Kiki de Montparnasse

Kiki de Montparnasse

On connaît tous la fameuse photographie de Man Ray présentant le dos d’une femme comme table d’harmonie d’un violoncelle. Ce que l’on connaît moins c’est la personne qui se cache derrière cette femme. Il s’agit en fait d’Alice Prin, en grec Aliki, plus connu de ses contemporains sous le nom de Kiki de Montparnasse.

Kiki de Montparnasse est donc le nom de scène de celle qui restera pendant longtemps la compagne et muse de Man Ray et le modèle de bien des sculpteurs et peintres des années 30 dont Kisling, Soutine et Modigliani.

J’ai découvert le parcours de cet extraordinaire petit brin de femme en lisant la monumentale biographie présentée sous forme de bande-dessinée qu’a scénarisée Jean-Louis Bocquet et illustrée Catel Muller.

Toute en finesse, l’œuvre retrace le parcours de ce personnage haut en couleur, à la gouaille chantante, à la cuisse légère et aussi flexible que celle des danseuses de French-Cancan. Issue d’un milieu pauvre et élevée par une grand-mère à qui elle voue d’ailleurs un véritable culte, Kiki débarque de sa province à Paris sans un sou en poche vers 16 ans. Son caractère hargneux et sa détermination à ne pas finir soubrette, la pousse à quitter un à un ses patrons pour vendre son corps à des artistes en tout genre comblés de l’avoir pour modèle. Très vite repérée, elle va côtoyer les plus grands des surréalistes (groupe alors en proie à de violentes querelles intestines sur fond de manifeste dada) mais aussi d’autres grands talents artistiques de cette époque foisonnante de créativité (Cocteau, Picasso…).

Au-delà de son image de femme indépendante et fière de ses choix, cette égérie n’en demeure pas moins une dame qui aspire à une destinée plus normale et rêve d’avoir un enfant avec Man Ray qui lui n’existe que pour l’art. D’ailleurs Kiki, « il ne l’aime pas », il « la baise ». Aigrie par cette vie où elle finira par ne plus trouver sa place, elle plonge dans la cocaïne et l’alcool et meurt à 52 ans d’excès et de tristesse.

Je vous recommande fortement cette bande-dessinée qui dépeint assez bien le milieu culturel des années trente où la productivité artistique abondait. Même si certains épisodes manquent parfois un peu de relief (notamment la partie sur la fin de vie du personnage), l’ensemble est agréable à lire et vraiment instructif. Le trait de plume fluide de Catel et le choix du noir et blanc donnent une dimension légèrement obscure au tout, à l’instar de la vie de cette femme aujourd’hui tombée dans l’oubli.

© Man Ray

© Man Ray

Vous aimerez aussi :

Partager sur
A propos de l'auteur

Luzycalor - traduire lumière et chaleur - est le blog d'une petite curieuse adepte de cinéma, musique, littérature et culture urbaine en tout genre. Vaste champ d'investigation isn't it? Parce que si culture s'étale comme confiture, les deux ont en commun un petit goût sucré dont on devient très vite addict. Bienvenue dans mon univers, ce monde vu de ma fenêtre!

8 commentaires
  • Josefine - août 13, 2010

    Bio & cie :)

    Ca fait longtemps qu’on me parle de cette BD et ton article me donne un peu plus envie de la lire ! Kiki je la place du côté du Pascin de Sfar… Hop, pour continuer dans la bio de femmes pas banales je te conseille aussi, toujours en BD, Martha Jane Cannary (ou Calamity Jane), de Mathieu Blanchin et Christian Perrissin. Bonne journée et merci pour l’article !

  • luzycalor - août 13, 2010

    Tiens je ne connaîs pas Pascin, je vais jeter un oeil en revanche la BD de Blanchin et Perrissin, j’en ai entendu parler. Merci du tuyau.
    Pour Kiki, je te la conseille vivement si tu aimes les destins de femmes peu banales et surtout l’époque très riche artistiquement parlant.
    A bientôt

  • Josefine - août 13, 2010

    et puis…

    Bon ben je crois que je sais quelle sera ma prochaine acquisition :)… Ah oui ! Dans la veine (mais pas biographique) et en portraits de femmes peu banales il y a aussi Miss Pas Touche, une BD très très réussie, il faut que j’en parle dans un article :) Je ne me souviens plus des auteurs mais c’est chez Poisson Pilote. A plus !

  • A-L PAGE - août 23, 2010

    Merci pour l’info concernant la bande-dessinée sur cette muse.
    Comme beaucoup, je connaissais succinctement sa vie mais ignorais cette parution que ton article m’a donnée envie de découvrir.
    Par ailleurs, une grande marque de lingerie américaine utilise le pseudo de l’artiste …

  • luzycalor - août 23, 2010

    Ah oui, je viens de voir ça. C’est sacrément sexy en plus !

  • luzycalor - août 23, 2010

    J’veux bien te croire 😉

  • A-L PAGE - août 23, 2010

    Oui!
    Ils ont de trés beaux ensembles, mais pas donnés quand même! Xd
    Sur leur site officiel ne figure pas toutes leurs colections, j’avais vu une petite combi en soie, un vrai délice :)

  • A-L PAGE - août 24, 2010

    collections avec « 2L » c’est mieux!!!
    ça m’apprendra à ne pas me relire^^

Laisser un commentaire

Expo : Albert Renger-Patzsch

Fil d’infos

Archives