Melancholia – Lars Von Trier

Melancholia

Ambiance de fin du monde dans la tête de Justine envahie par la mélancolie, ambiance de fin du monde sur la terre menacée par une collision avec la planète Melancholia, ambiance de fin du monde au sortir du cinéma simplement car le film résonne encore en moi. Le vent souffle. Les nuages assombrissent le ciel. Je tremble un peu, je crois que j’ai eu peur ou plutôt que je l’ai ressenti l’effroi de Claire coincée physiquement et mentalement par une fin imminente, la terreur qui l’assaille à l’idée de ne plus pouvoir protéger son jeune enfant qui croit encore aux cabanes magiques comme rempart contre l’inévitable. Bienvenue dans le monde fantasmé de Lars Von Trier. Au départ pourtant, l’ennui. Le film débute sur des images-tableaux magnifiques, d’une beauté incroyable sur fond de Wagner.  Des images dévoilant dès l’introduction le désastre auquel la terre va bientôt devoir faire face. Puis retour en deux parties et en flash back  sur les derniers jours de l’humanité.

Le premier volet, consacré au mariage de Justine (Kirsten Dunst), me déstabilise par son côté irréel, m’irrite aussi par ses longueurs, son climat lourd, pesant, taiseux. C’est l’apocalypse dans la tête de Justine. Le jour même de son mariage, elle n’est déjà plus là. Son regard se perd. Son visage se fige. Son mari devient étranger et quitte la scène après des noces catastrophiques plombées par les absences répétées de la mariée en proie aux démons de la dépression auxquelles viennent s’ajouter les remarques assassines d’une famille déjantée. A cet égard une mention spéciale à Charlotte Rampling, excellente dans le rôle de la mère antipathique, détestable, inhumaine. Je suis restée perplexe tout au long de cet épisode car j’avoue avoir eu du mal à comprendre Justine. Si j’admets volontiers m’être laissée envahir par l’esthétique irréprochable de la plupart des scènes, je n’ai en revanche ressenti aucune émotion, aucun réel plaisir à voir ce volet que j’ai trouvé un peu long à mon goût.

Le deuxième volet quant à lui, dédié à Claire (Charlotte Gainsbourg) la sœur de Justine  m’a tout de suite semblé plus captivant car plus angoissant et générateur d’une foultitude d’émotions que pour le coup je me prends en pleine face. Je découvre alors une Charlotte Gainsbourg exceptionnelle. Je vis son angoisse, je frémis comme elle à l’idée de ces ténèbres qui approchent, de ce cauchemar auquel on ne veut pas croire. De la terreur qui ronge la mère soucieuse de protéger son enfant mais qui se sent envahie, au-delà de l’autre, par sa propre souffrance. Le Prix d’interprétation féminine à Cannes aurait du lui revenir incontestablement.

Aussi paradoxal que cela puisse paraître, aussi incroyable que le talent du cinéaste est immense, je n’ai pas aimé Melancholia ou peut-être simplement ne l’ai-je pas encore digéré.

Vous aimerez aussi :

Partager sur
A propos de l'auteur

Luzycalor - traduire lumière et chaleur - est le blog d'une petite curieuse adepte de cinéma, musique, littérature et culture urbaine en tout genre. Vaste champ d'investigation isn't it? Parce que si culture s'étale comme confiture, les deux ont en commun un petit goût sucré dont on devient très vite addict. Bienvenue dans mon univers, ce monde vu de ma fenêtre!

35 commentaires
  • aircoba - septembre 18, 2011

    Houlalala, mais alors pas du tout d’accord. Gainsbourg est trop lisse dans son interprétation, pour pouvoir prétendre à quoique ce soit, alors que Kirsten Dunst se métamorphose de bout en bout du film. Pendant le dialogue final entre les deux soeurs, y’a trois classes d’écart entre elles. Le visage démoniaque de Justine ne m’a pas quitté alors que Claire est insipide à côté. Presque angélique au début du film, Kirsten Dunst finit complètement possédée par le Mal. Elle mérite son prix. Charlotte Gainsbourg, j’ai rien contre elle, mais elle est un peu trop mono-expressive à mon goût. C’est toujours le même personnage qu’elle nous rejoue à chaque fois. Sinon le film est bourré de défauts mais je crois que je l’ai beaucoup aimé au final.

