Plumes et dentelles à Versailles : Interview de Joana Vasconcelos

Joanna Vasconcelos à Versailles

L’art contemporain s’invite désormais chaque année à Versailles. Après Jeff Koons, Takashi Murakami et Bernar Venet ayant déjà provoqué la polémique, c’est au tour de l’artiste portugaise Joana Vasconcelos d’exposer ses œuvres originales au Château du roi Soleil ainsi que dans les somptueux jardins. Désormais sous l’égide de Catherine Pégard l’Etablissement Public de Versailles garde toutefois en mémoire l’audace de son prédécesseur – Jean-Jacques Aillagon – à l’initiative de cette exposition étonnante. Interview d’une artiste pas comme les autres qui fit parler d’elle dès franchissement des grilles royales et qui, je n’en doute pas, fera parler d’elle encore longtemps.


Que représente pour vous le fait d’exposer au château de Versailles après certains grands noms de l’art contemporain comme Jeff Koons, Takashi Murakami ou Xavier Veilhan ?

J. Vasconcelos : 
It’s a great honour. I’ve always been interested in the idea of luxury and excess, and the operatic dimension of my work results from my examination of these concepts. To exhibit in the Palace of Versailles is to establish a dialogue between my sculptures and place that has always served as an inspiration. 

Traduction :
C’est un grand honneur. J’ai toujours été intéressée par l’idée du luxe, par l’excès. La dimension lyrique de mon travail résulte d’ailleurs de mon appréciation de ces concepts. Exposer à Versailles consiste à établir un dialogue entre mes sculptures et un lieu qui m’a toujours beaucoup inspirée.


Que pensez-vous de la polémique (présente pour Koons ou Murakami) sur la place de l’art contemporain dans un endroit historique comme le château? Que peut apporter ce dialogue entre création actuelle et monuments historiques?

J. Vasconcelos :
The Palace of Versailles was conceived to become the most ground-breaking stage for contemporary artists of the time. I think that continuing to show contemporary art so many centuries later gives continuity to that audacious spirit, injects life into this extraordinary monument and renovates the public’s relationship with it.

Traduction :
Le Château de Versailles a été conçu pour devenir une des scènes les plus révolutionnaires pour les artistes à l’heure actuelle. Il me semble qu’y exposer des siècles plus tard des oeuvres contemporaines assure la continuité de l’esprit audacieux du lieu, insuffle de la vie et permet au public d’entretenir une relation toujours renouvellée avec le domaine.


Vous travaillez souvent dans des interventions publiques dans des sites extérieurs et connus. Comment avez-vous affronté la spécificité de cette exposition, que ce soit dans le traitement d’un espace aussi codifié et spectaculaire que le château ou dans l’approche d’un lieu aussi chargé d’histoire?

J. Vasconcelos :
Every aspect of the Palace posed various challenges ; in terms of its architecture, the grandiose scale, the rich decoration were only two of them. Then there’s the immaterial aspects that must also be taken into consideration, such as the memory of the space, what it means, its history, and the conceptual richness of each room. All of this had to be carefully and thoroughly researched, as I wanted to create works that would dialogue with and integrate harmoniously in that context.

Traduction :
Chaque partie du château a fait l’objet de défis différents dont les deux principaux furent la taille gigantesque de l’endroit et les décorations somptueuses. D’autres aspects jugés plus secondaires ont toutefois été à prendre en compte notamment l’esprit du lieu, sa mémoire, son histoire ainsi que la richesse conceptuelle de chaque pièce. Le tout a du être soigneusement et précisement étudié, d’autant que je tenais vraiment à ce que mes oeuvres trouvent écho et s’intègrent harmonieusement en ce lieu.


Votre travail part souvent de quelconques mais symboliques objets quotidiens qui vous permettent de tisser une ironique approche de la beauté comme c’est le cas, par exemple, pour les casseroles de Marilyn ou l’art du crochet dans Gardes. Comment envisagez-vous cette réintroduction humoristique des références populaires dans un endroit comme Versailles?

J. Vasconcelos :
One of the most extraordinary things about Versailles is that, before all the luxury, the grandeur and its unique historical significance, it was originally a residence, a place inhabited by people, by families. I see it as an exquisite combination of grandeur and everyday life, and my works (and my entire exhibition) embody and highlight that very same contrast.

Traduction :
Avant d’être un lieu de luxe, de magnificence et d’avoir cette signification historique unique, Versailles était avant tout un lieu de vie, une résidence, un endroit habité par des individus, des familles. Je le vois comme un savant mariage de splendeur et de vie quotidienne, et mon travail en est le reflet. Il incarne ce contraste.


