Graffmatt : un artiste du street art

Graffmatt interview

D’une mère artiste peintre et d’un père dirigeant d’une agence de graphisme, Matthieu Lainé dit Graffmatt a grandi au sein d’une famille de créateurs. Passionné par la peinture, c’est au travers du street art et de la culture Hip-Hop qu’il se révèle. Figuratives et expressives, ses œuvres sont exécutées en deux temps, qu’il décrit ainsi « d’abord l’élaboration dynamique d’un fond abstrait/graffiti puis un travail plus en détail et plus calme contrastant avec l’arrière plan ». Ayant besoin de s’immerger complètement dans son univers, l’artiste street art accompagne son travail pictural de l’écoute de musiques urbaines dont certaines sonorités l’incitent dans son art à utiliser des teintes sombres, tandis que d’autres le poussent plutôt vers de vives couleurs. Rencontre avec un jeune artiste dont les portraits n’ont pas fini de faire parler.

Comment en es-tu venu au graffiti?
Graffmatt : Je suis arrivé assez tardivement au graffiti et j’ai posé mon premier graff lorsque j’étais étudiant sur Lyon en 2007. Avec des potes dessinateurs on aimait bien squater les lieux abandonnés et voyant ces univers déjà bien chargés par le graffiti, on n’a pas hésité à marquer notre passage. Pour moi c’était plus de l’ordre de l’exercice, une manière de me tester sur du grand format. J’ai ensuite trouvé du boulot dans le graphisme mais cela ne m’a pas freiné dans mes créations car j’utilisais mon temps libre à dessiner et à peindre sur toiles. Aujourd’hui je suis à plein temps dans mon activité artistique qui me permet de dégager du temps pour peindre sur des murs. En 2013, avec une bande de potes, nous avons formé le collectif de La Maise. Nous avons mis en commun nos différentes compétences dans le but de répondre à n’importe quelle demande créative et artistique. En plus d’y trouver de la convivialité et de l’effervescence dans nos projets, le collectif permet à un artiste d’avoir le soutien nécessaire lorsqu’il souhaite réaliser un projet monumental ! Une vrai famille…

Quelles ont été tes influences en la matière?
Graffmatt : En étant sur Lyon, j’ai eu la chance de découvrir de près le travail du graffeur Brusk. Ça été un véritable déclic. Depuis, j’ai voulu moi aussi combiner mon travail de graphisme à l’art. Le plus souvent je peins des portraits sur des fonds de tags. J’aime jouer sur les contrastes entre la violence de l’arrière plan et la douceur du sujet. L’élaboration du fond à toute son importance car c’est ce qui mettra en valeur le modèle. Et pour cela je n’hésite pas à mélanger les techniques : les brosses larges pour réaliser des coulures et la bombe quand je commence à entrer dans le détail. Je n’essaie pas de réaliser des visages hyperréalistes, c’est pas mon délire. J’essaie justement de garder un rendu « esquissé » qu’on peut retrouver dans mes peintures. Le duo allemand Herakut maîtrise totalement ce style.

As-tu déjà fait du graff de rue, si oui où?
Graffmatt : Je ne suis pas trop dans le tag vandale, je n’ai pas ressenti le besoin de marquer les rues, même si je comprends la démarche et que ça m’inspire beaucoup. Lorsque je peins dans la rue, j’aime prendre mon temps. Du coup je trouve toujours le moyen de taper des murs légaux ou bien des friches, que ce soit à côté de chez moi ou lors de mes voyages. Je me base avant tout sur mes carnets de dessins ou mes tableaux et je cherche à exploiter des formats de plus en plus imposants.

Parle nous de ton voyage à NYC, comment as-tu appréhendé cette ville?
Graffmatt : Ça été 10 jours très intenses. J’ai réussi à profiter pleinement de l’instant présent tout en gardant l’œil artistique en mitraillant avec mon appareil photo. Mais les souvenirs sont encrés en moi. Je me sers surtout de mes photos pour peindre mes scènes urbaines sur toiles. C’est autre chose que de se promener sur Google Street view (pratique que j’ai longtemps utilisée pour faire du repérage). Il y a vraiment l’ambiance que je recherchais mais paradoxalement je trouve que cette ville se modernise trop vite dans certains quartiers. Cela doit venir de mon attirance pour les lieux vintages ou abandonnés. Je pense que des quartiers comme Harlem ou le Bronx, hauts lieux de la naissance de la culture hip-hop m’auraient davantage plu. Mais malheureusement je n’ai pas eu assez de temps pour m’y aventurer. Une prochaine fois peut-être !

Qu’est-ce que t’a apporté la culture Hip-Hop dans ta vie?
Graffmatt : Le Hip-Hop m’a décoincé de la culture classique et académique qu’on nous enseigne à l’école. J’ai toujours été fasciné par cette liberté d’expression née dans la rue à travers la musique, la danse, ou sur un mur, etc. Comme beaucoup d’artistes, la musique a son importance dans le processus artistique avec pour ma part une attirance plus particulière pour Hip-Hop Underground. La scène urbaine est ma principale source d’inspiration. Elle reflète la société dans laquelle nous vivons, un paysage en perpétuel mouvement. Ce qui m’intéresse, c’est de représenter les gens que j’ai pu observer dans la rue, comme pris sur le vif et de les confronter à ce mouvement urbain. On peut également retrouver cette touche Streetart dans mes montages vidéo et dans mes compositions musicales. Du coup, tous mes travaux baignent dans un univers cohérent.

Tes projets?
Graffmatt : Depuis le début de l’année je suis sur une grosse production avec Carré d’artistes qui me demandent d’être présent dans leurs 15 galeries en France, simultanément et pour Noël. Ca va être énorme en terme d’impact de visibilité. Cela va faire 2 ans que je collabore avec eux et que je constate une évolution fulgurante de mon style. J’ai de plus en plus confiance en moi et cela me motive à réaliser des fresques de plus en plus grandes. A suivre !

En savoir plus : 

Site internet :
www.graffmatt.com
Facebook :
https://www.facebook.com/GRAFFMATT
Instagram / Twitter :
@graffmatt
Sa galerie de tableaux : ici

 

Graffmatt

 

Graffmatt

Graffmatt

Graffmatt

Graffmatt

Graffmatt

Vous aimerez aussi :

Partager sur
A propos de l'auteur

Luzycalor - traduire lumière et chaleur - est le blog d'une petite curieuse adepte de cinéma, musique, littérature et culture urbaine en tout genre. Vaste champ d'investigation isn't it? Parce que si culture s'étale comme confiture, les deux ont en commun un petit goût sucré dont on devient très vite addict. Bienvenue dans mon univers, ce monde vu de ma fenêtre!

Laisser un commentaire

Exposition

Fil d’infos

Archives