    • luzycalor - septembre 18, 2011

      Je comprends ce que tu dis mais le jeu de Dunst n’a rien provoqué chez moi. Je crois que je n’ai pas aimé son personnage. Pas d’émotion. Alors que Gainsbourg en a suscité elle des émotions. Elle est insipide en première partie mais terriblement touchante en deuxième. D’ailleurs j’ai nettement préféré la deuxième partie. J’abuse peut-être il est vrai pour le Prix d’interprétation mais je ne trouve pas que Dunst le méritait plus. Cela n’engage bien évidemment que moi.

  • aircoba - septembre 18, 2011

    Pareil pour moi, mais s’engager c’est déjà pas mal. Moi, ça a été l’inverse de toi. J’étais en complète empathie avec Justine, d’ailleurs même pendant la seconde partie (qui est bien mieux que la première, là-dessus je crois que y’a pas de débat possible), je suis resté centrée sur son personnage. La première partie est très inspirée de Festen, un film danois complètement glauque sur une histoire familiale sordide qui éclat en plein repas.

    • luzycalor - septembre 18, 2011

      J’ai vu Festen et je l’ai adoré. Ayant entendu par ailleurs que la première partie de Melancholia en était inspirée j’ai tenté moi aussi de faire le rapprochement et honnêtement je n’ai pas pu le faire. La tension dramatique de Festen n’a selon moi rien à voir avec celle de Melancholia. Festen met extrêmement mal à l’aise et dérange là ou Melancholia ennuie et s’étire en longueur.
      Je ne peux pas être empathique avec Justine car je ne la comprends pas. Pour moi c’est un mort-vivant sans raison apparente qui vire démoniaque avec des airs supérieurs. Je préfère la sensibilité et l’envie de se battre de Claire qui me parle plus. Par contre, comme toi, je n’ai pas trop accroché sur le rôle de Gainsbourg en première partie.

      • aircoba - septembre 18, 2011

        En fait c’est dans la mise en scène (on frappe sur le verre pour prendre la parole et faire une déclaration fracassante), la manière de tourner (caméra à l’épaule) que ça s’en rapproche. La tension, le confinement de Festen, on le retrouve pas. Là c’est plus vaporeux, plus mélancolique, on s’échappe dehors, on pisse sur le green, on regarde les étoiles, on se refuse à son mari. Moi ça me parle mais je te l’accorde, c’est bien trop long. Sinon y’a pas de raison objective au mal-être de Justine, elle est juste pas heureuse, elle essaie pendant toute la première partie mais elle est rattrapée, rongée par la mélancolie. Je crois pas qu’il faille être cartésien et chercher à comprendre pourquoi elle agit ainsi, c’est comme ça. Bien sûr, on peut théoriser. Son attitude démoniaque, le fait que tout le monde sombre avec elle, ça pourrait être l’ami Lars Von Trier qui condamne à l’Apocalypse tout ce petit monde hypocrite, manipulateur et intéressé de la première partie. Contrairement à Kirsten Dunst qui est le seul être un peu rêveur, qui ne calcule rien, mais qui souffre terriblement dans cet univers trop terre à terre. Et c’est là où je suis pas d’accord avec Lars, c’est trop manichéen pour moi. Y’en a pas un pour rattraper l’autre. Mais bref, je m’égare et c’est un peu beaucoup de la branlette intellectuelle ce que je raconte. Je préfère avoir une vision poétique du film, la Mélancolie qui ronge un être et qui entraîne pour elle le chaos. Point barre. En tout cas, le truc bien, c’est que y’a matière pour discuter avec ce film :)

        • luzycalor - septembre 18, 2011

          Tu m’étonnes qu’il y a matière à discuter 😉 et oui je comprends mieux le pourquoi de l’assimilation à Festen. C’est vrai que parfois je théorise, je théorise…sans doute trop!
          Au passage Lars Von trier condamne tout le monde à l’apocalypse. Aurait-il un problème avec la race humaine cet homme là? Dérangeant quand on voit les propos qu’il a tenu au festival de Cannes.

  • Le Journal de Chrys - septembre 18, 2011

    Pas vraiment envie d’aller le voir.

