« When you are Strange »: la résurrection des Doors

When you are Strange - Doors

Les Doors appartiennent à ces groupes légendaires qui, pourtant près de 40 ans après la mort de Jim Morrison, font encore l’objet d’articles, de documentaires ou de films et ont indéniablement marqué de leur empreinte l’histoire du rock ‘n’ roll.

En ce qui me concerne, j’ai découvert la voix rauque et profonde de Jim Morisson ainsi que les textes sombres, et les mélodies intenses des Doors à vingt ans. Je me suis alors laissée envouter par « The end » et son fameux « Father? Yes son. I want to kill you. Mother, I want to fuck you all night long ». A l’époque je me disais que ce très beau mec, érotique à souhait, parti prématurément, n’avait sans doute pas résolu son œdipe mais je me plaisais à écouter les paroles parfois violentes de son groupe, distillées sur fond de rock ou de blues.

Initiée par un ami, nous ne nous lassions pas de mettre en boucle « L.A Woman », « Light my Fire », « Riders on a Storm » ou encore « Break on Through ». Je me sentais alors comme envahie par une étrange mélancolie. Parfois, j’avais l’impression de m’évader dans le désert californien et d’y tracer la route par une fin de journée orageuse où les nuages bas et violet alourdissent l’atmosphère jusqu’à l’étouffement. Je dois avouer que cette musique ne me laissait pas indifférente. Elle correspondait sans doute à mon état d’esprit du moment.

Puis vint le film d’ Olivier Stone (que je trouve avec le recul extrêmement médiocre) mais qui à l’époque m’avait totalement convaincue. Val Kilmer y campait un Jim Morisson parfait, tel que je l’imaginais, désespérément torturé donnant au groupe une dimension à la fois poétique et paradoxalement violente. Son jeu de scène provocant et spectaculaire me semblait coller à la personnalité borderline de celui qu’on appelait le roi lézard.

Aujourd’hui, il faut bien le dire, j’écoute assez peu les Doors mais ils ont marqué à jamais une époque importante à mes yeux et j’apprends que vingt ans après la version hollywoodienne, leur histoire réapparaît dans un documentaire intitulé « When You are Strange » comportant de vraies images d’archives mises en lumière par Tom DiCillo (réalisateur de « Ça tourne à Manhattan »).

Ce documentaire dont la sortie en salle est prévue le 9 juin prochain, raconte l’histoire des Doors, l’alchimie entre 4 artistes ayant constitué un groupe de rock mythique, l’un des plus emblématiques d’Amérique. On y trouve des séquences jamais diffusées offrant un aperçu intime de leur collaboration musicale et de leur vie en coulisses, le tout narré par l’excellent Johnn Depp. Et alors là, je me dis que je ne raterai pas cette nouvelle rencontre avec les Doors.

> Photo 1 (de gauche à droite) :
Robbie Krieger, Ray Manzarek, John Densmore et Jim Morisson

©
MK2 diffusion

Bande annonce du film « When you are Strange »



Vous aimerez aussi :

Partager sur
A propos de l'auteur

Luzycalor - traduire lumière et chaleur - est le blog d'une petite curieuse adepte de cinéma, musique, littérature et culture urbaine en tout genre. Vaste champ d'investigation isn't it? Parce que si culture s'étale comme confiture, les deux ont en commun un petit goût sucré dont on devient très vite addict. Bienvenue dans mon univers, ce monde vu de ma fenêtre!

3 commentaires
  • Le Chat Masqué - décembre 13, 2010

    Superbe film, je ne connaissais rien aux Doors mais j’ai été fascinée d’un bout à l’autre.

  • Luzycalor - décembre 13, 2010

    Honte sur moi, je n’ai pas encore eu le temps de voir ce film mais je le verrai sans aucun doute. En fait les Doors représentent beaucoup pour moi. Une époque que j’appréciais particulièrement. Le charisme de Morisson et sa voix rauque ne me laissent pas indifférente, tout comme son destin d’ailleurs.

  • Aurore - septembre 10, 2012

    Ah j’ai découvert les Doors un peu comme toi, vers 20 ans. Et j’aime les réecouter avec la nostalgie et l’émotion de cet âge là ! J’ai vu le docu, et je ne l’ai paqs trouvé si bien foutu que ça, MAIS retrouver JIM Morrisson, si sexy, le feu fait homme … Quel bonheur ce fut !

Laisser un commentaire

Expo : Albert Renger-Patzsch

Fil d’infos

Archives