Un génie nommé Ry Cooder

Ry Cooder et le Buena Vista Social Club

De Bop Till You Drop à Paris-Texas la musique de Ry cooder est une véritable invitation au voyage. Dans le film de Wenders elle illustre les contours des grands espaces américains où le soleil cogne sur des routes interminables balafrant des paysages souvent plats que seuls quelques motels miteux viennent de temps en temps défigurer. On y sentirait presque les vents chauds nous crâmer le visage, balayant sur leur passage quelques chardons ou plantes épineuses.

Sur l’album Bop Till you Drop sorti en 1979, cet as de la Slide guitar se consacrait au Rhythm’ and Blues et à la Soul allant jusqu’à décrocher un tube grâce à sa version plutôt originale du Little Sister d’Elvis Presley. Personnellement The very thing that makes you rich que je vous propose d’écouter ici remporte toute mon adhésion et je ne résiste pas non plus à vous mettre la version de la chanson du King.

Mais le plus beau voyage que m’ait offert Cooder reste toutefois sa participation à la résurrection du club légendaire de musiciens que fut le Buena Vista Social Club  qui se révèle sous nos yeux dans le formidable documentaire éponyme. Véritable chronique de cette renaissance – celle de 3 générations de musiciens cubains parmi lesquels le légendaire chanteur-guitariste Compay Segundo, le chanteur Ibrahim Ferrer et le pianiste Ruben Gonzalès  – Buena Vista Social club, c’est l’histoire de ces quelques papys du son abandonnés à la musique et vivant à la Havane, qui sous le regard tendre de Cooder et  la complicité de Win Wenders vont se retrouver au Carnegie Hall de New York acclamés par une foule conquise. Ambiance incroyable. Instant de bonheur à l’état brut.


Crédit Photo : DR

Vous aimerez aussi :

Partager sur
A propos de l'auteur

Luzycalor - traduire lumière et chaleur - est le blog d'une petite curieuse adepte de cinéma, musique, littérature et culture urbaine en tout genre. Vaste champ d'investigation isn't it? Parce que si culture s'étale comme confiture, les deux ont en commun un petit goût sucré dont on devient très vite addict. Bienvenue dans mon univers, ce monde vu de ma fenêtre!

4 commentaires
  • Sophie - décembre 16, 2011

    Je suis une grande fan de ce documentaire moi aussi extrêmement touchant…Merci pour ces queqlues lignes sur Cooder.

  • Carmadou - décembre 16, 2011

    Rien à redire, cet homme est un géant

  • WannaCook - décembre 17, 2011

    Tu sais à quel point ce billet me fait plaisir!
    Ry Cooder a consacré sa vie à la musique et surtout aux musiciens. C’est que qui l’a conduit à produire le Buena Vista Social Club; c’est ce qui avait conduit au Moula Banda Rythm Aces qui figure sur l’album Bop till you drop et qui l’accompagnait lors du mythique concert de Santa Cruz de 1987, filmé, mais qu’on ne trouve que sur YouTube.
    Les premiers albums de Ry Cooder sont également hautement recommandables, et présentent un panorama quasi exhaustif de la musique populaire américaine, de Woodie Guthrie à Presley, en passant par Johnny Cash.
    Ry Cooder continue de sortir des albums, l’un des tous derniers, « I, flathead » étant une pure merveille; mais sans grande publicité,en France, hélas ( le dernier album est sorti à l’été 2011, et je l’ai râté, la honte).
    Bon j’ai assez abusé de ton blog. un petit cadeau trouvé par hasard il y a peu sur Youtube:
    une répète avec Bobby King (l’un des choristes du Moula Banda) Gene Mumford et Cliff Givens du Golden Gate Quartet : http://www.youtube.com/watch?v=Ie1Dq5-cYgY
    et le début du concert de Santa Cruz :http://www.youtube.com/watch?v=jKRsmWtv7ag&feature=rellist&playnext=1&list=PL0B562A9944E97837
    Bisous

    • Luzycalor - décembre 17, 2011

      Oui je sais! D’ailleurs je n’ai pu m’empêcher de penser à toi en l’écrivant. Ry Cooder est un beau cadeau que tu m’as offert un jour et depuis je ne me lasse pas de l’écouter. C’est un homme exceptionnel, talentueux, d’une grande générosité. Merci pour ces 2 ajouts.
      A bientôt

Laisser un commentaire

Découverte musicale

Fil d’infos

Archives