Philosophie en séries

seriesetphilosophie

Étudiante, la philosophie me passionnait. Bien que parfois absconse ou compliquée, je mettais un point d’honneur a essayé de comprendre l’existentialisme de Sartre, le nihilisme de Nietzsche ou le rationalisme de Descartes. Le résultat n’était certes pas toujours à la hauteur de mon espérance mais au moins je tentais. La réflexion sur le monde qui m’entoure et l’existence de l’ « Homme » restent aujourd’hui au cœur de mes sujets de prédilection. C’est pourquoi lorsqu’une de mes connaissances m’a fait découvrir la Philosophie en séries j’ai tout de suite signé, ce d’autant plus que je suis également amatrice de séries bien ficelées. Et en la matière, les américains en produisent de savoureuses.

Alors peut-on philosopher devant un écran de télévision? Existe t-il un lien entre série et philosophie? Eh bien oui : les grandes interrogations existentielles! et c’est ce que tente de nous démontrer Thibaud de Saint Maurice dans son ouvrage. Car au delà du divertissement, certaines séries abordent des thèmes essentiels de l’existence humaine. La morale et le devoir dans 24 Heures Chrono avec en toile de fond : la fin justifie t-elle les moyens? Tout est -il permis pour lutter contre le terrorisme? Prison Break pose la question de la liberté quand Desperate Housewives aborde celle du bonheur. En tout treize séries sont ainsi décortiquées et analysées à travers le prisme de pensées philosophiques majeures (Kant, Socrate, Schopenhauer, Spinoza…). Le pari de l’auteur (prof de philo en lycée) a consisté à faire de la philosophie autrement, en s’intéressant à la culture du grand public et plus précisément des élèves en face de lui.

Si je ne suis pas tout à fait convaincue par les vertus pédagogiques d’un tel ouvrage pour des élèves de Terminale (à la fois ce serait franchement drôle de retrouver dans les perles du bac des allégations telles que « le désir repose essentiellement sur une souffrance comme nous le montrent Susan Mayer et Bree Van de Kamp »),  j’avoue avoir passé un bon moment à la lecture de Philosophie en séries.

Les thèmes abordés m’ont tous intéressée et m’ont permis de mettre en perspective des problématiques véhiculées par ces séries qu’au pire je n’entrevoyais pas, au mieux j’avais vaguement effleuré. Un livre à recommander aux amateurs de séries mais surtout de philosophie.

Philosophie en Séries – Tome 1
Thibaud de Saint-Maurice
Editions : Ellipse
s

Séries et thèmes abordés :

24 Heures Chrono : La morale, le devoir
Alias :
Le sujet, La conscience
Desperate Housewives :
Le bonheur
Dexter :
La justice (en savoir plus cliquer : ici )
Dr House :
La raison et le réel, la vérité
Grey’s Anatomy :
Le travail
Les Experts :
La démonstration, la théorie et l’expérience
Lost :
La société
Nip/Tuck :
La matière et l’esprit
Prison Break :
La liberté
Rome :
L’histoire
Six Feet Under :
L’existence et le temps (en savoir plus cliquer : ici )
The Soprano :
L’inconscient

Ajout du 14 février : j’apprends également qu’un Tome 2 du même auteur vient de sortir. Pour ceux que cela intéresse voici les séries et thèmes abordés par l’ouvrage :

A la Maison Blanche : L’éthique et la politique
Braquo : L’honneur, la liberté et l’égalité
– Fais pas ci, fais pas ça : L’éducation
Génération Kill : La justice et la guerre
Kaamelott : La bêtise, le pouvoir, le rire
Mad Men : Le genre et l’ordre social
Nurse Jackie : L’éthique
Pigalle, la nuit : Les échanges
Sons of Anarchy : L’anarchie, l’Etat et la liberté
True Blood : L’humanité, autrui et la morale
Un village Français : La liberté

Vous aimerez aussi :

Partager sur
A propos de l'auteur

Luzycalor - traduire lumière et chaleur - est le blog d'une petite curieuse adepte de cinéma, musique, littérature et culture urbaine en tout genre. Vaste champ d'investigation isn't it? Parce que si culture s'étale comme confiture, les deux ont en commun un petit goût sucré dont on devient très vite addict. Bienvenue dans mon univers, ce monde vu de ma fenêtre!

