Moebius : une étoile s’éteint

moebius

Bien triste nouvelle que celle de la mort de Jean Giraud que personnellement j’ai surtout aimé sous le trait de Moebius. Un pseudo à consonance stellaire? En tout cas un grand nom du monde de la bande-dessinée. Adolescente, je n’étais pas fan des Tintin, Astérix et autre Lucky Luke que je lisais sans grande conviction. Non! mon véritable enthousiasme, mon amour de la bande-dessinée est apparu avec les aventures de Gaston, ses espadrilles de clodo, sa ménagerie d’animaux tous plus tarés les uns que les autres, son authentique amour pour la rouquine coincée mademoiselle Jeanne, ses gaffes sans cesse renouvelées jamais égalées et surtout son indolence. Tombée dans la marmite, je n’ai fait qu’une bouchée des Spirou et Fantasio. Un peu plus tard et sur les conseils d’un proche je découvrais l’univers de Gotlib et ses Rubrique-à-Brac que je viens d’ailleurs de relire il y a peu. Contes de fées déjantés, enquêtes policières truculentes, réflexions étranges sur le sens de la vie et apparition de personnages récurrents décalés type Isaac Newton, je plongeais alors avec délice dans un monde plein d’humour, surréaliste à souhait, d’une puissance graphique incontestable. Un monde qui me parlait franchement et qui m’ouvrait à d’autres dessinateurs talentueux (Bretecher, Binet, Edika, Lelong, Léandri, Maëster, Moebius déjà, Reiser, Wolinski, et bien d’autres encore…). C’était l’époque des Fluide Glacial et autre Echo des Savanes. Je poussais même le vice jusqu’à consulter certains Hara-Kiri trouvés dans des bibliothèques amies que je survolais pour le coup en cachette; le Professeur Choron n’étant pas trop fréquentable pour l’adolescente de 16-17 ans que j’étais alors.

Quelques années plus tard je me tournais vers une bande-dessinée plus onirique; parfois fantastique faîte d’elfes, de trolls, de gnomes, de créatures incroyables et cauchemardesques, parfois de science-fiction regorgeant d’univers futuristes, de techno-civilisations, de méta-barons et de Bergs. Je découvrais Loisel et Le Tendre avec la Quête de l’oiseau du temps, Lanfeust de Troy de Arleston et Tarquin, L’Incal de Moebius et Jodorowsky ou encore Bourgeon qui outre Les Passagers du Vent (série de bandes-dessinées historiques hautement recommandable) me transportait avec le Cycle de Cyann (quoique l’attente un peu longue entre la sortie des différents tomes ait quand même écorné le plaisir).

Je garde pour l’Incal une affection particulière. Œuvre en 6 volumes, le lecteur est projeté dans un univers de fiction étrange, parfois abscons qui évolue sans cesse et fourmille de créativité artistique tant dans le scénario que dans son illustration. L’Incal c’est tout un monde un peu fou composé de villes verticales hors normes, de villes suspendues, mobiles ou démontables. Des villes où l’homme désespéré se jette dans un vide qui n’en finit pas (Ridley Scott et Luc Besson remercieront Moebius) à l’instar de l’anti-héros John Difool  (dont le lecteur suivra la quête tout au long de la saga) qui tentera la chute vertigineuse en début d’histoire.

La mort de Moebius m’a donné envie de revivre les aventures de John Difool et de Deepo. De retrouver également l’univers fantastique de Jodorowsky dont le film Santa Sangre m’avait particulièrement marquée. Avec la mort de Moebius, une étoile de la BD s’éteint, c’est certain.

Crédit photo : Moebius- Giraud/ Autoportrait

Vous aimerez aussi :

Partager sur
A propos de l'auteur

Luzycalor - traduire lumière et chaleur - est le blog d'une petite curieuse adepte de cinéma, musique, littérature et culture urbaine en tout genre. Vaste champ d'investigation isn't it? Parce que si culture s'étale comme confiture, les deux ont en commun un petit goût sucré dont on devient très vite addict. Bienvenue dans mon univers, ce monde vu de ma fenêtre!

6 commentaires
  • Liten Blomma - mars 11, 2012

    Pour ma part aussi, un grand-grand-grand souvenir de « L’Incal », John Difool et sa mouette de béton. Une perte inconsolable pour la bande dessinée et l’art en général. Merci pour ce billet, je n’en ai pas vu beaucoup aujourd’hui sur Moebius. C’est bien d’y avoir pensé.

    • luzycalor - mars 12, 2012

      Mouette à béton Liten Blomma…Ne me demande pas pourquoi je n’ai jamais compris ce qu’était une mouette à béton :) Grand monsieur effectivement. Son association avec Jodorowsky était des plus réussie.

      • Liten Blomma - mars 12, 2012

        Moi non plus, j’ignore ou n’ai plus gardé souvenance de la signification de cette curieuse appellation « Mouette à béton » (les anglosaxons eux le traduisent littéralement par « concrete seagull »), mais en ce qui concerne je préfère y entendre un délire métaphysique, au sens noble et non péjoratif du terme bien sûr. Ce n’est d’ailleurs pas ce qui manque dans beaucoup de bandes dessinées. L’imagination ne s’en trouvera que plus préservée.

        • luzycalor - mars 12, 2012

          J’adore les traductions françaises parfois un peu à côté de la plaque de phrase ou titre sujets à interprétation. Mouette à béton ou Concrete seagull, délire métaphysique sûrement qui rend le tout encore plus attirant.

  • Marinouaustralie - mars 12, 2012

    Je suis bien contente de lire un billet sur ce grand dessinateur car j’ai l’impression que les médias sont trop rapidement passés sur son décès durant ce week-end …
    Merci !

    • luzycalor - mars 12, 2012

      J’ai pu lire quelques articles intéressants sur le Net. Libé lui a rendu un hommage aujourd’hui intitulé « Moebius la bande décimée ». A la fois ce n’était pas un personnage public extrêmement connu. Tout ce qui n’est pas super vendeur est malheureusement souvent zappé :( Merci pour ton passage.

Laisser un commentaire

Découverte musicale

Fil d’infos

Archives