En ce sens, y-a-t-il des choses que vous n’avez pas pu faire pour cette expo? On a dit que votre fameuse A Noiva a été refusée. Pensez-vous qu’une œuvre faite de tampons hygiéniques (avec toute cette belle réflexion sur la féminité) soit réellement moins adaptée au lieu qu’une œuvre faite de casseroles?

J. Vasconcelos :
Not having A Noiva in my exhibition in Versailles was very disappointing. This is the piece by which I became known to an international audience, but, most importantly, it was perfect for this exhibition : it’s shaped like an actual scale chandelier, a symbol of european luxury, and it would have articulated very efficiently the feminine side of Versailles, which is the focus of the exhibition. I fiercely disagree with the idea that tampons are inappropriate, just like cooking pans aren’t inappropriate ; besides that, the materials I use in my work become abstract once they are multiplied in order to give shape to something new and unexpected.

Traduction :
Ne pas avoir pu exposer A Noiva à Versailles fut une vraie déception car c’est ma pièce maîtresse, celle qui m’a rendu mondialement célèbre. Mais au delà, A Noiva était, il me semble, parfaite pour l’évènement : taillée à l’échelle d’un lustre, symbole du luxe européen, elle aurait révélé de manière efficace le côté féminin de Versailles ce qu’ambitionne mon exposition. Je ne suis pas d’accord avec l’idée que les tampons sont inopportuns, tout comme je ne trouve pas l’idée des casseroles de cuisine incongrue; par ailleurs, une fois multipliés pour donner naissance à un objet nouveau et inattendu, les matériaux que j’utilise dans mes oeuvres s’effacent, deviennent abstraits, ne sont plus identifiés.


Quels sont vos futurs projets?

J. Vasconcelos :
I will have a solo exhibition in London, which will open in the begining of October, plus a couple of projects I’m considering in Turkey, Russia and Brazil. Next year I will represent Portugal at the next edition of the Venice Biennale.

Traduction :
Début octobre, j’expose à Londres. J’ai aussi deux ou trois projets en Turquie, en Russie et au Brésil. Enfin, je représenterai le Portugal à la prochaine édition de la Biennale de Venise.

Joana Vasconcelos expose à Versailles
Du 19 juin au 30 septembre 2012
Commissaire de l’expo : Jean-François Chougnet
Infos pratiques : Ici

Site Internet : http://www.vasconcelos-versailles.com/

Je tiens à remercier Joana Vasconcelos d’avoir accepté de répondre à mes questions. Remerciements également à Ana Rodrigues de l’Atelier Joana Vasconcelos au Portugal et Marie-José Lecerf, attachée de presse en France sans qui rien n’aurait été possible.

En images…

Photos: luís Vasconcelos / © Unidade Infinita Projectos

Vous aimerez aussi :

Partager sur
A propos de l'auteur

Luzycalor - traduire lumière et chaleur - est le blog d'une petite curieuse adepte de cinéma, musique, littérature et culture urbaine en tout genre. Vaste champ d'investigation isn't it? Parce que si culture s'étale comme confiture, les deux ont en commun un petit goût sucré dont on devient très vite addict. Bienvenue dans mon univers, ce monde vu de ma fenêtre!

6 commentaires
  • Stéphanie - août 10, 2012

    Excellent d’avoir décroché cette interview. Je suis allée voir cette expo que j’ai trouvé extraordinaire, décalée, tout comme Murakami que j’ai également beaucoup aimé. Alliance de contemporain et d’ancien pour un résultat surprenant.

    • luzycalor - août 10, 2012

      Oui j’ai pas mal apprécié Murakami aussi bien qu’ayant trouvé le tout un brin décalé. Toutes ces expos sont audacieuses et ça me plait. Quant à l’interview, je suis effectivement contente d’avoir pu l’obtenir :)

  • nomdezeusfabuleux - août 10, 2012

    Fantastique découverte ! Merci ! Et très chouette interview ça donne envie de mieux connaitre cette artiste.

    • luzycalor - août 10, 2012

      Merci Sophie. Ravie d’avoir pu te faire découvrir le travail de cette femme vraiment passionnante.

  • Camilla - août 26, 2012

    Très chouette interview d’une artiste que je ne connais pas du tout mais qui donne envie de la découvrir. Incroyable son lustre en tampons!

    • luzycalor - août 27, 2012

      Merci :) Je suis également assez admirative de cette oeuvre impressionnante!

Laisser un commentaire

Festival de l’été

Fil d’infos

Archives