Stéphane Héaume – Interview

stephane heaume

Univers étrange, morbide, fantastique avec Sheridan Square, son sixième roman, Stéphane Héaume nous livre la parabole d’un homme prisonnier de son image, de son masque et du factice. L’opéra, toile de fond du récit, en est aussi la vibrante métaphore. Rencontre avec un passionné de littérature, de musique mais aussi de cinéma dont il aurait voulu faire son métier.

 
Luzy : Vous venez de publier votre sixième roman –  Sheridan Square – aux Éditions du Seuil. Avant toute chose, parlez-nous un peu de vous et de votre rapport à la littérature. Comment en êtes-vous venu à l’écriture ?

Stéphane Héaume : Ce n’est pas la littérature qui m’a conduit à écrire des romans, mais le cinéma. J’avais très envie d’être réalisateur lorsque j’avais quinze ans. La façon dont les histoires étaient racontées dans les films d’Alfred Hitchcock, de Fritz Lang, la manière dont la caméra enveloppait les personnages ou filait le long d’un décor, les plongées, les astuces de mise en scène, tout cela me fascinait. Je n’ai pas pu faire l’Idhec (aujourd’hui la Femis) et, du coup, comme l’envie de raconter des histoires était plus forte que tout, il a bien fallu que je trouve un autre moyen de le faire. Mais je crois que j’ai toujours une caméra vissée au fond de mon regard de romancier.

Luzy : Dans Sheridan Square votre héros Sheridan Grimwood passe un pacte faustien avec le diabolique Lawrence McDermott afin d’échapper à une spirale de déchéance physique et psychique. Le lecteur sent planer les fantômes d’Edgar Alan Poe et d’Oscar Wilde. Que représentent pour vous ces deux auteurs et dans quelle mesure ont-ils été source d’inspiration pour l’écriture de votre roman?

Stéphane Héaume : Cela fait longtemps que le thème du double m’obsède. Je voulais, à ma manière, rendre hommage à ces deux auteurs qui en ont été les champions. L’idée de départ était de construire une situation inversée par rapport à celle du Portrait de Dorian Gray. Dans Sheridan Square, la déchéance du personnage principal, Sheridan Grimwood, se lit sur son visage. Son corps porte peu à peu les stigmates de ses excès. Et c’est pour éviter de paraître ainsi au grand jour qu’il décide de louer un sosie sur Internet, un comédien qu’il va projeter sur la scène sociale, et dont les traits parfaits donneront le change. Ce double parfait, c’est son tableau vivant mais intact. Sheridan s’abîmera – dans tous les sens du terme – à l’ombre du regard social.

Luzy : Outre McDermott, votre héros se lie avec le jeune Vlad, un autre ange noir rencontré dans un background de club branché adepte de délicieuses potions addictives qu’il va lui faire ingurgiter. Doit-on voir ici un clin d’œil à Bram Stoker et son Dracula ?

Stéphane Héaume : Vous avez tout à fait raison, et c’est d’autant plus juste que pendant l’écriture de Sheridan Square, j’ai écrit une nouvelle, L’Idole Noire (Éditions du Moteur) entièrement construite autour du décor du palais de Dracula dans l’adaptation cinématographique de Coppola. J’ai vu ou revu de nombreuses adaptations du roman de Stoker à cette époque, et je crois que, du coup, toute l’ambiance de Sheridan Square baigne dans cet entre-deux eaux fantastique. Le thème de la dépendance est partout, le thème de la possession et de la vie par procuration.

Luzy : L’intrigue de Sheridan Square se déroule à New-York. Grimwood y est mécène du Metropolitan Opera, amateur entre autres de Strauss, Rossini, Dvorak et ayant hérité d’une remarquable collection de costumes d’opéra. D’où vous viennent ce goût et cette connaissance pointue du monde lyrique ?

