The Artist : un film muet sur le parlant

The artist

Difficile de retourner au temps du cinéma muet en noir et blanc à une époque où numérique, 3D et couleurs explosives envahissent nos écrans. Difficile d’entrer aisément dans l’univers de Peppy Miller et George Valentin composé d’expressions faciales étonnantes et d’indispensables musiques d’accompagnement. L’ennui peut guetter si on se laisse aller…d’ailleurs dans mon cinéma de quartier la salle était loin d’être comble et à mon grand étonnement quelques personnes ont quitté les lieux avant la fin.

Pourtant que d’émotions devant l’histoire de cette ex-star du muet passéiste et orgueilleux qui va progressivement tomber dans l’oubli alors qu’a contrario la jeune actrice dont il fut le pygmalion grimpera vers la gloire propulsée par le cinéma parlant.

Séducteur, jovial, facétieux, puis fragile, désespéré, abimé, Jean Dujardin interprète avec brio et sans excès une palette d’attitudes et de sentiments. N’ayant que son corps pour tout langage, l’acteur s’exprime avec une émotion bien réelle et une force de conviction  plus étonnante encore que s’il eut la caution verbale. Enfermé dans son mutisme, emprisonné dans son film muet, dans l’incapacité de faire face à la révolution cinématographique qui s’annonce, le destin de George Valentin se rapproche de celui de Gloria Swanson dans le fabuleux Sunset Boulevard de Wilder où l’actrice joue alors une star déchue hantée par ses moments de gloire.

Film muet sur le cinéma parlant, The Artist,  par la contradiction générée, est déjà un film brillant et inventif. Une mention spéciale au petit partenaire canin remarquable qui d’ailleurs fut récompensé d’une « Palm Dog » (c’est plutôt amusant!). Plus que sensible à la poésie de la mise en scène, j’ai passé un très bon moment devant The Artist. Cerise sur le gâteau, les présences de l’extraordinaire John Goodman en producteur véreux et de James Cromwell dans le rôle du fidèle serviteur de Valentin.

Vous aimerez aussi :

Partager sur
A propos de l'auteur

Luzycalor - traduire lumière et chaleur - est le blog d'une petite curieuse adepte de cinéma, musique, littérature et culture urbaine en tout genre. Vaste champ d'investigation isn't it? Parce que si culture s'étale comme confiture, les deux ont en commun un petit goût sucré dont on devient très vite addict. Bienvenue dans mon univers, ce monde vu de ma fenêtre!

16 commentaires
  • aircoba - octobre 19, 2011

    Première moitié vraiment magique. Après c’est un peu retombé de mon côté (parce que moins de magie, un ou deux longueurs, un propos qui tourne un peu en rond) mais rien de bien méchant. C’est un beau film avec de belles idées.

    • luzycalor - octobre 20, 2011

      Oui plutôt d’accord avec toi sauf qu’en ce qui me concerne l’ennui m’a plutôt guettée au début du fil ;-).

  • My Little Discoveries - octobre 20, 2011

    Tu en parles très bien, et j’aime bien ton introduction ;o)
    Bien entendu j’aimerais courir voir ce film, mais je vais devoir attendre qu’il sorte en UK…
    Bonne journée!

    • luzycalor - octobre 20, 2011

      Ouh merci du compliment miss. Globalement très joli film, poétique à souhait.

  • Violette - octobre 20, 2011

    Je vais essayer d’aller le voir très vite, mais j’ai tellement de retard à rattraper… une vraie honte!

    • luzycalor - octobre 20, 2011

      Salut Violette,
      Intéressant de voir celui ci en tout cas car vraiment différent.

  • potzina - octobre 20, 2011

    Très bel article luzycalor :)
    Comme tu le sais, j’ai adoré The Artist et je ne m’y suis pas du tout ennuyée. Il faut dire que me concernant le pari était quasi gagné d’avance car j’adore les films muets 😉

  • luzycalor - octobre 20, 2011

    Merci Potzina. Oui j’ai lu ton avis sur le sujet :-)

  • Alexis - octobre 21, 2011

    Oser passer le muet de 50 min à 1h40, il faut tenir le spectateur, et de mon coté, j’ai pas mal regardé l’heure…

    C’est un peu trop gentillet à mon goût, la descente aux enfers n’est pas vraiment sombre, le choix entre l’image et la situation n’ont pas vraiment été fait, on se retrouve avec une belle image mais on sent que l’esthétisme n’est pas vraiment un parti-pris (sauf la scène de l’incendie qui est à mon goût la seule scène vraiment prenante), peu de non-dit, qu’il aurait été intéressant d’exploiter pour marquer l’horreur et l’abime de la situation dans laquelle il s’enfonce (cf Das weiße Band par exemple)… On a des scènes qui sont sensées marquer un malaise (alcoolisme, preteur sur gage, etc) qu’on a repeint d’une couche « grand public » qui gâche la puissance qu’elles auraient pu avoir

    Le rythme du film ne tranche pas sur une lenteur voulue qui marquerait une lourdeur oppressante, ce qui à mon goût donne juste la sensation d’ennui dans la salle sur pas mal de moments…

    En bref, un joli film, mais un peu déçu, notamment avec les critiques dithyrambiques des festivals… mais bon, on salue la prestation, mais au-delà des détails et clins d’oeils au cinéma muet qui sont très bien repris, le film est long, trop long.

    A.

    • luzycalor - octobre 21, 2011

      J’ai été beaucoup plus sensible que toi à la poésie de ce film mais je comprends ton point de vue et je pense que tu n’es pas le seul à le penser. J’ai vu quelques personnes dans mon ciné quitter la salle assez agacées. J’ai moi même par moment senti l’ennui montrer le bout de son nez et puis…Au final, je ne regrette pas, j’ai passé un très bon moment mais tes arguments se défendent sans conteste. A bientôt Alexis.

  • filou49 - octobre 21, 2011

    Bon, moi en ce qui me concerne, j’hésite encore à y aller..
    bien avant l’explosion du numérique, du 3 D et autres évolutions technologiques, je me souviens que mon père a essayé pendant 15 ans de m’initier au cinéma muet, et rien à y faire, j’ai beau adoré le cinéma sous toutes ses formes, le muet pour moi, cela ne passe pas,les relents passéistes sont trop prégnants dans mon esprit
    mais je suis pret à vaincre mes préjugés (idiots comme tout préjugés)….. ou pas…
    en tout cas, my discoveries a raison, ce qui est certain c’est que tu en parles trés bien…

  • luzycalor - octobre 22, 2011

    Alors du coup ne te force pas car tu rentrerais probablement dans la catégorie des déçus. Merci pour le compliment :-)

  • booksnflicks - octobre 27, 2011

    Film sympathique mais j’ai trouvé l’histoire un peu légère surtt dans la deuxième partie… Et dans l’ensemble, j’aurais aimé que The Artist ressemble plus à un film de l’époque. Là, on a l’impression que ce n’est qu’un vernis « vintage ».

    • luzycalor - octobre 28, 2011

      Ce n’est pas faux ce que tu dis mais pour ma part j’ai beaucoup aimé la performance de Dujardin et le côté poétique qui se dégage du film.

  • Le chat masqué - novembre 1, 2011

    Dans mon top 3 des films sortis en 2011, assurément ! Une Merveille !

  • Anthony - novembre 6, 2011

    J’ai pas beaucoup le temps d’aller au ciné en ce moment, mais ça me tenterait bien

Laisser un commentaire

Cinéma : Nicolas Silhol

Fil d’infos

Archives