Soundgarden in a Black Hole

Soundgarden au Zénith

Incroyable voix. Puissante et douce à la fois. Rauque, un brin brisée qui gronde comme le tonnerre puis dérive parfois vers des sons plus veloutés, raffinée comme une caresse. Outre sa gueule d’amour et ses pecs d’acier Chris Cornell est un chanteur hors pair.

Leader charismatique de Soundgarden, à une époque où l’industrie du disque crève à petit feu, il s’offre le luxe en 2011 de sortir avec son groupe reformé un album live intitulé  Live on I5 composé de chansons enregistrées lors d’un concert donné en 1996 et comprenant quelques reprises dont une des Stooges.

Jouant savamment avec la fibre nostalgique de ses fans, Soundgarden se produisait hier au Zénith et offrait un spectacle des plus catastrophique! Le cœur au bord des lèvres et les oreilles en feu je ne crois pas m’être autant ennuyée depuis… Audioslave à l’Olympia.

Mais il était où l’ingé du son bordel? Et la voix de Cornell qui se perdait en borborygmes infâmes. Pourtant dieu sait que tu pourrais m’emmener sur ton bateau-pirates Chris mais là il avait plutôt des allures de naufrage. Et je ne parle même pas de Ben Sheperd (bassiste) et de Kim Thayil (guitariste) dont l’énergie frisait le vide intersidéral. Il faut bien le dire, le black hole sun a frappé à la porte du Zénith hier soir. Seul Matt Cameron – le batteur – a su tirer son épingle du jeu fort brillamment d’ailleurs. Et quelques moments de grâce notamment sur Burden in My hand et Fell on Black Days. Mais c’est peu, c’est très peu sur 2 heures de spectacle!

17 ans que Soundgarden n’avait pas foulé le sol des salles de concert françaises, 17 ans pour ça, on ne m’y reprendra pas!

 

Vous aimerez aussi :

Partager sur
A propos de l'auteur

Luzycalor - traduire lumière et chaleur - est le blog d'une petite curieuse adepte de cinéma, musique, littérature et culture urbaine en tout genre. Vaste champ d'investigation isn't it? Parce que si culture s'étale comme confiture, les deux ont en commun un petit goût sucré dont on devient très vite addict. Bienvenue dans mon univers, ce monde vu de ma fenêtre!

7 commentaires
  • Le Journal de Chrys - mai 30, 2012

    Ohhh ben je ne connais pas!!!!

  • Aizen - mai 31, 2012

    Ah…Soundgarden…que de souvenirs…Audioslave j’aime beaucoup moins.
    Il est cool ce post bien rock & roll! ^^ 17 ans…de blackout…tu m’étonnes que c’est long!

    • luzycalor - mai 31, 2012

      Audioslave c’est particulier il est vrai. 17 ans c’est long mais quand tu vois le résultat, beaucoup de fans étaient vraiment déçus. A la fois jamais vu un son aussi pourri, retour de merde, larsens. Y’a pas eu de balances c’est pas possible! Je pense d’ailleurs que le manque d’énergie du groupe est venu du fait qu’évidemment ils se sont rendus compte des dégâts. C’est dommage.

  • Touteouïe - mai 31, 2012

    C’était bien la peine qu’ils ressortent de leur tombe ces pauvres Soundgarden… Dommage que tu n’aies pas passé un bon moment. ça doit être frustrant ce genre de cassage de mythe…

    • luzycalor - mai 31, 2012

      Moi je m’en fous, ça ne casse pas trop le mythe, je ne suis pas fan de la première heure. J’écouterai toujours Soundgarden avec plaisir (plus de concert en revanche si tant est qu’ils en fassent encore). J’ai passé un bon moment avec les personnes qui m’accompagnaient. Puis Cornell a quand même la classe (à voir), y’a rien à dire même avec un ventilo dans la tronche :)

  • Tom-x - mai 31, 2012

    Concert de merde en effet, pourtant attendu! Et Cornell avec son ventilo dans la tronche, pathétique. Setlist génial mais son pourri, voix pas à la hauteur. Trop déçu :(

    • luzycalor - mai 31, 2012

      ça ne m’a pas trop gêné les cheveux dans le vent même si c’est un peu ringard. Pour le reste tout est dit effectivement c’était plutôt navrant. Une version de Black Hole Sun catastrophique.

Laisser un commentaire

Festival de l’été

Fil d’infos

Archives