D.A.F Marquis de Sade – Pierre-Alain Leleu

DAF Marquis de Sade - Ciné 13 Théâtre

Ce n’est point ma façon de penser qui a fait mon malheur, c’est celle des autres. « Le contrat social » a rendu l’homme discipliné, obéissant à un ordre moral, légal ou religieux au nom du bonheur collectif que la nature ne lui a pourtant pas imposé. Car dans la nature, la survie de l’individu, sa jouissance passent par la destruction de l’autre. Les vices sont dans la nature. Toutes les « fantaisies » aussi : coprophagie, sodomie, prostitution, viol, inceste. Seuls prévalent les rapports de force. Les forts imposent leur loi. La destinée de la femme est donc d’être comme « une chienne » soumise à l’homme. Plus forte que sa progéniture, la femme elle-même possède le droit d’exterminer cette dernière. Point de dieu dans la nature où le désir démesuré règne en maître.

Une philosophie de vie retranscrite dans des écrits obscènes et tonitruants qui vaudront au divin Marquis l’incroyable honneur de connaître les geôles de l’Ancien Régime aussi bien que les « prisons du régime de la liberté ». Sade embastillé, quel drôle de destin pour un libertin!

Une table, un petit lit rudimentaire, une cage composée de quelques barreaux dont le nombre obsède le prisonnier, Sade rumine, moleste son geôlier et parle avec sa propre conscience (non morale mais de soi). Cette conscience, mélange de vices et de vertus, mi-Justine mi-Juliette, incarnée par une jeune femme extrêmement belle, finira par se faire sodomiser. Propos cruels, scabreux, blasphématoires, c’est toute la pensée du Marquis qui se dévoile sous les yeux du spectateur confortablement installé dans les fauteuils en cuir de ce petit théâtre qu’est le Ciné 13 niché au cœur de la Butte Montmartre.

Pierre-Alain Leleu dans le rôle du Marquis de Sade est extraordinaire, on regrettera toutefois que sa conscience le soit un peu moins. D.A.F Marquis de Sade nous immerge intelligemment dans l’univers d’un personnage complexe, dérangé, pervers et cruel. Encore faut-il avoir envie de cette immersion car si l’homme reste fascinant par sa manière de penser le monde jamais égalée, les propos nauséabonds pourraient en rebuter plus d’un. Et encore la pièce reste t-elle bien soft !


D.A.F. Marquis de Sade

Pièce écrite par : Pierre-Alain Leleu
Mise en scène : Nicolas Briançon
Du 9 Janvier au 9 mars 2013
Ciné 13 Théâtre
Du mercredi au samedi 21h30
Dimanche 17h30

Vous aimerez aussi :

Partager sur
A propos de l'auteur

Luzycalor - traduire lumière et chaleur - est le blog d'une petite curieuse adepte de cinéma, musique, littérature et culture urbaine en tout genre. Vaste champ d'investigation isn't it? Parce que si culture s'étale comme confiture, les deux ont en commun un petit goût sucré dont on devient très vite addict. Bienvenue dans mon univers, ce monde vu de ma fenêtre!

7 commentaires
  • carmadou - février 11, 2013

    Voila qui nous rappelle avoir vu il y a quelques années la pièce passionnante de Yukio Mishima sur Madame de Sade…
    Pas certain d’avoir le temps d’aller voir celle ci, de partir à nouveau à la rencontre de ce personnage fascinant !

    • Luzycalor - février 11, 2013

      Ah Madame de Sade! Fidélité exemplaire lorsqu’il était en prison pour mieux le quitter au sortir non? On sent un brin d’humanité dans le personnage lorsqu’il lit les lettres de sa femme dans sa cellule. Mais que de mépris pour ces 3 enfants! C’est assez curieux qu’un auteur japonais se soit penché sur la vie d’un auteur français du 18ème. A la fois c’est Sade et Sade est fascinant! Sa femme encore plus 😉

  • ohoceane - février 11, 2013

    Ça m’intéresse, je suis en train de lire sa correspondance, sortie en poche, à Sade je veux dire, et j’avoue que le personnage me fascine, et m’intéresse.

    • luzycalor - février 12, 2013

      Sa vision du monde et de la société est juste incroyable, subversive, abjecte mais le personnage complexe est intéressant sans nul doute. Tu parles de sa correspondance avec sa femme lorsqu’il était en prison je suppose?

  • Asphodèle - février 12, 2013

    Je ne doute pas un seul instant du pouvoir de fascination qu’a exercé cet homme (et qu’il exerce toujours^^) mais oui, il faut avoir envie ! 😉

  • Jerome - février 18, 2013

    Je ne comprends vraiment pas ce commentaire, l’acteur jouant le marquis est monocorde et sans relief, le texte soporiphique, avons nous vu la même pièce ? J’y ai définitivement perdu mon temps.

    • luzycalor - février 19, 2013

      C’est votre avis que je ne partage pas. J’ai trouvé l’acteur charismatique et je le voyais plutôt assez bien dans le rôle de Sade. Je vous trouve dur avec la pièce. Vous en attendiez quoi au juste?

Laisser un commentaire

Festival de l’été

Fil d’infos

Archives