Le paradoxe Némirovsky

nemirovsky-irene blog

Quel destin que celui d’Irène Némirovsky, romancière Russe, fille d’un riche banquier juif ukrainien. Extraordinaire et tragique à la fois. Extraordinaire par l’ascension fulgurante et le succès que rencontrera presque immédiatement l’auteur, dès ses premiers écrits (extrêmement cynique vis-à-vis de ses coreligionnaires), dans une France alors plutôt antisémite. Tragique car sa vie finira à Auschwitz en déportation.

La jeune-femme s’installe à Paris en 1920 où après quelques années plutôt frivoles, elle rencontre Michel Epstein, banquier de profession et futur père de ses deux enfants.

Entièrement vouée à l’écriture, elle dresse en 1929 un portrait au vitriol de la haute bourgeoisie juive dans son roman « David Golder » que Julien Duvivier adaptera en 1931 au cinéma. Et là réside tout le paradoxe de Némirovsky qui se fera taxer, avec ce roman et les suivants,
d’antisémite – tout au moins de plume – véritable carte d’entrée dans le monde littéraire français de l’époque.

Aujourd’hui, près de 70 ans après sa mort, Irène Nemirovski est toujours d’actualité et alimente une polémique quant à son attitude vis-à-vis des juifs. Son roman inachevé « Suite française », que ses deux filles ont minutieusement conservé depuis son arrestation en 1942, est publié en 2004 et reçoit la même année le Prix Renaudot à titre posthume .

Le Mémorial de la Shoah lui consacre jusqu’au 8 mars 2011 une exposition intitulée « Il me semble parfois que je suis étrangère » qui se révèle apporter quelques éclairages sur les contradictions de l’auteur mais pas que…l’exposition propose également des documents inédits sur la vie de femme, de mère et d’écrivain d’un personnage bien complexe.

En savoir plus :
> Consulter le site internet de l’exposition

> Autour de l’exposition : conférences, publications et débats
> Biographie et œuvres de Irène Némirovsky

Se rendre à l’exposition :
> Informations pratiques

Crédit photo : Couverture de « Suite française » / DR

Vous aimerez aussi :

Partager sur
A propos de l'auteur

Luzycalor - traduire lumière et chaleur - est le blog d'une petite curieuse adepte de cinéma, musique, littérature et culture urbaine en tout genre. Vaste champ d'investigation isn't it? Parce que si culture s'étale comme confiture, les deux ont en commun un petit goût sucré dont on devient très vite addict. Bienvenue dans mon univers, ce monde vu de ma fenêtre!

5 commentaires
  • carmadou - décembre 29, 2010

    Je crois que je vais aller y faire un tour, les expositions sont toujours très bien conçus, qui plus est j’ai prévu de lire une suite française l’année prochaine…J’ai commencé cette année avec le malentendu.

    Merci de me rappeler cette exposition

    • Luzycalor - décembre 29, 2010

      Oui moi aussi je vais aller y faire un tour. Et je commence David Golder.

  • Aude Nectar - décembre 30, 2010

    Merci à voir oui en effet !

  • Langeso - janvier 9, 2011

    Cette femme écrivain a un talent magnifique; il faut absolument lire Suite Française, savourer la personnalité des personnages si bien campés, la force d’évocation et la finesse de sentiments dans ses descriptions, le récit passionnant, écrit sur le vif, de l’exode français, admirer simplement son style si agréable… L’expo est intéressante : on y voit en particulier des pages des cahiers dans lesquels elle écrivait et des coupures de journaux pour lesquels elle réalisait des piges.

    • Luzycalor - janvier 9, 2011

      Merci pour ce témoignage Soso (eh oui j’ai hésité un moment mais plus de doute possible). Serais-tu OK pour m’apporter Suite Française que je le lise? En tout cas merci de m’avoir fait découvrir cet écrivain.

Laisser un commentaire

Expo : Albert Renger-Patzsch

Fil d’infos

Archives