Masculin/Masculin : l’homme nu dans l’art

Pierre et Gilles

Le nu masculin fait-il encore réellement scandale? Parité, mon cul! En la matière il est effectivement notable que là où la femme étale en 4×3 sa nudité voluptueuse pour vendre saucisson, voiture et lingerie fine, l’homme en simple appareil sur papier glacé reste « gay-ment » connoté. Sûrement à l’aune d’une époque où l’on entend encore – et je n’en avais pas pris la mesure avant la polémique suscitée par le projet de loi sur le mariage homo – des conneries abyssales sur l’amour et la reconnaissance sociale de l’union entre 2 personnes de même sexe.

Or voilà que le Musée d’Orsay se penche sur le nu masculin. Le corps, objet de désir, dont la représentation implique aussi d’explorer l’homoérotisme latent qui parcourt certaines œuvres. Etre nu c’est un peu se mettre à nu, dévoiler de sa fragilité, laisser de sa soi-disant virilité au placard. Celle qui fait qu’un sexe en érection représente la toute puissance masculine alors que photographies, dessins, sculptures, peintures véhiculent un homme naturel, le sexe « en berne » ou dissimulé sous quelques draperies. Pour autant il faut savoir distinguer la nudité et le nu. Un simple corps dépouillé de ses vêtements qui suscite la gêne par absence de pudeur diffère de la vision épanouie d’un corps remodelé et idéalisé par l’artiste.

S’appuyant sur la richesse de son propre fond et des collections publiques françaises, le Musée d’Orsay avec l’exposition se donne comme ambition d’approfondir – dans une logique interprétative, ludique, sociologique ou philosophique – toutes les dimensions et significations du nu masculin dans l’art. De Jacques-Louis David à Pierre et Gilles en passant par Gustave Moreau, c’est tout une filiation qui se fait jour autour des questions de pouvoir, de censure, de pudeur, d’attente du public et d’évolution des mœurs.

Alors, au-delà des spéculations, fantasmes et autres exhibitions grandeur nature d’étudiants en mal de sensation que l’événement génère, en vaut-il vraiment la peine? Il semble qu’il cumule quelques erreurs de méthodes en passant outre toute réflexion historique qui pourrait le rendre crédible et moins confus. Faute d’artistes de renom, il met également en avant des petits maîtres dont les tableaux frisent parfois le ridicule (vous savez de ces tableaux que l’on regarde un peu dubitatif en essayant d’y trouver un quelconque intérêt). Il reste néanmoins l’occasion d’y admirer des Gustave Moreau, Egon Schiele, Rodin et autre Cézanne. Et peut-être, qui sait, de mettre aussi un « petit » coup de pied dans la fourmilière.

Gustave Moreau – Jason © Musée d’Orsay

Mercure – Pierre et Gilles © Musée d’Orsay

Henri Greber – Coup de Grisou © Musée d’Orsay

Edward Burne-Jones – Roue de la Fortune © Musée d’Orsay

L’âge d’Airain – Rodin © Musée d’Orsay

Henri-Camille Danger – Fléau © Musée d’Orsay

 

En savoir plus :

> Masculin/Masculin, l’homme nu dans l’art de 1800 à nos jours
Grand espace d’exposition
Du 24 septembre 2013 au 2 janvier 2014

Site Internet du Musée d’Orsay 

Vous aimerez aussi :

Partager sur
A propos de l'auteur

Luzycalor - traduire lumière et chaleur - est le blog d'une petite curieuse adepte de cinéma, musique, littérature et culture urbaine en tout genre. Vaste champ d'investigation isn't it? Parce que si culture s'étale comme confiture, les deux ont en commun un petit goût sucré dont on devient très vite addict. Bienvenue dans mon univers, ce monde vu de ma fenêtre!

12 commentaires
  • carmadou - octobre 3, 2013

    Une femme nue pour vendre du saucisson, nous n’y croyons pas…. Obligez de nous trouver la photo ! 😉

  • luzycalor - octobre 3, 2013

    :) Je n’ai pas trouvé mais je suis sûre qu’en cherchant bien… J’ai juste ce lien : http://www.lexpress.fr/actualite/economie/ces-pubs-qui-font-hurler-les-feministes_824371.html, ça vaut le détour aussi!

  • Nico - octobre 4, 2013

    Une lecture bien complete merci bien.

  • auroreinparis - octobre 4, 2013

    Ah alors quelques fausses notes dans cette expo … Evidemment, en fille que je suis, j’ai envie d’y aller. Ca peut être sublime, un nu masculin :)

  • Célia - octobre 4, 2013

    Uuuuh ce matin j’ai juste vu la photo de mercure et ça donne envie d,aller y faire un tour!

  • Marine De Mode en Art - octobre 6, 2013

    Ton article donne envie d’aller voir cette exposition ! Il est très bien écrit, j’adore ton style et les photos sont top :)

    • luzycalor - octobre 6, 2013

      Merci

  • Anthony - octobre 6, 2013

    C’est vrai que le nu masculin est souvent connoté gay, ou alors pour shippendale pour fille un peu hiiiiii (je trouve pas de terme. C’est dommage, je trouve qu’un corps masculin peut être aussi beau qu’un corps féminin.
    Pas certain d’aller à Paris pendant cet expo, mais je trouve l’idée interessante

    • Luzycalor - octobre 7, 2013

      Pour filles un peu hiiii. Je n’en suis pas convaincue. Remarque un peu machiste Anthony non? :) Je suis sûre que tu peux trouver quelques mères de famille qui ont envie de s’éclater dans ce genre de spectacle. Car au masculin comme au féminin, regarder des gens se dessaper en se dandinant devant une foule d’individus peut être ludique tout comme pathétique. Tout dépend du contexte et des dispositions dans lesquelles on se trouve. Et oui entièrement d’accord le nu masculin est à mon sens aussi beau que le féminin.

      • Anthony - octobre 7, 2013

        Non, non, pas une remarque machiste, il y a bien des filles comme ça, je t’assure. Mais tout comme la plupart des mecs bavent devant une belle photo de lingerie, je te l’accorde (et il y en a bien plus, je te l’accorde aussi)

        • Luzycalor - octobre 7, 2013

          Je sais, je sais, j’ai déjà pu observer le phénomène d’hystérie féminine collective :)

  • ohoceane - octobre 8, 2013

    J’ai prévu l’expo pour ce weekend :) la sélection d’œuvre donne très envie, et puis c’est un angle peu exploitée, on parle tellement plus des nus féminins !

Laisser un commentaire

Festival de l’été

Fil d’infos

Archives