Looper – Rian Johnson

Looper

Je peux bien l’avouer j’ai beaucoup de mal avec la science-fiction, surtout en littérature d’ailleurs bien plus qu’au cinéma. Ce que pourrait être le futur, ce qu’aurait pu être le présent…la mise en scène d’univers où se déroulent des faits non reconnus en l’état actuel d’avancement de notre civilisation m’effraie sans doute autant qu’elle me dépasse. Fahrenheit 451 attend sagement que je veuille bien m’y pencher, Lovecraft a eu raison de moi en quelques pages, Isaac Asimov et Arthur C. Clarke décorent ma bibliothèque. En revanche Ridley Scott, Stanley Kubrick, Terry Gilliam ou James Cameron me fascinent à l’image…ination.

Je me souviens d’un professeur d’urbanisme féru du Corbusier nous faisant une digression intéressante sur la ville futuriste dans les films de science-fiction. Pour décrire une société future, rien de tel que décrire une ville. Son urbanisme et le contrôle qu’y exerce l’Etat, son esthétique, son organisation, le mode de vie de ses habitants rendent compte d’un état social et économique. S’appuyant sur Blade Runner, l’analyse visait à comparer la structure urbaine de nos villes à division horizontale entre quartiers riches et quartiers pauvres (même si la loi SRU a contribué en France ces dernières années, dans certaines collectivités politiquement investies, à favoriser la mixité) à la structure urbaine verticale proposée dans le film de Ridley Scott. En haut – la ville haute – regorge de riches et d’hommes de pouvoir, alors qu’en bas – la ville basse – brassent pauvres et esclaves vivant dans la crasse et la violence. Cliché sans doute me direz-vous, et pourtant la réalité dépasse bien souvent la fiction en la matière et se pencher sur la structure urbaine c’est s’interroger sur ce qu’exprime la volonté d’être et de paraître d’une société. Bref, tout ça pour dire quoi? Qu’aborder la science-fiction est tout un art et demande un degré d’imagination particulier qui parfois me fait défaut. Frustrant n’est-ce pas?

Looper n’a pas fait exception, ma logique s’égarant parfois dans les méandres des va et vient spatio-temporels qu’au final je ne suis pas sûre d’avoir toujours bien captés. Mais qu’importe je me suis largement laissée happer par un scénario bien ficelé et l’originalité d’une histoire axée sur la confrontation du héros à son double de trente ans plus âgé obnubilés par un gosse que l’un veut tuer, l’autre protéger tous deux au nom de l’innocence et de l’amour. Pourtant exit les grands sentiments et la morale, chacun des personnages ayant été amené à commettre des actes abjects comme tuer des enfants de sang-froid ou vendre son meilleur ami pour quelques lingots d’or. Le bien et le mal s’enchevêtrent en permanence rendant le(s) héros tantôt attachant(s), tantôt repoussant(s).

Et qui peut se targuer d’avoir compris le dénouement? Happy end ou catastrophe annoncée? Certains y verront une fin heureuse là où moi je n’ai vu que la disparition d’un personnage envahit dans ses jeunes années par de nobles sentiments à l’égard d’une mère et de son garçon qui deviendra de toute façon le Rainmaker (inventeur diabolique de la machine à remonter le temps). Tout ce monde vivant dans un présent bien glauque avec des perspectives d’avenir aussi peu réjouissantes.

Looper est un vrai bon film de science-fiction à voir incontestablement.

Vous aimerez aussi :

Partager sur
A propos de l'auteur

Luzycalor - traduire lumière et chaleur - est le blog d'une petite curieuse adepte de cinéma, musique, littérature et culture urbaine en tout genre. Vaste champ d'investigation isn't it? Parce que si culture s'étale comme confiture, les deux ont en commun un petit goût sucré dont on devient très vite addict. Bienvenue dans mon univers, ce monde vu de ma fenêtre!

13 commentaires
  • ogressedeparis - décembre 5, 2012

    j’ai aussi trouvé ça pas mal du tout: le scenario est bien pensé et les acteurs jouent bien leur partition … on s’y laisse prendre

    • luzycalor - décembre 6, 2012

      Les acteurs dont j’ai d’ailleurs assez peu parlé sont bons je trouve, c’est vrai.

  • aurélie - décembre 6, 2012

    Ce film est tout bonnement génial (enfin moi je l’ai trouvé tout à fait crédible) et Bruce Willis bien que vieillissant y est très bon. Le garçon aussi flippant à souhait :)

  • filou49 - décembre 6, 2012

    bonjour Luzycalor,

    Ah moi je suis encore plus sectaire que toi sur le sujet de la SF : le cinéma m’est aussi hermétique que la littérature ( mais à ce sujet, Farhenheit 451 que j’ai lu l’année dernière dans le cadre d’n jury, c’est finalement super accessible)…et je n’ai jamais pu tenir plus de 10 minutes à Blade Runner ou 2001, ca frole l’intégrisme, je te l’accorde :o)…
    Mais je serais presque pret à faire une petite exception pour ce Looper dont tout le monde ( dont ma chère Potzina ) en dit le plus grand bien… enfin j’attendrais peut etre quand meme la sortie DVD; tant de films de genres plus passionnant pour moi attendent dans les salles en cette fin d’année

    très bonne journée à toi

    • luzycalor - décembre 6, 2012

      Fahrenheit 451 : Il faut que je le lise celui-ci. Il y a un film aussi et j’avais oublié que c’était Truffaut qui l’avait réalisé. Quant à Blade Runner j’ai beaucoup aimé. 2001 en revanche m’a demandé plusieurs visionnages et une explication d’un ami fan de Kubrick avant d’apprécier.

  • Isa tout simplement ... - décembre 6, 2012

    Raté … plus programmé ici à Bordeaux …

    • luzycalor - décembre 6, 2012

      Déjà? A peine un mois à l’affiche quoi!

  • auroreinparis - décembre 6, 2012

    Certes c’est un enfant, mais la raison aurait voulu qu’on le tue. Il est hyper dangereux ! Bon après, peut-on inopinément changer le présent , vaste question.
    Le film m’a semblé en deux partie, et j’ai préféré la 1ere, celle où l’on découvre la société future, je m’étais perdue un peu ds la seconde ( où l’on découvre l’existe du rainmaker), et ai trouvé le temps un peu long.

    • luzycalor - décembre 6, 2012

      oui je suis d’accord même si c’est odieux de l’admettre. C’est vrai que le film s’articule en deux parties. Pour ma part c’est plutôt la première qui m’a un peu perdue parfois…hihi je n’avais pas compris la scène de torture :) il m’a fallu une explication pour m’assurer du truc, bien dégueu par ailleurs.

  • potzina - décembre 6, 2012

    Comme tu le sais, j’ai adoré. Ce film a été une belle surprise et le gamin m’a fait bien flipper ! ^^

    • luzycalor - décembre 6, 2012

      Tu m’étonnes et à la fois parfois si mignon!

  • easylechaton - décembre 6, 2012

    Pour ma part j’y ai vu une boucle du temps qui offre comme fin la possibilité d’une troisième alternative au personnage, une vie où sa mère ne meurt pas, où il n’a pas à fuir seul dans un train.

    • luzycalor - décembre 6, 2012

      Oui c’est vrai j’y ai pensé aussi. A la fois cette fin laisse libre court à l’imagination de chacun. On peut y voir ce qu’on y veut!

Laisser un commentaire

Festival de l’été

Fil d’infos

Archives