10 commentaires
  • Virginie - février 13, 2011

    Ça donne envie ! Tout au moins c’est suffisamment bien amené pour que l’envie déclenche automatiquement ce besoin de google-liser l’ouvrage et se l’acheter pratiquement dans la foulée. Merci pour ce article.

    • luzycalor - février 13, 2011

      De rien m’dame. D’ailleurs j’ai écouté une émission littéraire ce matin et c’est marrant que tu me laisses un message aujourd’hui car j’en ai un autre à te proposer qui devrait t’intéresser.

  • Fanny - février 13, 2011

    génial, j’avais rapidement entendu quelque chose là-dessus à la radio mais je ne savais pas qu’il y avait un bouquin. Desperate a fait beaucoup parler aussi sur un mode sociologique, avec la représentation d’une certaine morale américaine qui n’était pas présente au début de la série et qui a fini par s’imposer au fil des épisodes… à lire ici http://blog.mondediplo.net/2010-05-21-Femmes-au-foyer-desesperantes

    • luzycalor - février 13, 2011

      Ce bouquin date pourtant de 2009. Je n’en avais jamais entendu parler avant qu’une amie me le propose. Personnellement j’ai accroché. Toutes ces séries font énormément parler d’elles car ce sont de véritables phénomènes sociaux. Dis donc l’article que tu me proposes porte un regard sacrément féroce sur ces « femmes au foyer »!! Philosophie en séries n’a pas ce regard critique. D’ailleurs ce n’est pas le but. Il cherche juste à expliquer que le bonheur est un problème tant qu’il est conçu comme dépendant de la satisfaction des désirs car il risque d’être confondu avec bien-être matériel. Et ces femmes ne cherchent qu’à assouvir naïvement leur désir immédiat. Une fois atteint, elles en cherchent un autre et ainsi de suite. Vivre c’est souffrir car la vie est traversée par un désir qui ne peut trouver de satisfaction durable (Schopenhauer).
      En tout cas si tu es comme moi fan de séries (et que la philo ne te fait pas peur), n’hésite pas.

  • Faustine - février 13, 2011

    Merci pour l’info. Même si je me pose parfois quelques questions en corrélation avec des sujets philosophique en fonction de certaines séries, je ne savais pas qu’un ouvrage existait. Ca aurait été marrant qu’il nous explique l’histoire d’Hélène et les garçons ^^

    • luzycalor - février 13, 2011

      :-) A mon avis il n’y a pas trop de réflexion philosophique à avoir sur cette série navrante!

  • carmadou - février 13, 2011

    Mais sinon l’indispensable dvd de philiosophie, c’est l’abcdaire de Gilles Deleuze, c’est captivant et accessible. Absolument indispensable!

    • luzycalor - février 13, 2011

      C’est noté Carmadou. Il est accessible en DVD? J’ai cru comprendre qu’il représentait 8 heures d’entretien avec Deleuze. C’est phénoménal! Je viens d’en voir un extrait en vidéo.

  • Isabelle - février 14, 2011

    A noter : la saison 2 est sortie :) Et si tu me permets de poser un petit lien ici, pour ceux que le bouquin intéresse, on en a parlé chez Jo : http://josefine-mag.fr/2011/01/24/philosophons-un-peu-devant-la-tele/7244
    Je ne l’ai pas lu personnellement mais je compte bien m’y mettre ! Moi qui ai toujours eu grand’peine à assimiler les raisonnements dont tu parles au début de ton article… Par exemple Kant m’a toujours semblé abscons !
    Bonne journée Luz !

    • Luzycalor - février 14, 2011

      Salut Isabelle,

      C’est super drôle que tu viennes mettre un commentaire sur mon blog au moment même où je m’apprête à signaler qu’il existe un Tome 2. Je viens de l’apprendre. Merci pour ce lien, je n’avais pas vu que Josefine en parlait.
      Effectivement certains propos philosophiques sont parfaitement abscons et je me souviens, en la matière, avoir vraiment galéré avec l’Être et le Néant de Sartre.

Laisser un commentaire

Expo : Albert Renger-Patzsch

Fil d’infos

Archives