Intouchables – Eric Toledano et Olivier Nakache

Intouchables avec Omar Sy et François Cluzet

Même si au départ je me délectais à l’idée de voir Toutes nos envies, la déprogrammation soudaine de mon cinéma de quartier, qui m’a d’abord un peu contrariée, a fini par me satisfaire au plus haut point. Comme tout le monde j’avais vu quelques extraits d’Intouchables. Ceux où Omar Sy fait le guignol en expliquant au tétraplégique dont il a la charge, joué par un François Cluzet plutôt convainquant, qu’il faut savoir être digne et préférer tomber dans les pommes plutôt que de se voir enfiler des bas de contention par un homme. Je me disais alors que cette scène, pleine d’humour au demeurant, devait être une des rares scènes comiques du film, de celles que nous proposent les bandes-annonces toujours plus ou moins alléchantes mais qui tombent totalement à plat dans la globalité d’un film.

Eh bien non, Intouchables est une vraie surprise. Un savant dosage d’humour (je me suis amusée presque tout le temps) et d’émotion (pas de pathos excessif juste de la générosité savamment orchestrée). N’en déplaise d’ailleurs à Pierre Murat que je trouve ces derniers temps un poil injuste  lorsqu’il s’agit de parler du cinéma français faisant appel à notre affect et notre sensibilité (lire la critique de Murat).

Car si Intouchables abordent 2 sujets casse-gueule  : celui de l’exclusion des handicapés et celui des jeunes paumés zonant dans les cités, il le fait plutôt avec élégance, humour et générosité. Jamais vulgaire, jamais indécent et pourtant sans concession. Intouchables c’est la rencontre improbable (mais vraie) de deux êtres qu’à l’origine tout oppose. L’un blanc, l’autre noir, l’un vieux, l’autre jeune, l’un riche, l’autre pauvre, l’un cultivé, l’autre brut de décoffrage. Leur union se fera justement dans la différence et la complémentarité générée par cette dernière. Même s’il ne fait aucun doute que l’alchimie de ce couple étonnant revêt un caractère unique et reflète sûrement assez peu la réalité des choses, que la plupart des tétraplégiques vivent dans des conditions difficiles et qu’un jeune de banlieue (ou d’ailleurs) a sûrement bien d’autre chose à faire ou penser que de consacrer sa vie à un handicapé, le film n’en demeure pas moins un formidable espoir.

Inspiré d’un fait réel, on se plait à penser que le monde pourrait être meilleur s’il regorgeait de Driss (Abdel dans la réalité). Cerise sur le gâteau : les acteurs justes, humains, drôles, assez exceptionnels il faut bien le dire, font de Intouchables un film franchement à voir. Un petit gramme de finesse dans un monde de brutes? En tout cas une jolie histoire d’amitié comme on aimerait en voir plus souvent.


En savoir plus :

> Lire l’interview de Philippe Pozzo di Borgo, l’homme d’affaire tétraplégique ayant inspiré Intouchables

Partager sur
A propos de l'auteur

Compléter ici l'à propos de l'auteur

27 commentaires
  • Le chat masqué - novembre 20, 2011

    héhé, pas encore vu (normal, c’est toujours complet :-/ mais j’ai hâte de le voir. J’ai vu « Nuit Blanche » cet aprem, c’est aussi un très bon film français !

  • Luzycalor - novembre 20, 2011

    Eh ça a l’air pas mal du tout Nuit Blanche. Un film de plus à voir. Le prochain pour moi sera sans doute Toutes nos envies que j’attends avec impatience. C’est fou le carton que fait Intouchables!!

  • Carmadou - novembre 20, 2011

    Justement ce qui nous fait peur ici c’est le public, c’est le genre même du film qui attire les mangeurs grignoteurs en tout genre. Dans notre petite salle il doit bientôt passer, même s’ils ne vendent rien, ils s’organisent, ils viennent avec leurs sacs de provisions, c’est effrayant. Sûrs nous allons être cernés de toute part de bruits de mastications….et si nous y allons à la dernière séance quand les rues sont sombres et que les gens n’osent plus sortir de chez eux, c’est une porcherie!
    Alors nous attendrons son passage au petit écran, à l’abri chez nous….