Stéphane Héaume : Je détestais l’opéra quand j’étais jeune. C’était à mes yeux l’archétype de l’accessoire culturel bourgeois, ennuyeux mais de bon ton. C’est quand j’ai rencontré des musiciens de mon âge et des chanteurs que ma vision des choses a changé : j’ai vécu l’opéra de l’intérieur, et non plus comme une vitrine. J’ai alors compris que la plupart de ces spectateurs bourgeois n’y comprenaient rien, ils se rendaient à l’opéra comme à un cocktail, ils étaient incapables de résumer l’intrigue ni même de situer le compositeur dans l’histoire de la musique. Cela dit, c’est très français, car les choses sont très différentes en Allemagne ou au Etats-Unis. Lorsque j’habitais New York, il y a quelques années, j’ai eu la chance de pouvoir aller chaque soir au Metropolitan Opera. C’est là que j’ai été saisi par ce qui devrait être la véritable vocation de l’opéra : l’enchantement, le merveilleux. Les voix étaient admirables, naturellement, et les décors étaient éblouissants. Là encore, le cinéma n’était pas loin. En assistant à la production du Ring d’Otto Schenk, le plaisir était aussi grand que de regarder le Seigneur des Anneaux sur grand écran. Et tous les spectateurs savaient ce qu’ils voyaient et écoutaient.

Luzy : Votre roman est une allégorie de ce que le paraître peut faire comme dégâts par vanité et orgueil chez un individu. Mais n’est-ce pas le propre de nos sociétés contemporaines ?

Stéphane Héaume : Non, je crois que cela a toujours été le cas. Le mensonge du paraître, le jeu social, les faux semblants, l’habit – qui n’est qu’un déguisement… Les individus ont toujours été en compétition. Je veux ce que l’autre a, mais j’essaye de faire croire que ce que j’ai est bien mieux… C’est très enfantin, finalement. Et ça permet de vendre des tas de choses, de la fripe, des chaussures, des voitures, des produits de beauté, des appartements… Écoutez les conversations dans les restaurants : elles ne portent que sur ces sujets, tellement passionnants.

Luzy : La femme dans votre livre tient une place à part. Rédemptrice dans l’esprit du héros, inaccessible, elle va pourtant finir par le précipiter dans sa chute. Voyez-vous la femme comme une héroïne romantique ?

Stéphane Héaume : Bien sûr ! Sauf que dans Sheridan Square, Emily Stein n’a pas conscience de précipiter le héros vers sa chute puisqu’elle est amoureuse de lui. On m’a souvent reproché de décrire dans mes romans des femmes inaccessibles ou fantasmées, des femmes « kitsches ». Mais c’est précisément tout l’intérêt du roman que de pouvoir faire apparaître des silhouettes convoitées dont le lecteur ne sait pas si le personnage principal pourra l’atteindre. Mes héroïnes sont des silhouettes rêvées. C’est ma façon de rendre hommage à Pierre Benoit – dont on fête cette année le 50ème anniversaire de la mort – que j’ai toujours aimé et défendu. Sans une femme mystérieuse, point de passion, point de suspense.

Luzy : Pour finir je serais curieuse de savoir ce qu’est pour vous un bon livre ?

Stéphane Héaume : Un livre qui enchante, qui charme et envoûte, qui fait fantasmer – au sens allemand du terme : « Phantasie ». Un livre d’images et d’imagination.

Sheridan Square vient de paraître aux Éditions du Seuil. Je tiens à remercier Stéphane Héaume pour s’ être si gentiment prêté au jeu des questions.

© Crédit photo : Hermance Triay

En savoir plus :

> Stéphane Héaume est né à Paris en 1971. Son premier roman, Le clos Lothar (2002) a reçu les prix Jean-Giono et Emmanuel-Roblès. Il est également l’auteur du Fou de Printzberg (2006)et de la Nuit de Fort-Haggar (2009).

> Écoutez l’interview de Philippe Vallet sur France Info

> Consultez le site Internet de l’auteur

Vous aimerez aussi :

Partager sur
A propos de l'auteur

Luzycalor - traduire lumière et chaleur - est le blog d'une petite curieuse adepte de cinéma, musique, littérature et culture urbaine en tout genre. Vaste champ d'investigation isn't it? Parce que si culture s'étale comme confiture, les deux ont en commun un petit goût sucré dont on devient très vite addict. Bienvenue dans mon univers, ce monde vu de ma fenêtre!

