Very Food Trip ou les aventures culinaires de Marine et Louis

« Fais que ton rêve dévore ta vie, afin que la vie ne dévore pas ton rêve. » Cet aphorisme de Saint-Exupéry Marine et Louis en ont fait leur leitmotiv.  À 24 ans, ils décident de tout quitter pour partir 6 mois réaliser un tour du monde à la rencontre des traditions culinaires. Dix pays foulés pour une explosion papillaire. Rencontre avec deux globe-trotters pas comme les autres.

 

Luzy : Vous avez décidé ensemble de faire un tour du monde culinaire chez l’habitant, était-ce un rêve de gosse ou un projet commun réfléchi que vous avez concrétisé?

Ce projet est parti d’une envie à la fin de nos études. Celle de découvrir le monde au plus proche des « locaux » et de monter un projet autour de notre voyage. Très vite notre choix s’est porté sur le thème de la cuisine. On s’était rendus compte que nos meilleurs souvenirs de voyage étaient souvent associés à des repas, à des moments passés chez l’habitant autour de la cuisine : le rituel du chai en Inde, un repas de Thanksgiving aux Etats-Unis, le sacrifice d’une chèvre au Népal… Le moment du repas permet, autorise, provoque la rencontre, la conversation et ce moment de partage et d’échanges tant recherché qu’on retrouve plus difficilement en allant au restaurant. Et puis, la cuisine est certainement la chose la plus partagée au monde. On mange partout dans le monde et pourtant chaque pays a ses propres rites et coutumes associés au repas. On mange tous différemment. C’est cela qu’on a voulu décoder en allant faire le premier tour du monde du repas chez l’habitant.
Il se passe tellement plus de choses en cuisine que « juste » de la cuisine. La cuisine est bien plus que l’art d’arranger la nourriture. Elle incarne le lien social qui structure nos sociétés. Elle reflète une histoire, un art de vivre, un art du partage. C’est pour cela qu’on tenait absolument à participer à la préparation du repas. C’est en cuisine que se font et se défont les histoires de familles, les légendes régionales, que se racontent et se transmettent les histoires des plats, des ingrédients. C’est en cuisine que l’on passe les meilleurs moments.

Luzy : Combien de temps a duré ce voyage? L’avez-vous un minimum organisé où vous êtes-vous laissés aller au gré de vos envies, de vos rencontres?

L’aventure a duré 6 mois. Il a d’abord fallu construire notre itinéraire, ce qui n’a pas été facile. On avait envie d’aller partout, de tout voir et de tout goûter. De manière assez intuitive on a choisi des pays qui ont un fort patrimoine culinaire. Mais aussi des pays dans lesquels nous avions vraiment envie d’aller depuis longtemps comme le Brésil.

Une fois sur place, on a laissé beaucoup de place à l’imprévu, à la spontanéité. On construisait notre voyage au gré de nos rencontres en suivant les conseils de nos hôtes rencontrés souvent sur les marchés, dans les transports, ou via les réseaux sociaux.

Luzy : La cuisine, les voyages : des passions communes mais qui de vous deux cuisine le mieux?

On a toujours aimé voyager au travers de la cuisine que ce soit à l’étranger (où l’on goûte toujours à tout) ou dans notre cuisine lorsque l’on refait les recettes que l’on rapporte de nos périples pour retrouver saveurs et odeurs qui nous emmènent à l’autre bout du monde. Louis a toujours eu le palais formé aux goûts d’ailleurs. Il a grandi à l’étranger, de l’Inde à l’Arabie Saoudite en passant par le Yémen ou la Chine. Mais de nous deux, Marine est peut-être la meilleure cuisinière.

Luzy : Dans quels pays avez-vous posé vos sacs à dos? Quels sont ceux dont vous gardez le meilleur souvenir sur le plan culinaire?

