The King’s Speech

Le discours d'un roi

J’étais invitée hier soir à une projection presse du « Discours d’un roi ». Plutôt simple et conventionnel dans la réalisation, souffrant même parfois de quelques longueurs, le film m’a pourtant beaucoup intéressé et présente l’avantage de s’attarder sur la vie d’un monarque assez méconnu.

Au départ quelques marches à monter, une lumière rouge à observer comme amorce d’un discours à effectuer devant une foule attentive: le Duc d’York que campe l’excellent Colin Firth est terrorisé. Car celui qui deviendra Georges VI, futur roi d’Angleterre et père de l’actuelle souveraine, souffre d’un grave problème d’élocution qui le rend incapable de s’adresser à la foule.

Au delà du contexte historique très peu abordé (on y apprend quand même que Georges VI fut à l’origine d’un discours à la nation justifiant l’intérêt de déclarer la guerre à Hitler ) le film met surtout l’accent sur la rencontre improbable entre deux personnages que tout oppose, à savoir ce roi bègue et son extravagant orthophoniste Lionel Logue que joue Geoffrey Rush. Geoffrey Rush, assez curieusement je me suis tout au long du film posée la question de savoir où j’avais déjà bien pu voir cette tronche décalée. En fait, il s’agit de Barbossa dans Pirates des Caraïbes. Rien à voir avec le rôle de Logue bien entendu mais par contre quelle gueule! Je trouve cet acteur franchement charismatique. Et le Discours d’un roi ne fait pas exception à la règle. L’acteur y est juste, drôle, touchant, tout en finesse. Remarquable quoi! Rien que pour lui je trouve que le film mérite le détour. On rit de l’impertinence de ce thérapeute qui se permet de donner du « Bertie » à sa majesté, de son sens de l’humour « so british ». On s’émeut de l’amitié naissante puis réelle entre ces deux hommes qui finissent par se confier l’un à l’autre. Un sans-faute également pour le reste de la distribution avec Helena Bonham Carter dans le rôle de la femme de Georges VI, et Timothy Spall, génial en Churchill.
Si avec le discours d’un roi vous êtes assuré de passer un agréable moment, il lui manque toutefois juste… un petit brin de génie.

Le Discours d’un roi est un film réalisé par Tom Hooper, avec Colin Firth, Geoffrey Rush et Helena Bonham Carter.
Sortie en salles : le 2 Février 2011.

Vous aimerez aussi :

Partager sur
A propos de l'auteur

Luzycalor - traduire lumière et chaleur - est le blog d'une petite curieuse adepte de cinéma, musique, littérature et culture urbaine en tout genre. Vaste champ d'investigation isn't it? Parce que si culture s'étale comme confiture, les deux ont en commun un petit goût sucré dont on devient très vite addict. Bienvenue dans mon univers, ce monde vu de ma fenêtre!

14 commentaires
  • Le Chat Masqué - janvier 11, 2011

    J’espère que tu as pu le voir en VO (je dis ça par rapport à la bande annonce en VF, snif). Le Chat arrête de t’embêter et te remercie pour cet article annonciateur d’un prochain bon film à voir !

    • luzycalor - janvier 11, 2011

      Oups tu as bien raison de me le signaler. D’ailleurs je vais essayer de trouver la Bande annonce en V.O et oui le Chat Coquin, je l’ai vu en V.O.

  • Diane - janvier 12, 2011

    J’étais invitée également et j’ai vraiment regretté de ne pas pouvoir y aller. J’aime beaucoup Colin Firth et sa présence dans un film le rend forcément bon à mes yeux (pas très objectif je sais). Je vais certainement aller le voir au cinéma.

    • Luzycalor - janvier 12, 2011

      Ah c’est trop dommage, on aurait pu se voir. A la fois il aurait été difficile de se retrouver car tu viens pour voir le film et tu pars après en ayant parlé à presque personne. Mais c’est vraiment sympa de pouvoir mater en avant première un film intéressant, ce dans des conditions franchement agréables.
      Colin Firth est un très bon acteur en effet, n’hésite pas à y aller.
      A bientôt

  • Diane - janvier 12, 2011

    En revanche on ne peut pas y aller accompagnée non ?

