L’univers Bretécher s’expose à Beaubourg!

LA BPI du Centre Pompidou consacre en ce moment et jusqu’au 8 février 2016 une exposition à Claire Bretécher. A une époque où la bande dessinée était une affaire d’hommes, cette virtuose de la satire a su s’imposer et se frayer un chemin remarquable d’intelligence. D’un trait traduisant aussi bien l’énergie que l’apathie des corps, son style réside aussi dans ses dialogues ciselés épinglant sans pitié les travers d’un sociotype (notamment les « bobos » des années 70) quand ils ne dynamitent pas carrément la langue (le vrai-faux argot d’Agrippine en est une bonne illustration).

La dessinatrice possède d’ailleurs une acuité exceptionnelle pour interpréter les mœurs de son époque. S’imprégnant de l’air du temps, elle y décèle les tensions entre la permanence d’un ordre moral que l’on pourrait qualifier d’immuable et les aspirations aux transformations. Son approche singulière des mentalités, traduite avec humour dans ses scenarii, produit des histoires extrêmement drôles et d’une totale liberté de ton que l’on prend plaisir à lire et relire encore. Claire Bretécher n’épargne personne : ni les machistes, ni les excès rhétoriques de certaines féministes (féministe elle l’a été mais elle rejette le militantisme. Elle dit d’ailleurs en parlant des membres du MLF : Tout ce qu’elles ont gagné avec leur campagne, c’est qu’on ne nous tient plus la porte), ni les pseudo-intellectuels de tous bords prétendant détenir la vérité. Toutefois, l’artiste ne se réclame d’aucune idéologie. Et si ses histoires nous font tant rire, c’est sans doute parce que bien souvent nous y reconnaissons nos propres travers.

Peintures, planches, dessins originaux, interviews télévisées, documentaires en compagnie de Gotlib et Mandrika avec lesquels elle fonda en 1972 L’écho des savanes, l’exposition fluide et complète invite à pénétrer dans l’univers de cette grande dame, libre, indépendante, intuitive, bourrée d’humour, charismatique et belle de surcroît. Oui je sais les qualificatifs ne me manquent pas lorsqu’il s’agit d’évoquer le talent de Claire Bretécher!

Des Angoisses de Cellulite aux Frustrés, en passant par Agrippine et le fameux Docteur Ventouse spécialiste en bobologie, consommer Bretécher ne nuit vraiment pas à la santé et devrait plutôt même être remboursé. Alors tous à Beaubourg!

 

En savoir plus…

> sur l’expo : par ici
> sur les événements autour de l’expo : par ici
> Exposition gratuite – BPI du Centre George Pompidou
du 18 novembre au 8 février 2016
Entrée libre pendant les horaires d’ouverture de la Bibliothèque
Lundi, mercredi, jeudi et vendredi : 12h – 22h
Samedi, dimanche et jours fériés : 11h – 22h
Fermeture le mardi

© Portrait Claire Bretécher : Rita Scalia

Quelques planches d’Agrippine 

Claire Bretécher

Planche Agrippine Claire Bretécher

Claire Bretécher

 

 

 

Vous aimerez aussi :

Partager sur
A propos de l'auteur

Luzycalor - traduire lumière et chaleur - est le blog d'une petite curieuse adepte de cinéma, musique, littérature et culture urbaine en tout genre. Vaste champ d'investigation isn't it? Parce que si culture s'étale comme confiture, les deux ont en commun un petit goût sucré dont on devient très vite addict. Bienvenue dans mon univers, ce monde vu de ma fenêtre!

2 commentaires
  • Anne Lise - décembre 10, 2015

    Superbe expo en effet. On y apprend plein de choses sur cette grande artiste!

  • Rosalie - décembre 18, 2015

    Je suis une grande fan de cette femme. Les frustrés surtout, les amours écologiques du bolot. C’est fin, bien trouvé. Je vais très vite me rendre dans cette expo. Merci du tuyau!

Laisser un commentaire

Festival de l’été

Fil d’infos

Archives