Politique et climatique, poétique ou dramatique?

Chris Morin-Eitner

Que serait un univers urbain abandonné à la végétation? Un renouveau où le bourgeonnement et la floraison des plantes envahiraient librement l’espace, où les animaux seuls résideraient, où l’homme n’existerait plus que par la présence de ses édifices en proie au déclin. Le photographe Chris Morin-Eitner s’est posé la question et sa réflexion poétique mais surtout réaliste quant à « qui de la nature ou de l’homme domine réellement l’autre? » a fait écho en ces temps sombres où l’avenir écologique de notre planète se décide ici et maintenant au sein de la COP 21. Invité à apporter sa pierre à l’édifice, il y intervient d’ailleurs sur le thème de la représentation du changement climatique dans l’art.

Une occasion de présenter son travail qui reflète l’idée de la vanité humaine, celle d’ériger des bâtiments aux dimensions monumentales, preuves tangibles d’une domination de l’homme sur la nature. Cette vanité, Chris Morin-Eitner la renverse en redonnant les pleins pouvoirs à la nature. Entre les lianes proliférant sur la Tour Eiffel et le pont de Brooklyn, la pyramide du Louvre perdue dans la savane, les nénuphars et roseaux entourant l’Opéra de Pékin, des zèbres, girafes, lions et autres flamands roses élisent tranquillement domicile. Nulle intention ici d’évoquer le résultat d’un cataclysme mais simplement de proposer une vision de la nature se réappropriant les lieux.

Pour faire bouger les choses, mes armes ce sont mes œuvres, mes photos. C’est une façon de répondre, de réfléchir au changement climatique, au paysage urbain, à la ville, à la place de l’homme.

Les artistes ont un rôle à jouer et une parole à donner pour éveiller les consciences, questionner, interroger sur le changement climatique et l’avenir de la planète. Les artistes, au même titre que les scientifiques et les citoyens, s’engagent – mais différemment.

Les artistes parlent avec leur cœur, leurs espoirs, leurs désirs, partagent leurs visions. C’est un engagement plus sensible, une forme d’activisme poétique, un militantisme artistique.

La nature nous a regardés grandir, elle nous regardera partir. Il faut la respecter, vivre avec elle en paix et en harmonie. C’est une mère, il faut lui rendre hommage. Car si l’Homme est amené à disparaître un jour, la Nature lui survivra. Mais à l’inverse, si la Nature disparaît l’Homme disparaîtra avec elle.

A nous citoyens du monde de comprendre que protéger la nature est un devoir. La confisquer pour des besoins humains, épuiser ses ressources, en faire un produit de consommation revient à court terme à nous condamner. Et n’oublions pas aussi que face à tout obscurantisme, « L’homme heureux cultive son jardin ».

 

Chris Morin-Eitner - Paris King of Jungle Arc de Triomphe-Tirage Papier Métallique Kodak contrecollé-180 x 120 cm-2015 © Galerie W

Chris Morin-Eitner – Paris/King of Jungle Arc de Triomphe 2015 – © Galerie W

Chris Morin-Eitner-New York Babylon Global Park-Tirage Papier Métallique Kodak contrecollé-150 x 100 cm-2015 © Galerie W

Chris Morin-Eitner – New York/Babylon Global Park 2015 – © Galerie W

Chris Morin-Eitner-New York Babylon Global Park-Tirage Papier Métallique Kodak contrecollé-150 x 100 cm-2015 © Galerie W

Chris Morin-Eitner – New York/Babylon Global Park 2015 © Galerie W

 

En savoir plus :

> Chris Morin-Eitner expose à la Galerie W : voir ses œuvres par ici 

 

Vous aimerez aussi :

Partager sur
A propos de l'auteur

Luzycalor - traduire lumière et chaleur - est le blog d'une petite curieuse adepte de cinéma, musique, littérature et culture urbaine en tout genre. Vaste champ d'investigation isn't it? Parce que si culture s'étale comme confiture, les deux ont en commun un petit goût sucré dont on devient très vite addict. Bienvenue dans mon univers, ce monde vu de ma fenêtre!

1 commentaire

Laisser un commentaire

Festival de l’été

Fil d’infos

Archives