Chroniques de Jérusalem – Guy Delisle

Chroniques de Jérusalem

C’est un peu l’histoire d’un candide en Palestine, celle d’un homme parti un an en Terre Sainte pour suivre sa compagne administratrice de Médecins Sans Frontière. Logé en plein cœur de Jérusalem-est Guy doit très vite faire face aux incongruités d’une situation géopolitique complexe où juifs et arabes (musulmans ou chrétiens) vivent en conflit permanent. Les territoires occupés (c’est-à-dire placés sous l’autorité de l’armée israélienne) comprennent la Cisjordanie et un peu plus loin la bande de Gaza. Terres fragmentées, routes bloquées, checkpoints disséminés, les populations y vivent emmurées dans des zones délimitées par une ligne verte tracée au terme de la première guerre israélo-arabe en 1948 générant des situations absurdes. Et c’est cette absurdité que l’auteur souligne et croque sans jugement.

Mais comment s’imaginer que juste derrière Erez (contrôlé par le Hamas) unique point de passage de Gaza en terre israélienne habitent un million et demi d’individus qui ne peuvent pas sortir? Comment comprendre qu’à Hébron en Cisjordanie le territoire soit divisé en deux parties l’une contrôlée par les palestiniens, l’autre contrôlée par l’armée israélienne pour protéger les colons qui vivent dans quelques maisons proche du tombeau des patriarches? Oui l’absurdité, celle aussi du quotidien où d’un côté de la rue vivent les colons alors que de l’autre les palestiniens s’accrochent à leur demeure et préfèrent rester plutôt que de fuir au risque d’être perçus comme des lâches ou des traitres aux yeux des leurs. Pire encore à Hébron, Guy se promène dans des rues avec grillages au dessus des têtes installés comme mesure de protection des palestiniens contre les projectiles et autres meubles balancés par les colons habitants en étage sur les passants. Et même si, ne nous y trompons pas, ce comportement extrême des colons de Hébron est parfois vivement condamné par la grande majorité des israéliens (Ehud Olmert – premier ministre à l’époque – ayant même utilisé en 2008 le mot de pogrom perpétré par les juifs contre les arabes), les palestiniens craquent souvent nerveusement et vivent à n’en pas douter dans un stress quasi continu.

Et Deslile de conclure avec un brin d’humour ou un soupçon d’ironie : « J’te jure quand on voit le spectacle qu’offre la religion dans le coin, ça donne pas trop envie d’être croyant – Ah merci mon dieu de m’avoir fait athée! ». Profitant de son statut d’homme au foyer disposant de temps libre, il guide petit à petit le lecteur dans ses incursions territoriales : de Ramallah à Hébron en passant par le Mont des Oliviers, le Saint-Sépulcre, le mur des lamentations jusqu’à ses séances de dessin en contemplation devant la monstrueuse démesure du mur de la Honte. Imaginée au retour en France de l’auteur, c’est-à-dire avec toute la distance, l’humilité, la sagesse aussi que demande l’analyse de tels sujets, cette bande-dessinée est tout simplement passionnante. 350 pages dévorées, des émotions en cascade, des choses apprises. Un ouvrage hautement recommandable!

 

> Lire aussi un Candide en Palestine qui propose des photos de Hébron (Luzycalor/octobre 2010)

Vous aimerez aussi :

Partager sur
A propos de l'auteur

Luzycalor - traduire lumière et chaleur - est le blog d'une petite curieuse adepte de cinéma, musique, littérature et culture urbaine en tout genre. Vaste champ d'investigation isn't it? Parce que si culture s'étale comme confiture, les deux ont en commun un petit goût sucré dont on devient très vite addict. Bienvenue dans mon univers, ce monde vu de ma fenêtre!

8 commentaires
  • My Little Discoveries - décembre 20, 2012

    Ma soeur et son copain sont allés en Israël cet été et ils ont adoré ce voyage. Je leur offre ce livre à Noël, j’espère qu’il leur plaira ;o)

  • luzycalor - décembre 20, 2012

    Chouette cadeau franchement! Tout dépend où ils sont allés. Si c’est Tel Aviv, elle a la réputation d’être moderne, culturelle, plutôt libérale – quoique centre religieux important quand même – mais agréable à vivre semble t-il. Par contre en territoire palestinien, j’ai l’impression que l’on n’en revient pas tout à fait comme avant…

  • My Little Discoveries - décembre 21, 2012

    En fait, pendant 1 mois je crois, ils ont sillonné tout le pays, de l’extrême nord à la pointe du sud et de l’ouest à l’est… Je sais qu’ils voulaient lire ce livre, alors si tu l’as trouvé bien il devrait leur faire plaisir ;o)

  • Adrien - décembre 22, 2012

    Cet ouvrage est remarquable, entièrement d’accord avec toi pour le conseiller.

  • Gaëlle - janvier 29, 2013

    J’adore cette BD et le point de vue de l’auteur sur le pays documente bien les choses. Je suis tout à fait d’accord avec toi pour le recommander !

    • Luzycalor - janvier 29, 2013

      Oui c’est une excellente manière d’en apprendre un peu plus sur ce qu’il se passe là-bas. Mes parents qui ont fait le voyage m’en avaient touchés deux mots mais j’ai vraiment aimé le point de vue de l’auteur.

  • avis de lecture - février 27, 2013

    Je le conseil aussi beaucoup, tout le monde sait que l’histoire de jérusalem est complexe et compliquée. La réussite de l’auteur a bien été de donner des explications sur pas mal de points. J’aime beaucoup cet humour !

    • luzycalor - mars 1, 2013

      Oui je suis d’accord pour dire que c’est didactique et extrêmement bien fait. Je me suis noyée dans cette BD vraiment instructive.

Laisser un commentaire

Cinéma : James Mangold

Fil d’infos

Archives