Game of Thrones – Fantasy

Game of Thrones

Baratheon, Lannister, Stark, Targaryen, Arryn, Greyjoy, Tyrell, un vrai jeu de 7 familles se manipulant, se torturant, s’entre-tuant, se mariant par alliance territoriale avec un objectif : s’asseoir sur le trône de fer. Alliant intrigues politiques, histoires d’amour et d’amitié, vengeances et coups bas avec dextérité Game of Thrones déploie une incroyable galerie de personnages aux destins croisés. Troisième saison pour moi maintenant et je dois dire que tout va crescendo. Plus je m’enfonce dans l’histoire, plus j’ai envie de poursuivre. Une véritable addiction. Universelle, semble t-il. Mais pourquoi un tel enthousiasme général pour cette série?

Peut-être parce que regorgeant justement de personnages complexes embarqués dans des intrigues rebondissantes, foisonnant également de paysages et de décors grandioses, oniriques, fantastiques toujours un peu inquiétants dans lesquels notre imaginaire peut aisément vagabonder Game of Thrones se positionne plus au confluent de la littérature, du cinéma et du divertissement TV que comme série avec ses codes et ses adeptes identifiés.

Mélangeant également univers fantastique et récit médiéval, elle s’adresse à un public de plus en plus large fasciné par cette époque hautement fantasmatique que réprésente le moyen-âge. Pour preuve l’engouement littéraire pour des romans-pavés comme Les piliers de la terre ou Un monde sans fin de Ken Follett et plus récemment chez nous Le domaine des murmures de Carole Martinez. L’étrangeté des mœurs, le côté brutal, bestial et sombre de sociétés en passe de se civiliser attirent autant qu’ils rebutent et semblent représenter un archétype séduisant pour l’imaginaire.

Quant au faux procès qui consiste à condamner les scènes de violence et de sexe soit disant trop nombreuses, il me semble hors de propos. La violence s’intègre à la série sans gratuité aucune et ne reflète que les mœurs d’époques on ne peut plus sordide où la décapitation (même s’il fallait s’y reprendre à 3 fois) était réservée aux nantis. On imagine facilement les supplices réservés aux autres. D’ailleurs, pour reprendre les propos d’un de mes proches, Le supplice de Damiens ou celui du Chevalier de la Barre ne sont que quelques exemples de l’inventivité toujours renouvelée de l’homme dès qu’il s’agit de nuire à son prochain, qu’il manifeste d’ailleurs encore de nos jours par les mines anti-personnel et les films de Luc Besson. Mon ami a plein d’humour! Enfin et pour ce qui est du sexe, je veux bien admettre que la première saison enchaîne quelques scènes sans grand intérêt pour l’histoire; elles ne remettent toutefois absolument pas en cause la qualité d’un scénario et l’inventivité d’une saga que je trouve pour ma part globalement de plus en plus captivante.

Vous aimerez aussi :

Partager sur
A propos de l'auteur

Luzycalor - traduire lumière et chaleur - est le blog d'une petite curieuse adepte de cinéma, musique, littérature et culture urbaine en tout genre. Vaste champ d'investigation isn't it? Parce que si culture s'étale comme confiture, les deux ont en commun un petit goût sucré dont on devient très vite addict. Bienvenue dans mon univers, ce monde vu de ma fenêtre!

5 commentaires
  • Emil L. Brewer - mai 16, 2013

    J’aime particulièrement le personnage de Tyrion (Peter Dinklage) qui est un séducteur, homme à femmes qui sait qu’il n’existe pas d’arme plus puissante que l’esprit. Philosophe, drôle et beau parleur, il aime la bonne chair, le vin et le sexe. C’est aussi un homme blessé, qui cache mal son besoin d’affection.

  • ohoceane - mai 20, 2013

    Je suis particulièrement fan de cette série et je suis rivée tous les dimanches soir à mon écran, depuis 3 ans, au fil des épisodes. Je ne suis pas très bonne connaisseuse d’héroic fantasy, mais justement, cette série m’a donné envie de me plonger dans le genre !

    • Luzycalor - mai 20, 2013

      Tout à fait d’accord. Cette série est vraiment géniale et je l’ai dévorée assez facilement.

  • auroreinparis - mai 27, 2013

    Je n’ai regardé que la Saison 1 et le début de la 2, je ne me suis pas vraiment laissée embarquer par celle-ci. J’avais un problème de sous titre décalé, et je n’ai pas trop cherché à résoudre le probleme.

    • Luzycalor - mai 27, 2013

      Poursuis je te jure ça en vaut la peine, ça va vraiment crescendo enfin je trouve.

Laisser un commentaire

Festival de l’été

Fil d’infos

Archives