Nous sommes allés au Liban, en Inde, au Népal, en Chine, au Vietnam, en Thaïlande, au Japon, au Mexique, au Pérou et au Brésil. Quant à savoir ceux dont on garde le meilleur souvenir sur le plan culinaire, c’est une question compliquée. Chaque pays que nous avons traversé nous a marqué à sa manière. S’il ne fallait en retenir que deux (un chacun) ce serait probablement le Pérou et le Japon. Le Pérou, parce que nous y avons découvert une cuisine d’une diversité presque sans égale. Ce pays bénéficie d’une biodiversité exceptionnelle qui se retrouve dans sa cuisine, la richesse de la cuisine péruvienne est encore trop méconnue. Au Japon, c’est le souci du détail qui nous a frappé. Là-bas tout est question d’harmonie et chaque ingrédient, chaque ustensile, chaque recette sont pensés pour atteindre cet idéal. De plus, il a fallu franchir la barrière de la langue, réussir à pénétrer les intérieurs japonais, ce qui est toujours compliqué pour un étranger. Mais nous avons finalement été reçus avec beaucoup de générosité au Japon, comme partout d’ailleurs.

Luzy : Le « pain » tout comme les « jeux » on le sait fèdèrent les hommes, qu’avez-vous humainement retenu de vos rencontres?

Quand on est partis, on ne savait pas trop si ça allait marcher. On ne savait pas trop comment on allait s’y prendre, si on rencontrerait nos hôtes dans les transports ou si on allait devoir aller toquer aux portes. Finalement les choses se sont faites assez naturellement. Quand on arrivait dans une ville, notre premier réflexe était de nous rendre au marché. Armés de notre caméra, nous allions donc systématiquement nous balader sur les marchés alimentaires pour découvrir les produits et les ambiances locales. Les marchés sont une source intarissable de renseignements et d’informations sur un pays et sa culture. En les sillonnant, on a rencontré et discuté avec beaucoup de monde. Puis au gré de ces rencontres et opportunités, on racontait notre souhait, assez simple au final, de partager un repas chez l’habitant et de découvrir une recette. On a été frappés par la confiance qui nous a été accordée tout au long de notre voyage. Une telle réceptivité et un tel accueil vrai, simple et évident étaient inimaginables. On s’est rendu compte à quel point la cuisine est une porte d’entrée formidable pour découvrir le monde.

Il y a clairement un avant et un après ce voyage dans notre vie. Nous avons rencontré tellement de gens, de cultures, de façons de penser et de voir le monde différents qu’inévitablement nos perceptions des choses ont changé. Je crois qu’on en ressort encore plus ouverts sur le monde, plus curieux, plus tolérants et plus… gourmands. Nous avons aussi appris que réaliser ses rêves, c’était possible. Peu y croyaient au tout début mais à force de passion et de pugnacité, nous avons pu aller au bout de ce rêve de voyage et de rencontres au travers de la cuisine qui nous tenait tant à cœur. C’est une grande leçon, de savoir donner la chance et les moyens à ses rêves de se réaliser.

Luzy : La langue a t-elle parfois constitué une barrière? Si oui sans doute pas infranchissable alors quelle communication lorsqu’on ne parle pas le même langage, un souvenir insolite en la matière?

C’était parfois compliqué de communiquer mais nous nous sommes toujours débrouillés. On apprenait des rudiments de conversation courante. On est devenus des experts en langage des signes et quand ça ne suffisait pas on sortait notre carnet de notes pour faire des croquis.

En Amérique Latine, Marine a eu l’occasion de se mettre à l’espagnol et on s’est tous les deux mis au portugais par la force des choses. On a attaqué le Brésil par une traversée de l’Amazonie. Sur le bateau personne ne parlait autre chose que le portugais. Il a bien fallu apprendre.

Luzy : Quelle est l’image du voyage dont vous vous souviendrez toute votre vie?

Difficile à dire, nous avons tellement de coups de cœur. Mais s’il ne fallait retenir qu’un repas, ce serait probablement à Yangshuo dans le sud de la Chine – chez Sam. Il nous a fait découvrir toutes les spécialités de Yangshuo, notamment le poisson à la bière, les fleurs de courgette et les escargots farcis. Une véritable explosion de saveurs. Nous nous régalons à chaque fois que nous refaisons ses recettes.

