Femmes de dictateur

Femmes de dictateur - Diane Ducret

Elles s’appelaient Nadia, Elena, Catherine, Jiang Qing…Toutes ont partagé l’intimité d’un dictateur, certaines les accompagnant dans l’ignominie jusqu’à en devenir de plus grand tyran, d’autres les admirant ou les fuyant au point de se donner la mort. Car si les histoires d’amour finissent mal en général, celles avec de tels mégalomanes se terminent très souvent dans la déréliction, la folie ou le sang.

Avec Femmes de dictateur, Diane Ducret revient sur les destins des épouses ou maitresses de despotes certes, mais aussi de grands séducteurs. Car oui, et c’est là le tour de force de cet auteur, nous présenter ces monstres de l’histoire comme des « Humains » doués d’émotions et de sentiments.

Parfois entraînées malgré elles dans la folie de leur compagnon, la plupart de ces épouses alimenteront toutefois cette spirale de démence avec ferveur. Les cas les plus caractéristiques présentés dans le livre étant ceux de Jian Qing et d’Elena Ceausescu.

Quatrième femme de Mao (sa deuxième femme ayant été décapitée sauvagement par les nationalistes, sa troisième grièvement blessée pendant la Longue Marche), Jian Qing est détestée du peuple Chinois. Nommée par son époux Chef adjoint de la révolution culturelle, elle ménera dans l’ombre la Grande Révolution. Elle en profitera pour persécuter de nombreux Chinois faisant disparaître également tous ses opposants dans d’obscures circonstances.

Elena Ceausescu quant à elle se révèlera grande manipulatrice et prête à tout pour arriver au pouvoir. Souhaitant acquérir par ailleurs une crédibilité intellectuelle, elle limogera le doyen d’une faculté lui refusant le titre de Docteur pour en mettre à la place un plus complaisant. A force de doctorats factises, elle s’improvisera grande prêtresse des questions de santé publique et imposera des contrôles gynécologiques systématiques en entreprise pour les femmes célibataires. L’idée étant d’interdire l’avortement considéré comme un acte grave contre la santé, influant négativement sur la croissance de la population.

Découpés par dictateurs (Mussolini, Lénine, Staline, Mao, Salazar, Bokassa, Ceausescu, Hitler), j’ai trouvé ce livre passionnant et d’une lecture aussi aisée que celle d’un roman. Sans tomber dans la naïveté la plus profonde, j’avoue également avoir été choquée par les relations que quelques-uns de nos dirigeants entretenaient de leur plein gré avec certains de ces tueurs nés. Un livre à ne pas rater.

Vous aimerez aussi :

Partager sur
A propos de l'auteur

Luzycalor - traduire lumière et chaleur - est le blog d'une petite curieuse adepte de cinéma, musique, littérature et culture urbaine en tout genre. Vaste champ d'investigation isn't it? Parce que si culture s'étale comme confiture, les deux ont en commun un petit goût sucré dont on devient très vite addict. Bienvenue dans mon univers, ce monde vu de ma fenêtre!

9 commentaires
  • carmadou - mars 2, 2011

    Je lis ce papier et la première impression qui me vient, c’est de me dire tous hétérosexuel …Je me gratte le cerveau et aucun nom ne me vient à l’esprit…qui contredirait ce fait.

    Tu te spécialises définitivement dans les desperate housewives, celles là il va être difficile de les plaindre!

  • luzycalor - mars 2, 2011

    Humm pas sûre de comprendre ta première phrase Carmadou, tu veux dire qu’aucun n’était homo?…Quant aux desperate housewives, ces dames étaient très loin de l’être crois-moi. Difficile de les plaindre par contre ça c’est sûr!!

    • carmadou - mars 2, 2011

      ou en effet aucun était homo (ou affichait son homosexualité), mais c’est vrai pour tous même pour les chefs d’état démocratiques, ils sont toujours finalement accompagnés.

      Je me rappelle au début du quinquennat quand notre président s’est retrouvé célibataire, cela n’a pas été simple au niveau de la communication lors des voyages officiels. Je pense qu’un célibataire aurait du mal à être élu. C’est un peu rétrograde il me semble, cette nécessité de se présenter en couple!

      Pour revenir aux épouses de dictateurs ont elle été toutes en accord avec les choix de leurs maris? Je me demande si la deuxième épouse de Staline n’a pas contesté ses choix et qu’elle fut poussée au suicide.

      • luzycalor - mars 3, 2011

        Oui c’est vrai que subsiste cette idée qu’il faut toujours qu’un chef d’Etat soit en couple pour assurer sa mission. C’est effectivement bizarre. Cela doit correspondre à l’image de perfection qu’il veut bien véhiculer. Peut-être évoluera t-on sur le sujet, tout au moins il faut l’espérer. Pour en revenir à la deuxième épouse de Staline (Nadia Allilouïeva), certes elle s’est suicidée mais c’était moins parce qu’elle ne partageait pas les convictions politiques de son époux que parcequ’il la traitait super mal (il la cocufiait à tour de bras et l’injuriait devant tout le monde). Grosso modo il a fini par achever une femme qu’il a d’abord sauvé de la noyade à 6 ans, qu’il a ensuite violé dans un train à 18 ans, puis dont il a fait déporter la soeur parcequ’elle refusait ses avances. Une horreur ce mec à tout point de vue!

  • My Little Discoveries - mars 3, 2011

    Ce livre a l’air très intéressant en effet, ton billet donne envie! Bonne journée ;o)

    • luzycalor - mars 3, 2011

      Merci miss!

  • Elisa - mars 4, 2011

    C´est super intéressant!

  • Mathilde Romanelli - mars 9, 2011

    Je n’ai pas de grandes connaissences en ce domaine. Tu a réveillé ma curiosité ! Le livre de Diane Ducret aborde un sujet assez délicat et sulfureux…il m’est difficile d’imaginer que l’on puisse tomber amoureuse d’un dictateur comme Staline ou Hitler.

    • luzycalor - mars 9, 2011

      Bonsoir Mathilde,

      Oui et c’est là tout l’intérêt du livre. Nous présenter ces grands tortionnaires comme des êtres humains doués de sentiments mais également comme de grands séducteurs. Comme je le dis plus haut, beaucoup de ces femmes leur ressemblent par leur soif de pouvoir, de fric et de reconnaissance. Du coup elles en deviennent comme eux et parfois pires. Certes on a du mal à comprendre ce que ces femmes ont pu leur trouver tout comme il est difficile à tout esprit bien constitué de comprendre le comportement de ces odieux personnages.

Laisser un commentaire

Festival de l’été

Fil d’infos

Archives