La Contrebasse

Avishai Cohen

Deux amis, un poème, pour rendre hommage l’un à sa peinture, l’autre à sa photographie. Christine Cazemajor, du bout de ses magiques doigts. Willy Labre, de l’angle de sa vue d’artiste. Hommage également à Avishai Cohen, contrebassiste saisi par l’objectif lors d’un concert à La Défense Jazz Festival en juin 2016. Quelques mots, un tableau, une image…

 

La Contrebasse

Tel un violon d’Ingres qu’imagine Man Ray,
Sensuelle et légère sur un dos nu de femme,
Les ouïes crues et béantes s’incrustant dans les chairs,
Deux petits serpents noirs tatoués sur la peau.

Souffle coupé, yeux clos, le son transperce l’âme,
La tête semi- penchée suivant la courbe pure,
La pulpe de ses doigts pinçant doucement les cordes,
De la grande dame brune, voluptueuse et grave.

S’envolent dans les airs en clé de fa et sol,
La mélodie portée par l’harmonie du jazz,
Pizzicato « forte », l’archet laissé pour compte,
Touche pourtant en plein cœur sensibles mélomanes.

Luzycalor (juillet 2017)

 

Avishai Cohen - Cazie

Tableau d’Avishai Cohen peint par Christine Cazemajor

 

 Avishai Cohen - Willy Labre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

© Willy Labre

Vous aimerez aussi :

Partager sur
A propos de l'auteur

Luzycalor - traduire lumière et chaleur - est le blog d'une petite curieuse adepte de cinéma, musique, littérature et culture urbaine en tout genre. Vaste champ d'investigation isn't it? Parce que si culture s'étale comme confiture, les deux ont en commun un petit goût sucré dont on devient très vite addict. Bienvenue dans mon univers, ce monde vu de ma fenêtre!

Laisser un commentaire

Festival de l’été

Fil d’infos

Archives