    • Luzycalor - novembre 20, 2011

      J’adore :-) Oui Carmadou, c’est un film grand public incontestablement. Et qui dit grand public, dit pop corn et coca; C’est fou ça dans mon cinoche de quartier j’étais à côté d’une famille super sympa qui avait apporté …ses gâteaux apéros. C’est un truc de fou!! Cinéma = bouffer!! Je ne sais pas pourquoi, les gens viennent pour y manger.
      Sinon, le film vaut quand même le coup d’œil alors…si il faut aller voir des films serbo-croates pour ne pas entendre mastiquer je me dis, tant pis, vive le pop corn! Au moins ça crée des emplois :-)

      • Carmadou - novembre 20, 2011

        C’est plus compliqué que cela, la semaine prochaine nous irons voir l’exercice de l’état surement beaucoup de monde mais pas des mangeurs… nous ne sommes pas condamnés à aller voir des films Serbo croates, je me demande même si des mangeurs de popcorn n’iraient pas voir des films de Kusturica ;-)

        • Luzycalor - novembre 20, 2011

          Ouh oui surtout les derniers d’ailleurs!
          En ce qui me concerne l’Exercice de l’Etat n’a pas fait exception. Il y en avait un très près de moi…une horreur. Comme quoi, tu as raison c’est plus compliqué que ça! Quelqu’un se dévoue pour une étude?

  • Xtinette - novembre 20, 2011

    Oui, c’est un film qui donne le moral même si ce n’était pas mon film préféré de l’année.

    • Luzycalor - novembre 20, 2011

      Effectivement Xtinette, le film ne relève pas du génie, il fait juste chaud au cœur et ça c’est déjà super.

  • Mélanie - novembre 20, 2011

    Je sors justement du cinéma où j’ai été le voir. J’ai beaucoup aimé. J’ai beaucoup ri et ai été très touchée par cette belle histoire. Omar est génial !

    • Luzycalor - novembre 20, 2011

      Oui! Ce qui m’a plutôt étonnée car Omar Sy à la base ne m’amuse pas beaucoup. Je ne suis pas une grande fan du SAV. Mais là il est exceptionnel et touchant.

  • My Little Discoveries - novembre 20, 2011

    Vivement que je puisse le voir! ;o)

  • Luzycalor - novembre 20, 2011

    J’espère qu’il passera à Bristol :-)

  • potzina - novembre 20, 2011

    Je n’étais pas très chaude pour le voir mais vu toutes les bonnes critiques que j’ai lu, je crois que je vais y aller. Mon petit ciné doit le jouer la semaine prochaine, je ne devrais pas être envahi par les morfales ! :)
    En même temps, je comprends qu’un petit en-cas à l’heure du goûter soit le bienvenu, ce qui me surprend le plus c’est les gueuletons de pop-corn et de coca juste après le déjeuner !

    • Luzycalor - novembre 20, 2011

      Fonce Potzina, tu ne regretteras pas je pense!

  • Fanny - novembre 20, 2011

    moi je suis vraiment ravie du carton que fait ce film ; je suis fan des réalisateurs depuis un moment, c’est un bonheur d’assister à leur consécration méritée. Les films qui rendent heureux sans verser dans le pathos, c’est finalement assez rare. Sinon, ne regrette pas toutes nos envies, personnellement ce film m’a beaucoup déçue

    • Luzycalor - novembre 20, 2011

      Pour ma part je ne connaissais pas ces réalisateurs. Désormais je serai plus attentive. Merde pour Toutes nos envies, je m’attendais à bon film. Du coup je ne sais pas si j’irai. A la fois il est toujours bon de se faire sa propre opinion mais mon petit doigt me dit que je risque d’être déçue.