Luzy : Chacun d’entre vous, donnez-nous les recettes que vous garderez toujours en mémoire (la meilleure gustativement parlant, la plus étrange, la plus repoussante car trop différente culturellement parlant avec ce que nous connaissons)

Louis a découvert la cuisine à la bière dans le sud de la Chine, toujours à Yangshuo chez Sam avec qui nous avons cuisiné un poisson à la bière. C’est une recette à la fois saine et équilibrée avec beaucoup de légumes,. L’amertume de la bière vient tamiser et relever la chair du poisson. C’est un plat emblématique de Yangshuo, à déguster sans modération.

Au cours de ce voyage, Marine a re-exploré les fleurs de courgette, notamment en Chine avec la recette de fleurs de courgette farcies à la viande. Cette recette est non seulement simple, délicieuse mais également très belle. Originale, elle mérite vraiment d’attendre la saison des courgettes, de saisir le moment de la floraison et de nous délecter.

Pour les expériences culinaires les plus étranges et les plus repoussantes, Marine se souviendra longtemps de l’œil de poulet qu’elle a mangé dans une communauté Karène au Nord de la Thaïlande. Et Louis du verre de sang de serpent accompagné d’un coeur de serpent cru au Vietnam.

Luzy : Suite à votre « food trip » vous avez publié un livre, a t-il été bien accueilli?

Ce livre retrace toute notre aventure. C’est beaucoup plus qu’un livre de cuisine même si on y retrouve quand même 130 recettes. Il raconte l’histoire des plats, des ingrédients, de nos repas, de la cuisine et des cuisines que nous avons découverts. D’une certaine façon, il rend hommage à nos hôtes et il leur appartient car sans eux rien de tout cela n’aurait été possible. Il a été très bien accueilli par le public et par la presse, à tel point que nous avons eu la chance de faire le tour des plateaux télé et des studios de radio. Pour être tout à fait honnête, on ne s’attendait pas du tout à un tel succès.

Luzy : Maintenant c’est Planète+ tous les mercredis à 20h55 à partir du 31 août qui vous offre une case pour faire rêver le téléspectateur, contents de ce succès?

On tenait beaucoup à retranscrire notre aventure en images. Les documentaires et le livre sont vraiment complémentaires et interagissent ensembles. Ils permettent aux lecteurs de se plonger dans l’univers des repas avec des recettes, des histoires, des images et en son. Il ne manque que les odeurs. Chaque épisode renvoie à un chapitre du livre et inversement, pour créer un univers interactif, avec cette idée de faire voyager au travers de la cuisine, en étant au plus proche de vrais gens, en se plongeant dans l’univers de nos hôtes. Nous avons vraiment essayé de retranscrire notre aventure le plus fidèlement possible.

Luzy : Des projets futurs? De nouveaux voyages culinaires?

Pleins ! Et notamment une saison 2 que nous préparons activement en ce moment avec 8 nouvelles destinations à la clefs. Toujours sur le même principe, en allant systématiquement cuisiner et manger chez l’habitant.

 

Merci à Marine Mandrila et Louis Martin d’avoir bien voulu répondre à mes questions. Leur livre Very Food Trip est paru en 2015 aux éditions Broché.

En savoir plus :
> Site internet : Food Sweet Food
Chaîne YouTube de Marine et Louis

 

Quelques images de leur périple :

Very Food Trip

Very Food Trip

Very Food Trip

Very Food Trip

Very Food Trip

Very Food Trip

Vous aimerez aussi :

Partager sur
A propos de l'auteur

Luzycalor - traduire lumière et chaleur - est le blog d'une petite curieuse adepte de cinéma, musique, littérature et culture urbaine en tout genre. Vaste champ d'investigation isn't it? Parce que si culture s'étale comme confiture, les deux ont en commun un petit goût sucré dont on devient très vite addict. Bienvenue dans mon univers, ce monde vu de ma fenêtre!

Laisser un commentaire

Cinéma : James Mangold

Fil d’infos

Archives