  • Luzycalor - janvier 12, 2011

    Oui, je crois que tu peux y aller accompagnée. Il faut simplement que tu préviennes avant ce qui est plutôt normal.

  • Diane - janvier 12, 2011

    Ah d’accord, à la prochaine invit on se fait signe !

    • Luzycalor - janvier 12, 2011

      Avec grand plaisir!

  • carmadou - janvier 13, 2011

    Comme le chat masqué m’a donné l’envie de me replonger dans les « histoire(s) du cinéma » de Jean-Luc Godard, je suis allé voir dans ce long poème le sort du cinéma anglais vite réglé:

    Les anglais ont fait ce qu’ils font toujours
    dans le cinéma
    rien

    J’imagine déjà un film de « qualité anglaise » un brin académique, mais pour nous petits frenchies il est toujours dépaysant d’aller leur rendre visite, alors assurément nous irons y jeter un coup d’oeil…

    • luzycalor - janvier 13, 2011

      Je ne connais pas « Histoire(s) du cinéma » de Jean-Luc Godard. Pour tout te dire Godard m’agace et m’ennuie. Je trouve certains de ses films parfaitement abscons. Ce monsieur est sûrement un grand intellectuel mais son cinéma s’adresse avec suffisance à un certain public, en en laissant une majorité sur le côté. Il est de très loin le cinéaste de la nouvelle vague que j’aime le moins.
      Seule pépite à mon sens : Le Mépris. Mais j’avais tellement aimé la lecture du roman de Moravia que je me suis laissée charmer par l’adaptation personnelle qu’il en fait, remarquable sur le plan esthétique.
      Pour en revenir à son allégation je la trouve parfaitement injuste et extrêmement rude mais j’imagine qu’il a du la justifier…Des réalisateurs tels Hitchcock (OK britano-américain) Frears, Ivory, Loach ou encore de plus anciens comme Chaplin (pardon si j’en oublie mais je les cite à chaud) ont su me faire bien plus vibrer avec un cinéma intelligent et exceptionnel que Godard dont j’avoue je ne connais pas toute la filmographie. Mais ce que j’ai vu m’a largement suffit!
      Pour en revenir au film à proprement parler, il est effectivement académique mais comme tu le dis si bien, pour nous frenchies, il est toujours dépaysant – et je rajouterais plaisant – d’aller rendre visite à nos amis anglais; alors oui, si le coeur t’en dit, vas y jeter un oeil 😉

  • carmadou - janvier 13, 2011

    J’ai jeté comme cela une citation sortie de son contexte de « JLG » que j’envoie au casse pipe…je me dois de lui venir un peu en aide… Ce passage vient après une éloge du cinéma italien qui a en quelque sorte par les films d’après guerre (Rome ville ouverte, Paisa)de Rosselini redonné un honneur à ce pays qui s’était perdu dans les pires tourments… il a voulu mettre en avant que le cinéma anglais n’a jamais existé en tant que tel, il y a eu évidemment de grand cinéastes anglais mais jamais véritablement une école de cinéma anglais, de mouvement cinématographique propre à l’Angleterre.
    Nous avons tous un cinéaste de la nouvelle vague que nous aimons moins moi c’est Rohmer que je n’arrive pas aimer, excepté « l’anglaise et le duc » qui été une vraie surprise.

    😉

    • Luzycalor - janvier 13, 2011

      Je me doutais bien que c’était hors contexte mais ça m’a permis de dire ce que je pensais de Godard que je trouve bien souvent surévalué (mais cela n’engage que moi). Par contre j’aime bien Rohmer…On ne peut pas toujours être d’accord :-)

  • Elisa - janvier 14, 2011

    Cou cou!
    Je regarde tout ce qui fait Colin Firth.
    Je ne sais pas pourquoi…
    En fait, je le sais: c´est parce que je l´adore :)
    Bon weekend!

  • Luzycalor - janvier 14, 2011

    Je suis d’accord. Très bon acteur en effet. Bon week-end à toi Elisa.

Laisser un commentaire

Festival de l’été

Fil d’infos

Archives