  • filou49 - novembre 20, 2011

    Alors désolé de contredire Fanny – que je ne connais pas d’ailleurs-, mais reste sur ton instinct, et cours voir Toutes nos envies : j’ai vu le film vendredi dernier et jai été totalement emballé par ce film que j’ai trouvé absolument magnifique… et c’est amusant car au début de mon billet sur ce film, qui parait prochainement, je fais justement le parrallèle entre le mastondonte intouchables qui écrase tout sur son passage, et toutes nos envies qui malheureusement n’a pas eu le succes qu’il mérite, notamment à cause de ce
    Sinon ton article est passionnant et j’aurais envie de rebondir dessus longuement donc je vais synthétiser:
    moi aussi j’aimais beaucoup les crititiques de Pierre Murat, mais la je trouve qu’il joue un peu au vieux con depuis qq temps en tirant forcément sur les films francais un peu populaires ; dénigrer la guerre est déclarée, polisse et celui la au pretexte qu’il n’y a pas assez de mise en scène c un faux débat: on demande pas à une comédie d’etre filmée par orson welles ou truffaut: juste du rythme, de l’humour, de la tendresse et des rebondissements…
    et sinon pour ne pas totalement contredire Fanny, je suis également les réalisateurs depuis leur début : j’avais trouvé nos jours heureux comme étant un bijou de tendresse et d’humour, et tellement proches m’avait fait hurler de rire
    il ne me reste plus qu’à voir cet intouchables, mais je pense que j’ai encore qq semaines avant qu’il ne disparaisse de l’affiche :oà

    • luzycalor - novembre 21, 2011

      Oui je pense que je vais aller le voir. Il faut que je trouve le temps ce qui n’est pas gagné! Je suis entièrement d’accord avec ce que tu dis sur Murat. Il me déçoit un peu ces derniers temps, d’autant que ses critiques sont franchement dures. Je ne dis pas que tous ces films sont des chefs d’oeuvre mais ils méritent incontestablement que l’on se penche dessus ne serait-ce que par les messages véhiculés souvent très « Humains ».

    • Fanny - novembre 22, 2011

      hé hé, j’aime bien quand il y a du débat ! je publierai très prochainement un billet pour expliquer plus en détails pourquoi je n’ai pas aimé « Toutes nos envies », après tu as raison il est toujours bon de se faire son propre avis. J’aime la fragilité de Marie Gillain, j’étais ravie à l’idée de la retrouver au cinéma mais malheureusement, j’ai été déçue. J’irai lire ton billet pour voir pourquoi ce film t’a plu, car le plus intéressant en matière de cinéma reste de confronter ses opinions !

      • luzycalor - novembre 22, 2011

        Filou a publié son billet ce matin sur le film. Il y a de fortes chances pour ma part que je ne le vois pas dans l’immédiat car j’opte plutôt pour les neiges du Kilimandjaro (bien obligée de faire des choix).

  • Liten Blomma - novembre 20, 2011

    Bonsoir Luzycalor ! Pour des raisons personnelles que je ne développerai pas ici – faute de temps, d’envie et d’énergie – je ne te cacherai pas que cette question de l’handicap me tient beaucoup à coeur. J’estime sans ambages que la France est un pays peuplé d’handiphobes en tous genres et que, de ce fait navrant et déplorable, je doute fort qu’un film, si drôle, si réussi soit-il, puisse parvenir à bouleverser les consciences à ce sujet et encore moins les faire évoluer dans un sens que l’on estimerait juste. Evidemment, ce jugement critique n’engage que moi – mais il se trouve que le Pr. Israël Nisand, gynécologue-obstrétricien au CHU de Strasbourg (celui-ci s’était fait connaître lors du procès « Courjault » en invoquant le fameux déni de grossesse), dénonce lui aussi et plus vivement encore cette hanidphobie prononcée qui gangrène la société française. Bref, irai-je voir ce film au cinéma ? Non, pour des raisons tout autres : celles qu’a indiquées Carmadou. Cela dit, ne l’ayant pas vu, et espérant le voir un de ces jours, je peux tout de même confier ici que son titre m’inspire beaucoup de tendresse et de souvenirs : comment ne pas songer à « The Untouchables » de Brian de Palma (ce faux-ami qui se traduit par « Les incorruptibles »). J’espère que Omar Sy fera une grande carrière ai cinéma, car cela aussi c’est un problème : la présence rare d’acteurs et d’actrices noir-e-s au grand écran. Pardon pour tout cet étalage de bons sentiments teintés de political correctness, mais c’était l’humeur du soir ;) A très bientôt…