    • luzycalor - septembre 18, 2011

      Je peux comprendre car c’est un cinéma particulier et le thème est quand même anxiogène.

  • filou49 - septembre 18, 2011

    Allez, je vais mettre tout le monde d’accord….
    C’est pas plutot Twilda Switon qui le méritait le plus le prix d’interpretation pour we dont’ need to talk about kevin?
    bon j’ai vu aucun des deux films, mais disons que son rôle au départ me semble le plus adapté à une prestation exceptionnelle comme elle sait le faire

    • luzycalor - septembre 19, 2011

      Twilda Switon, j’aime aussi beaucoup mais je ne prononcerai pas sur le sujet puisque je n’ai pas vu le film.

  • lechatmasque - septembre 18, 2011

    Ah, les goûts et les couleurs…
    Pour moi, mon film préféré au cinéma cette année (pour le moment) :-)

    • Liten Blomma - septembre 18, 2011

      Tout à fait d’accord avec toi Chat masqué : de plus, Dunst et Gainsbourg sont toutes deux merveilleuses dans leurs rôles respectifs, et j’invite tout le monde à se faire sa propre idée sur leur jeu (au-delà de ce qui se dit à propos de cet excellent film).

    • luzycalor - septembre 19, 2011

      Oui j’ai vu le Chat et je respecte entièrement ton point de vue car ce réalisateur est très bon (mise en scène impeccable, images fabuleuses, bons acteurs) mais je ne sais pas trop, l’histoire ne m’a pas emballée. Sa vision du monde, des individus, de l’humanité qu’il malmène ne m’emballent pas. Trop nihisliste à mon goût. Je ne suis vraiment pas fan.

  • Carmadou - septembre 19, 2011

    A vrai dire il faut le voir une deuxième fois, c’est encore mieux que la première…je suis comme le chat assurément le film de l’année quoique le film des Frères Dardenne est également très très fort…
    Jj’aime assister au déraillement des fêtes bien huiléest les fêtes de Mariages me sont toujours apparus comme une corvée , alors la première partie dans mon for intérieur je l’ai trouvée plutôt réjouissante, j’ai été touché par la souffrance de Kirsten Dunst dont je trouve le jeu particulièrement subtil.( Qu’en aurait fait une Isabelle Adjani je ne préfère pas y penser…) je l’avais déjà trouvé épatante dans Virgin Suicide dans un rôle un peu similaire, c’est vraiment une très grande actrice!

    • luzycalor - septembre 19, 2011

      C’est vrai que dans Virgin Suicide elle est exceptionnelle. Elle me fait peut-être un peu peur. Son visage renfermé, sa malice désespérée, son côté zombie blazé qui pense que la mort va la sauver et conduit les autres à la suivre…brrr ça me fait froid dans le dos.
      Adjani au moins tu la vois sa folie, elle est claire et nette pas d’ambiguïté. Kirsten Dunst l’a au fond d’elle, on la devine sur son visage. C’est une bonne actrice c’est indéniable mais ça ne me parle pas, ça m’effraie.

      • aircoba - septembre 19, 2011

        Y’a une interview intéressante de Lars Von Trier dans le dernier numéro de Positif. On y apprend qu’à la base, le rôle a été écrit pour Pénélope Cruz. Kirsten Dunst était un second choix. Il parle de son jeu. Selon lui, elle était véritablement dépressive, absente, à ce moment-là. Ce qui aurait contibué à ce regard vide et son interprétation. Je sais pas si ça intéresse quelqu’un ici mais je peux éventuellement la scanner.

        • luzycalor - septembre 19, 2011

          Bin oui moi ça m’intéresse.

          • Carmadou - septembre 19, 2011

            bin moi aussi

  • My Little Discoveries - septembre 19, 2011

    Ton billet est intéressant, merci pour ton avis! Je pensais de toute façon aller voir ce film et me faire mon propre avis, il sort à la fin du mois chez moi ;o)

    • luzycalor - septembre 19, 2011

      Merci Miss. J’attends ton avis sur le sujet :-)

  • Xtinette - septembre 19, 2011

    Ce film m’a marquée… J’ai trouvé l’esthétique très belle, les actrices parfaites… Les 2 phases du film se font écho… c’est beau..; Par contre, je me suis juste demandée à quoi ça servait un pareil film à part nous donner le cafard ??