14 commentaires
  • Le chat masqué - mars 18, 2012

    Waouw, géniale cette interview ! Bravo !! ça me donne envie de découvrir ce roman, très sincèrement… Bonne soirée chère Luzy !

  • luzycalor - mars 18, 2012

    Merci Le Chat, ça me touche beaucoup ce que tu me dis. J’ai pris un grand plaisir à partager avec cet auteur extrêmement intéressant.

  • filou49 - mars 18, 2012

    ah oui bravo pour cet interview…c rare sur la blogosphère d’arriver à décrocher des entretiens, et a fortiori avec des artistes dont on entend peu parler dans les médias traditionnels… je ne connaissais pas non plus stephane heaume( j’ai cru d’abord que c’était stephane michaka qui avait également écrit un roman sur le monde lyrique), alors meme qu’il a publié 6 romans, comme quoi certains auteurs n’ont pas les memes honneurs que d’autres…
    bonne fin de we Luzy…

    • luzycalor - mars 18, 2012

      Effectivement Stéphane n’est pas très médiatique mais c’est un auteur franchement intéressant qui possède une vraie élégance dans l’écriture et une sacrée imagination :)

  • Marion - mars 18, 2012

    Chouette interview en effet. Poe, Wilde, Stocker, le fantastique, ça donne envie.

    • luzycalor - mars 18, 2012

      N’est-ce pas? Merci pour le compliment.

  • aircoba - mars 19, 2012

    Je ne connaissais pas cet auteur. Faut dire que je connais pas grand chose en littérature française. C’est peut-être bien typiquement français ça aussi de lire que des romanciers étrangers. En tout cas, je note le nom. J’aime bien sa définition du « bon livre ».

  • luzycalor - mars 19, 2012

    Salut Aircoba,

    J’ai eu la chance de le rencontrer car nous avons un ami en commun qui me l’a fait découvrir. J’aime sa manière d’écrire et je pense que maintenant je vais tenter l’Idole Noire. L’univers de Dracula me fascine :) Pour ce qui est de la littérature française, je suis plutôt adepte en ce qui me concerne (et déjà des classiques d’ailleurs). J’aime aussi beaucoup la littérature anglo-saxonne. D’accord pour dire qu’un livre d’images et d’imagination est une bonne définition de ce que peut-être un bon livre mais je creuserais bien le terme de phantasie plus compliqué qu’il n’y paraît.

  • Le Journal de Chrys - mars 19, 2012

    Génial que tu aies pu faire cette interview!

    Je ne connaissais pas cet auteur.

    • luzycalor - mars 19, 2012

      Oui je suis enchantée d’avoir pu faire cette interview et espère renouveler l’expérience avec d’autres. Ravie de te l’avoir fait découvrir. A bientôt.

  • potzina - mars 19, 2012

    *sifflements admiratifs* Excellente interview luzy, bravo ! Je ne connaissais pas du tout cet écrivain, merci pour la découverte. Le fantastique, Poe… je crois que ça pourrait me plaire. En tous cas, tu m’as donné très envie d’en savoir plus.
    Bonne soirée !

    • luzycalor - mars 19, 2012

      Merci Potzina :) Moi je rougis devant tant de compliments et je suis contente de vous donner à tous l’envie de découvrir l’auteur. A bientôt.

  • Pierre - mars 19, 2012

    Chère amie,
    Je suis ravi de t’avoir fait rencontrer cet auteur hélas encore trop méconnu. Sheridan Square est son livre le plus fort et le plus beau. Il m’a fait penser à son premier roman dans la même veine, le Clos Lothar qui a d’ailleurs été récompensé du Prix Jean Giono.
    Je nous organise un diner, très vite. Je t’embrasse. Pierre

    • luzycalor - mars 19, 2012

      :) C’est quoi ce chère amie?! Et c’est quoi ce pseudo! :) Tu sais que je me suis un moment demandé qui était ce Pierre? Quant au diner, avec plaisir et avec Linda bien sûr. Bises

Laisser un commentaire

La Superbe

Fil d’infos

Archives