20.000 days on earth – Nick Cave

Générique d’ouverture elliptique composé d’images que l’œil perçoit à peine, la vie de Nick Cave défile devant nos yeux. The childhood, The Boys Next Door, The Birthday Party, The Bad Seeds, PJ Harvey, Kylie Minogue, Susie Bick, Warren Ellis…350…1.000…12.235…19.999, 20.000 jours sur terre pour 24 heures dans la vie d’une rock star australienne aussi fascinante que talentueuse. Une journée en apparence comme les autres mais où réalité et fiction finissent par se brouiller et s’entrelacer. Cette journée à la fois plus réelle et moins réelle, plus vraie et moins vraie, plus intéressante et moins intéressante qu’une véritable journée narrée avec sobriété et élégance par Nick Cave lui-même. La voix d’outre-tombe d’un homme rempli d’élan vital pour qui le temps passe trop vite pour le consacrer à l’oisiveté.

S’appuyant sur des carnets de notes, la construction cinématographique mêle voix off et mises en scène atypiques. Comme ce rendez-vous chez le célèbre psychanalyste Darian Leader offrant au musicien la possibilité de s’épancher avec pudeur, parfois humour et surtout clairvoyance sur la vie, son enfance, ses relations familiales et même Nina Simone. Tout comme également cette seconde scène clé basée sur la visite du chanteur aux Archives « Nick Cave » située à Melbourne à sortir des objets et des photos libérant un flot de souvenirs et d’anecdotes que les amateurs apprécieront. Car faut-il être amateur de Cave pour apprécier? Si sans conteste ce film apporte une vraie singularité au genre ultra codifié du documentaire musical et s’il est vrai qu’il s’agit ici moins de découvrir qui se cache derrière le vrai Nick que de tenter de mieux cerner le mystère de la création, les dialogues avec des personnalités phares de sa carrière (Kylie Minogue, Warren Ellis, Ray Winstone ou Blixa Bargeld) ainsi que les nombreux extraits de concerts et autres chansons studio pourraient, il me semble, laisser certains néophytes un peu de marbre. Les plus curieux découvriront toutefois l’univers ultra inventif et riche d’un chanteur au charisme impressionnant, à la plume lyrique et à la voix rocailleuse extrêmement envoûtante.

20.000 Days on Earth est un film de Iain Forsyth & Jane Pollard
Date de sortie : le 17 décembre 2014.

Vous aimerez aussi :

Partager sur
A propos de l'auteur

Luzycalor - traduire lumière et chaleur - est le blog d'une petite curieuse adepte de cinéma, musique, littérature et culture urbaine en tout genre. Vaste champ d'investigation isn't it? Parce que si culture s'étale comme confiture, les deux ont en commun un petit goût sucré dont on devient très vite addict. Bienvenue dans mon univers, ce monde vu de ma fenêtre!

Laisser un commentaire

Cinéma : James Mangold

Fil d’infos

Archives