  • luzycalor - novembre 21, 2011

    Ah non! N’attendons pas un bouleversement total des consciences, il ne faut pas rêver ! Mais si déjà quelques individus pouvaient être désormais plus attentifs, ce ne serait pas si mal. Car bien évidemment au delà de l’humour, la problématique du handicap devrait faire mouche. J’espère…
    Il m’est en revanche difficile de rebondir sur ta remarque sur la France pays handiphobe (je ne connais dans mon entourage aucune personne n’ayant à souffrir d’un handicap sérieux) , mais je veux bien te croire. J’observe en tout cas que le quotidien des handicapés n’est pas facilité, qu’ils sont souvent montrés du doigt dans l’entreprise et que niveau accessibilité des lieux publics et mobilier urbain nous ne sommes clairement pas au top!

  • Le Journal de Chrys - novembre 21, 2011

    Je ne l’ai pas encore vu….. mais je pense que j’ai le temps, il y aura moins de monde (car le jour où j’ai voulu le voir: COMPLET)

  • Asphodèle - novembre 22, 2011

    Bon, au vu de tous ces commentaires, je crois que je ne vais pas me précipiter au cinéma mais j’essaierai de ne pas le manquer non plus car tes critiques sont toujours pertinentes ! Et oui je pense aussi que le problème du handicap n’en ressort pas grandi malgré les bonnes intentions, comme si d’avoir VU ces bonnes intentions déculpabilisait les gens et « c’est bon j’ai fait ma BA. », mais ils ne vont pas aller se pencher sur les manques cruciaux de rampes d’accès aux cinéma (justement) et sur les parcours du combattant que vivent les handicapés au jour le jour… Tant qu’on a bonne conscience, le reste est toujours le problème des « autres »…

  • aircoba - novembre 27, 2011

    Je suis allé le voir aujourd’hui. Et je me suis bien marré. Y’a une grosse grosse quantité de vannes. Par contre, je serais un tout petit peu plus sévère que toi sur le reste. Autant ce qui se passe entre eux fonctionne très bien, autant le reste tire parfois un peu trop sur la corde des clichés et du larmoyant. En témoigne cette fin dégueulasse (et je pèse mon qualificatif) où on voit apparaître les vrais personnes à l’écran pendant qu’on apprend que l’un s’est remarié et a eu une fille, et l’autre est devenu chef d’entreprise. C’est vraiment surfer sur la vague du « c’est trop une belle histoire et en plus c’est vrai ». Je trouve ça de très mauvais goût.

  • aircoba - novembre 27, 2011

    Et larmoyant n’est pas le bon qualificatif par contre. C’est le côté émotionnel qu’on veut m’imposer à tout prix en me montrant les vrais gens. Ca me rend furieux.

    • Luzycalor - novembre 27, 2011

      C’est assez marrant ce que tu dis car je n’ai effectivement à aucun moment fait cas de la fin dans mon billet alors que je l’ai juste trouvé débile tout comme toi! Non seulement le fait de nous montrer les individus concernés mais aussi tout simplement cette fin de l’histoire un peu grotesque, cette rencontre organisée avec la nana avec laquelle il entretient une relation épistolaire. Trop grosse ficelle. Mais bon, globalement le film m’a quand même bien plu alors…

Laisser un commentaire

Archives

Challenge Françoise Sagan