Bonjour Tristesse

bonjour tristesse 4

Je viens de relire cet excellent roman de Françoise Sagan. Si aujourd’hui je suis totalement convaincue j’ai curieusement mis du temps avant de me lancer dans un Sagan. Quand j’étais gamine, cette femme me faisait peur. Inaudible, parfois incohérente, physique disgracieux et réputation d’oiseau de nuit rongé par l’alcool, je crois que je craignais d’entrer dans un univers que je pensais m’être étranger et que je pressentais à tort inaccessible. Idiotie de ma part. Jugement hâtif et sans fondement. En fait cette femme était sans nul doute une vraie épicurienne, attachante et libre à la fois et c’est finalement cette manière de voir la vie que reflètent ses romans.

Quand enfin j’ai goûté, je me suis vite rendue compte qu’avec Bonjour Tristesse j’abordais une œuvre marquante, de celle qui vous laisse vide une fois terminée, que l’on a envie de regoûter souvent et qui finalement nous construise un peu.

Françoise Sagan a écrit ce roman a 17 ans, le même âge que celui de Cécile son héroïne. L’intrigue se déroule à Saint-Tropez. Cécile et son quadragénaire de père vivent tous les deux une vie sans entrave, libres et quelque peu insouciants. Le père semble plus préoccupé à courir les jeunettes qu’à parfaire l’éducation de sa fille qui y trouve son compte. Arrive alors dans leur vie, au beau milieu de ces vacances de rêve, une femme de 42 ans, belle, intelligente, cynique et fascinante qui va chambouler ce bel ordre établi et apprivoiser le père. Cécile se sent acculée, prise au piège et la voit comme « un beau serpent venu tout leur voler ». Craignant de perdre sa liberté, l’adolescente décide alors de convaincre son petit ami et voisin – Cyril – de simuler une aventure amoureuse avec l’ex-compagne de son père, délaissée quelques jours à peine après l’arrivée de « l’intrigante », afin de rendre son volage de père  jaloux.

Je vous tairai la fin (surtout pour ceux convaincus par la lecture) bien que le titre en dise déjà long sur le sujet. J’y ai particulièrement apprécié l’ambivalence des sentiments de la jeune-fille tiraillée entre son désir de faire disparaître cette femme qui lui vole sa liberté (et au passage son père) et sa fascination pour un être à qui tout semble réussir. Publié en 1954, Bonjour tristesse fit scandale mais pas pour les bonnes raisons. Le scandale tournait autour du fait qu’une jeune femme (Cécile) puisse coucher avec un homme (cyril) sans se retrouver enceinte et devoir se marier. Or le vrai scandale de cette histoire, Sagan le révèlera elle-même, vient plutôt de l’attitude de Cécile dont l’inconscience, l’égoïsme et le cynisme conduiront au tragique.

Pourtant, on ne peut s’empêcher de la comprendre parfois un peu…

Fort de son succès, ce roman fut également adapté au cinéma par Otto Preminger en 1958. Cerise sur le gâteau c’est la sublime Jean Seberg qui repris le rôle de Cécile. Je vous propose la scène finale absolument remarquable :

Vous aimerez aussi :

Partager sur
A propos de l'auteur

Luzycalor - traduire lumière et chaleur - est le blog d'une petite curieuse adepte de cinéma, musique, littérature et culture urbaine en tout genre. Vaste champ d'investigation isn't it? Parce que si culture s'étale comme confiture, les deux ont en commun un petit goût sucré dont on devient très vite addict. Bienvenue dans mon univers, ce monde vu de ma fenêtre!

13 commentaires
  • vert cerise - janvier 3, 2011

    OOh, je ne savais pas qu’il avait été adapté au ciné. C’est un de mes livres favoris pourtant. Je vais essayer de le trouver ce film. :)

  • Luzycalor - janvier 3, 2011

    Ecoute, moi non plus je ne le savais pas; Jusqu’à ce que j’écrive cet article et que je découvre sur Internet que le roman a été adapté par Otto Preminger, en plus avec une distribution des plus sympa. Je vais également essayer de me le procurer .

  • carmadou - janvier 4, 2011

    C’est drôle je viens de relire récemment ce livre, ce qui est remarquable c’est la qualité d’écriture et sa maturité pour un premier roman. Il y a à lire une biographie passionnante de Sagan « Sagan à toute allure » de Marie-Dominique Lelièvre qui doit pouvoir se trouver chez Folio, qui permet de mieux comprendre ce personnage étonnant.

  • luzycalor - janvier 4, 2011

    Effectivement le terme maturité est bien choisi quand on sait que ce roman a été écrit à 17 ans. Merci pour l’info bio, je ne manquerai pas de me la procurer car Sagan me fascine vraiment aujourd’hui.

  • Le Chat Masqué - janvier 4, 2011

    Merci Luzycalor : je veux lire le livre (déjà dans ma bibliothèque parmi les innombrables « en attente » et je veux regarder le film (Preminger, Laura…. grrrrrrr, j’adore !).
    Ton article est aussi très bien écrit…

  • Estellecalim - janvier 4, 2011

    Je suis comme toi, ce livre fait partie des livres que je lirai un jour, quand le moment sera le bon, mais en attendant, je ne suis pas sure d’accrocher tout en sachant bien qu’il s’agit d’un livre majeur. Ton billet me le confirme :)

  • luzycalor - janvier 4, 2011

    @ Le Chat Masqué :
    Le livre est à lire absolument c’est un fait .. .et le film, on ne peut plus passer à côté! Je suis d’accord avec toi, Laura waouhh. La rencontre des deux devraient être géniales. Merci pour le compliment. A bientôt

    @ Estellecalim : Prends ton temps mais ne tarde pas trop, tu pourrais découvrir un petit bijou 😉 Merci de ton petit mot et à bientôt.

  • Elisa - janvier 4, 2011

    J´aime lire en francais, doucement bien sûr.
    Alors, je l´ajoute à ma liste pour cette année.
    Merci et amitiés

  • carmadou - janvier 4, 2011

    Je ne veux pas vous décevoir sur le film mais ce n’est pas tout à fait le Premminger de Laura….

  • Luzycalor - janvier 4, 2011

    @ Elisa : J’espère qu’il te plaira. A très bientôt et merci pour ton message.
    @ Carmadou : Que veux-tu dire par là? Qu’il est pourri? Tu l’as vu? S’il n’en vaut pas la peine, je serai déçue de voir un navet alors que le livre est incroyable!

  • carmadou - janvier 4, 2011

    pas un chef d’oeuvre comme Laura, mais Jane Seberg est lumineuse… Je l’ai vu il y a un certain temps il ne m’a pas laissé un souvenir impérissable, mais pas un navet quand même!

  • Diane - janvier 10, 2011

    Je vais me faire lyncher mais : je ne l’ai pas encore lu… Oui j’ai vraiment honte.
    Je vais y remédier au plus vite.

  • Luzycalor - janvier 10, 2011

    Non, non pas de lynchage en perspective juste un petit mot pour te dire que tu passes à côté de quelque chose…mais tu as encore le temps de te rattraper :-)

Laisser un commentaire

Festival de l’été

Fil d’infos

Archives