Souffrances d’enfance

gehard-home-blog

Qu’est-ce que ces adolescents tristes aux regards désabusés et aux bouches tombantes, ligotés pour certains, presque menaçants pour d’autres, cherchent-ils à nous dire? Quel désespoir veut nous montrer Gehard Demetz avec sa galérie de pubères en souffrance?

Ces étonnantes sculptures en bois fragmentent les corps comme pour mieux exprimer la vulnérabilité et l’incertitude face à l’avenir. Les visages quant à eux sont fermés, durs, comme pour mieux se préserver du passage douloureux à l’âge adulte ou tout simplement peut-être se protéger des adultes et de leur organisation sociale.

Bouleversant non? Et vous qu’en pensez-vous? Que vous inspirent ces oeuvres déconcertantes?

Crédit photo : DR/ Gehard Demetz

En savoir plus:
> Consulter le site officiel de l’artiste

Vous aimerez aussi :

Partager sur
A propos de l'auteur

Luzycalor - traduire lumière et chaleur - est le blog d'une petite curieuse adepte de cinéma, musique, littérature et culture urbaine en tout genre. Vaste champ d'investigation isn't it? Parce que si culture s'étale comme confiture, les deux ont en commun un petit goût sucré dont on devient très vite addict. Bienvenue dans mon univers, ce monde vu de ma fenêtre!

15 commentaires
  • Aurélie - mars 24, 2011

    C’est super angoissant comme univers!

    • luzycalor - mars 24, 2011

      Bonsoir Aurélie, oui c’est assez étrange et flippant de voir des enfants comme ça, triste presque sans vie.

  • Jeannette - mars 24, 2011

    C’est magnifique. Je vois l’enfant maltraité. Les enfants ne sont pas protégés partout dans le monde. J’ai une vision assez simple lorsque je regarde ces sculptures.

    • luzycalor - mars 24, 2011

      Salut Jeannette,
      Oui c’est vrai que l’on peut aussi y voir l’enfance maltraitée.

  • My Little Discoveries - mars 25, 2011

    Heu, je trouve ces sculpture assez spéciales, un peu angoissantes comme dit Aurélie! Je suppose que l’artiste n’a pas eu une enfance toute rose…

    • luzycalor - mars 25, 2011

      Je ne suis pas sûre que ce soit lié à sa propre enfance mais peut-être à sa vision d’un monde pas tout rose.

  • Nom de Zeus, fabuleux ! - mars 25, 2011

    Ce qui me trouble le plus dans ces figures d’enfants c’est leurs regards vides, en fait ces sculptures ne m’évoquent pas la souffrance mais le vide et par extension la mort. Outre cette sensation perturbante, le travail du bois est superbe, j’aime particulièrement cet assemblage non terminé, comme si les enfants disparaissaient progressivement (ou apparaissaient). J’aime ce contraste entre des parties très brutes, comme écorchées et des parties lisses semblables à de la porcelaine. Mais pourquoi uniquement des enfants ? …Ce qui est beau dans l’art, c’est justement les différentes interprétations qui en découlent, chacun d’entre nous y vois ce qui fait echo en lui.

    • luzycalor - mars 25, 2011

      Oui moi aussi je me suis demandée pourquoi uniquement des enfants. Il est évident qu’il veut faire passer un message sur le monde de l’enfance ou le passage à l’âge adulte. Merci pour ton analyse super intéressante.

  • Le Chat Masqué - mars 25, 2011

    Réellement superbe, merci pour cette découverte !

  • Un amour de papier - mars 31, 2011

    La tristesse chez les enfants de Gehard Demertz me semble plus proche d’une forme de culpabilité à devenir à leur tour des adultes méprisants avec violence les générations à suivre. Une forme de fatalisme aussi à ne jamais transcender l’espèce humaine, à ne pas pouvoir la faire évoluer dans le meilleur… Il n’y a rien d’insouciant chez ces enfants. Il n’y a même pas l’idée de se défendre d’ailleurs ou de se battre.
    Techniquement c’est un travail extraordinaire que nous offre cet artiste. Maintenant si je pars dans un autre délire, je peux me poser la question… l’enfant que nous étions, l’avons nous ligoté pour devenir adulte ? Si je le laissais de nouveau agir, me tendrait-il des ciseaux pour me couper de mes liens (boulot métro déo) ?… bon il est tard je vais me coucher je recommence à raconter n’importe quoi ! :)

    • luzycalor - avril 1, 2011

      Non, non c’est bon, c’est très bon ça :-)

  • Anik K. - avril 7, 2011

    Assez d’accord avec les analyses de « nom de Zeus » et  » amour de papier »…cependant je ne sais pas pourquoi en voyant ces oeuvres je pense aux enfants du « ruban blanc » de Michael Haneke au « tambour » de Volker Schlöndorff…? voilà des sujets de films ainsi que des personnages qui auraient pu très bien inspirer l’artiste..!??
    En tous les cas très beau travail…dérangeant, inquiétant, certes…mais pas indifférent !
    Anik K.

    http://anik-karadjian.over-blog.com/

    • luzycalor - avril 7, 2011

      Bonjour Anik, merci pour ton commentaire. N’ayant toutefois vu aucun de ces deux films (triste lacune!) je ne saurais dire si l’artiste s’en est inspiré. En tout cas je vais me rattraper sur le sujet :-)
      A bientôt

  • mam's - décembre 16, 2013

    tout simplement merveilleux ,j’aime l’art sous toutes les formes ,le douleurs de l’enfance me touchent plus particulièrement,à travers vos sculptures j’ai été pris aux tripes …..superbe pas de mots pour dire quels sont mes ressentis …..bravo

  • luzycalor - décembre 16, 2013

    Merci, à la fois ce n’est pas de moi 😉 mais j’avoue avoir été particulièrement touchée par ces sculptures. Les douleurs de l’enfance étant également un sujet sur lequel j’aime à me pencher.

Laisser un commentaire

Expo : Albert Renger-Patzsch

Fil d’infos

Archives