l’auteur)
* Les combats d’Agrippine (édité par l’auteur)
* Agrippine et les inclus (édité par l’auteur)
* Agrippine et l’ancêtre (Hyphen)
* Agrippine et la secte à Raymonde (Hyphen)
* Allergies (Hyphen)
* Agrippine déconfite (Dargaud)

Vous aimerez aussi :

Partager sur
A propos de l'auteur

Luzycalor - traduire lumière et chaleur - est le blog d'une petite curieuse adepte de cinéma, musique, littérature et culture urbaine en tout genre. Vaste champ d'investigation isn't it? Parce que si culture s'étale comme confiture, les deux ont en commun un petit goût sucré dont on devient très vite addict. Bienvenue dans mon univers, ce monde vu de ma fenêtre!

1 commentaire
  • Dree - août 30, 2010

    ^^

    Oh Agrippine ! J’ai toujours connu ce personnage et beaucoup aimé ! =)

Laisser un commentaire

Festival de l’été

Fil d’infos

Archives