Moretti, le Vatican et Cannes

Habemus Papam de Moretti à Cannes

Allen, Von Trier, Almodovar, Moretti, Van Sant, Dardenne…le Festival de Cannes semble passer d’années en années les mêmes bobines. A la fois, pour connaître plus ou moins bien le cinéma de tous ces réalisateurs (exceptés les frères Dardenne dont je n’ai vu aucun des films), j’avoue qu’il y a peu de chance de se tromper. Certes Woody Allen manque de constance, Lars Von Trier se complait dans le sombre et Gus Van Sant en indispose plus d’un avec ses longs plans séquences et lents travellings mais les scénarios et mises en scène de ces auteurs sont bien souvent impeccables, efficaces, brillants…laissons là les qualificatifs.

Ma palme à moi (s’il ne l’obtient pour la deuxième fois cette année) revient à Nanni Moretti. Cet italien à la bouille sympathique, à l’accent chantant, au verbe haut respire l’intelligence. Son cinéma aussi. Tant lorsqu’il dénonce avec un humour féroce les dérives d’une société italienne à l’image de son dirigeant (Le Caïman) que lorsqu’il filme la souffrance d’un couple dévasté par la douleur après la mort de son enfant (La chambre du fils). La grande force de Moretti réside dans la manière qu’il a de marier dans ses films légèreté d’un côté et souffrance de l’autre.

Ma première rencontre avec le réalisateur-acteur remonte à 1993, plus précisément à la sortie de Caro Diario son fameux Journal intime. De petites confessions à « dos » de Vespa en plein cœur de Rome s’achevant sur l’endroit où fut assassiné Pasolini. Un vrai régal. Là encore un cinéma primesautier, grave et à la fois plein d’humour (notamment lorsque Moretti y aborde sa détresse grandissante face à une médecine sourde à ses problèmes pourtant réels). Depuis, je n’ai cessé de le suivre. Aujourd’hui le voilà après 5 ans d’absence de retour avec Habemus Papam où cette fois il s’attaque au Vatican et raconte l’élection d’un nouveau souverain pontife. Et c’est l’excellent Michel Piccoli qui joue le rôle de ce pape en perdition qui panique à l’idée d’assumer ses très hautes responsabilités et choisit de suivre une psychothérapie pour y remédier. Piccoli (85 ans quand même) et Moretti, je ne sais pas vous mais moi je me déplacerai malgré les controverses et le manque d’emballement de la critique après la projection à Cannes.


Extrait de Habemus Papam, de Nanni Moretti par telerama

Vous aimerez aussi :

Partager sur
A propos de l'auteur

Luzycalor - traduire lumière et chaleur - est le blog d'une petite curieuse adepte de cinéma, musique, littérature et culture urbaine en tout genre. Vaste champ d'investigation isn't it? Parce que si culture s'étale comme confiture, les deux ont en commun un petit goût sucré dont on devient très vite addict. Bienvenue dans mon univers, ce monde vu de ma fenêtre!

6 commentaires
  • My Little Discoveries - mai 15, 2011

    En effet ça me semble valoir le déplacement, mais je ne sais pas quand est-ce que ce film sortira ici… J’avoue qu’il faut que je me mette à la page car contrairement aux autres années, je n’ai pas encore commencé à suivre l’actualité du Festival de Cannes!

    • luzycalor - mai 15, 2011

      Le 7 septembre, c’est dans pas mal de temps quand même! Moi je suis le festival de loin mais j’aime quand même bien avoir toujours un œil sur la sélection. Le film de Maiwenn Le Besco me donne également envie, d’autant que j’ai déjà vu deux de ses films et qu’elle est extraordinaire elle aussi.

  • carmadou - mai 16, 2011

    C’est marrant, j’ai découvert Nanni Moretti avec Caro Diaro et je me suis ennuyé terriblement que je n’ai pas prolongé ma découverte j’avais trouvé cela d’un nombrilisme sans intérêt. Récemment j’ai vu Aprile qui m’a donné une meilleure image de ce cinéaste.
    Il faut absolument que je revisite l’œuvre de cet homme que j’ai toujours trouvé éminemment sympathique, peut être reverrai je mon jugement de départ?

    • luzycalor - mai 16, 2011

      Oh lala Carmadou, j’ai tellement aimé Caro Diario que je ne pourrais pas te suivre sur la voie du nombrilisme sans intérêt. Aprile, la Chambre du Fils, Palombella Rosa également sont des films qui m’ont vraiment plu. Mais après tout, tous les goûts sont dans la nature et peut-être pour toi n’est-ce pas utile d’aller un peu plus loin si ce cinéma t’ennuie vraiment.

  • potzina - mai 16, 2011

    Je suis 200% d’accord avec toi. Nanni Moretti est un cinéaste que j’aime beaucoup et bonnes ou mauvaises critiques, j’irai voir son film.

  • Aurore - juillet 17, 2012

    J’ai connu le réalisateur avec ce film. Moi, j’étais comme toi, emballée, amusée et j’ai trouvé l’idée du sujet originale et pertinente.

Laisser un commentaire

Festival de l’été

Fil d’infos

Archives