    • luzycalor - septembre 19, 2011

      Bonjour Xtinette,

      On l’aime ou pas mais c’est vrai qu’il est marquant et que les actrices sont bonnes.

  • FleurDeMenthe - septembre 20, 2011

    Je rêve de voir ce film qui me fait frémir, rien que de voir la bande-annonce, et les images.

    • luzycalor - septembre 20, 2011

      Bonsoir Fleur de Menthe,
      Merci pour ton passage. C’est un film qui vaut vraiment la peine d’être vu. Cours-y dès que tu peux.

  • Océane - septembre 20, 2011

    Un film qui vaut la peine d’être vu surtout grâce à Kirsten Dunst ! je suis moins sensible au talent de Charlotte Gainsbourg :)

  • Elisa - septembre 20, 2011

    Cou cou
    Merci pour la visite et ton petit mot à propos de Maman, l´araignée voyageuse:)
    Amitiés depuis l´Argentine
    Elisa

  • ally - septembre 21, 2011

    suis je la seule à ne pas avoir ressentie l’angoisse lors du deuxième volet ? en tout cas c’était un très beau film

  • aircoba - septembre 25, 2011

    Bon je suis désolé mais j’y arrive pas (ma numérisation ne rend rien ou pas grand chose, le bord de page est indéchiffrable). Si vous avez l’occasion de le feuilleter, son interview est intéressante : http://img8.imageshack.us/img8/7793/m2462.jpg

    • luzycalor - septembre 25, 2011

      Merci quand même Aircoba.

  • NowMadNow - octobre 7, 2011

    Ouh Melancholia. Je n’ai pas détesté, c’est pire que ça. Peut-être que le fait que j’ai claqué la porte du ciné et laissé un mâle déconcerté sous-entend que c’est le talent fou du réalisateur qui m’a perturbé… et que le film est bon? Mhhh… je veux éradiquer chaque particule de ce film restée en suspens dans mon métabolisme.

    Mais Lars me fait toujours des trucs bizarres. J’ai ri d’Antéchrist; je voue un culte kabbalistique à Dogville.

    Ne… comprends… pas.

    NowMadNow

    • luzycalor - octobre 7, 2011

      Salut NowMadNow

      En fait je ne suis pas une grande fan du réalisateur et de ses univers spéciaux. Tu n’es en tout cas pas la seule à t’être tirée de la salle. J’ai vu quelques personnes partir avant la fin dans le ciné dans lequel j’étais. Mais c’est bien de faire cet effet là. Mieux ça que la neutralité :-)

  • My Little Discoveries - octobre 11, 2011

    Je sors de la séance et j’ai relu ta critique… C’est marrant, moi c’est tout le contraire, j’ai préféré – et de loin! – la première partie! Je publierai ma critique la semaine prochaine ;o)

    • luzycalor - octobre 12, 2011

      Youhou, j’attends ta critique alors…Hâte de lire ce que tu en as pensé.

  • Inthecrazyhead - mars 14, 2012

    Je n’ai ni adoré ce film, ni détesté. Tout dépend des passages. Il y a des choses que j’ai adoré dans la 1ère partie tout comme j’en ai détesté et c’en est de même avec la seconde. Par contre, je trouve que Kristen ET Charlotte sont toutes deux formidables, j’ai d’ailleurs regretté qu’elles n’aient pas reçu le prix pour elles deux plutôt que pour Kristen toute seule. A la sortie du cinéma, j’ai eu une double sensation, celle d’avoir tout à coup besoin de mon lit pour dormir et celle qui me rendait aussi énergétique qu’une pile. Melancholia fait réflechir autant qu’il ennuie en gros :-)

  • luzycalor - mars 14, 2012

    Tout à fait d’accord avec ton ressenti torpeur-énergie. Ce jour là je me souviens être sortie du cinéma déboussolée. Dehors, un gros nuage gris-violet traversait le ciel, j’ai tout de suite projeté. C’était particulier. Un film qu’il faut voir selon moi.

Laisser un commentaire

Whole Lotta Love

Fil d’infos

Archives