Là où poussent les roses sauvages…

wild roses grow 2

Je vous invite aujourd’hui à faire un petit détour par ce duo des plus surprenants qu’ont formé Nick Cave et Kylie Minogue avec « Where the Wild Roses Grow » de l’album « Murder Ballads ». Pourquoi ce choix?

D’abord pour le ténébreux Nick. Tronche de travers, voix caverneuse, cheveux couleur corbeau plaqués et gominés, moustache (fut un temps) et rouflaquettes (pas du meilleur effet), celui qui cultive la mauvaise graine entretient également un vrai talent d’auteur compositeur-chanteur. Je l’ai découvert avec  « Do You Love Me? » où sa voix d’outre-tombe m’a fait chavirer. Puis « THE revelation » avec le flippant « Murder Ballads » à l’ambiance quasi-apocalyptique. Timbre vocal rauque et puissant, musique chaotique et dissonante, paroles violentes et inquiétantes, tout y est glauque, noir et… somptueux.

Deuxième raison de ce choix, Kylie pensez-vous? Eh bien non, pas du tout, quoi qu’elle ne soit pas dénuée de talent et de charme. Non, ce serait plutôt pour l’évocation moderne de la légende d’ Ophélie à laquelle la chanson fait référence. De Gustave Moreau à Rimbaud en passant par Vanessa Paradis, Nick Cave et bien d’autres encore, Ophélie représente une source d’inspiration multiple depuis Shakespeare. « Where the Wild Roses Grow » lui rend hommage à travers la fragile et sauvage Eliza Day dont le destin se verra briser d’un coup de pierre sur le front assené par son amant afin de stopper la fuite du temps et le déclin physique afférent.

Eliza repose près de la rivière where the wild roses grow, figée pour l’éternité. Juste magnifique!


En savoir plus :

> Le site officiel de « Nick Cave and the Bad Seeds »
> Lire une explication complète de « Where the Wild Roses Grow »
> Lire le poème Ophélie d’Arthur Rimbaud
> Un nouvel album en 2011

Vous aimerez aussi :

Partager sur
A propos de l'auteur

Luzycalor - traduire lumière et chaleur - est le blog d'une petite curieuse adepte de cinéma, musique, littérature et culture urbaine en tout genre. Vaste champ d'investigation isn't it? Parce que si culture s'étale comme confiture, les deux ont en commun un petit goût sucré dont on devient très vite addict. Bienvenue dans mon univers, ce monde vu de ma fenêtre!

6 commentaires
  • carmadou - décembre 16, 2010

    C’est vrai que Murder ballads est un album dont on se lasse pas… c’est vrai qu’on est étonné de le retrouver avec Kylie Minogue, mais on est tout de suite emballé par la performance… J’aime aussi le deuxième duo qu’il forme avec PJ Harvey sur Henry Lee mais la rencontre entre eux semble plus naturelle…
    Aujourd’hui Nick Cave est de retour sur ma playlist….plus de souci pour affronter le grand froid…

  • Isabelle - décembre 16, 2010

    Aaaaahhh cette chanson ! Je l’adore, je crois que je l’ai écoutée en boucle dans la voiture à l’époque de mes road trips !! Ca faisait longtemps. Et j’ai moi aussi des frissons face à la noirceur terrible de cette chanson, des paroles et de ce qu’elle évoque…

  • Luzycalor - décembre 16, 2010

    @Carmadou, Nick Cave est toujours sur ma playlist 😉 et oui plus de souci pour affronter le grand froid du coup.
    J’adore sa connivence avec PJ Harvey et je me plais à m’interroger sur ce couple ténébreux, attirant et effrayant à la fois. Il et elle dégagent une sensualité incroyable! Henry Lee est chouette également.
    @ Isabelle, moi aussi je l’ai écoutée très souvent et je trouve ce duo fantastique et le clip visuellement super beau.

  • Elisa - décembre 17, 2010

    Merci pour partager :)
    Et merci pour passer par mon blog voyageur :)
    Amicalement
    Elisa, en Argentine

  • Didier - février 4, 2011

    Il y a des coïncidences comme ça : juste ce matin, Nick Cave tournait en boucle ici, pour la première fois depuis bien longtemps. Avec justement en tête de liste Where the Wild Roses Grow, Henry Lee, et aussi Weeping Song, Stranger than Kindness…
    Et par la même occasion : très sympa toutes ces choses vues de ta fenêtre 😉

    • Luzycalor - février 4, 2011

      Ah oui, c’est vraiment amusant ça! Je suis une fan inconditionnelle du bonhomme et de sa voix rocailleuse. Where the Wild… et Henry Lee font d’ailleurs partie de mes morceaux préférés. Merci à toi d’être venu me rendre visite et à très bientôt.

Laisser un commentaire

Découverte musicale

Fil d’infos

Archives