Dans la peau de…Marie Stuart

marie stuart

Drôle de question que celle que me pose Olivia de Désir d’Histoires : dans quelle femme de la Renaissance me vois-je? Et me voici bien embarrassée pour y répondre d’abord parce que la Renaissance n’est pas une époque que je maîtrise et ensuite parce que je ne suis pas sûre que j’aurais particulièrement apprécié vivre en ces périodes de vie austère, d’intrigues mortelles, d’hygiène relative, d’épidémies dévastatrices et de barbarie guerrière où « les disputes de religion qui agitent les esprits sont souvent déclenchées pour des motifs futiles et semblent retarder les progrès de la raison au lieu de les hâter ».

Et même si la Renaissance symbolise l’arrivée de ce que l’on appelle les Temps modernes, même si cette époque voit fleurir le mouvement humaniste qui place l’être humain et les valeurs humaines au centre de la pensée, il faudra quand même attendre quelques siècles supplémentaires pour que démocratie et droits de l’Homme fassent partie intégrante de nos civilisations (même si j’ai conscience qu’en la matière l’Humanité n’est pas encore au bout de ses peines).

Pourtant face à cette question c’est Marie Stuart qui est immédiatement apparue comme l’heureuse élue, puis Christine de Pisan (dont j’ai étudié certains poèmes à l’école) suivie de la Dame à la Licorne (dont les fabuleuses tapisseries m’ont toujours séduite) pour me concentrer définitivement sur… Marie Stuart.
Pourquoi Marie Stuart? Très sûrement car je me suis plongée avec délice dans le destin tragique de cette reine de France et d’Ecosse, romancé avec brio par Stefan Zweig dans sa biographie éponyme. Bien qu’ayant été exécutée sur ordre de sa cousine Elisabeth 1er d’Angleterre (et là je vous l’accorde je me passerais bien de cet épisode surtout qu’elle eut la tête tranchée sur un billot par la hache d’un bourreau maladroit qui dut s’y reprendre à trois fois pour la décapiter), elle reste en France une reine assez populaire, femme de culture, de goût et d’une très grande beauté. Mariée à François II, elle deviendra (en plus de l’Ecosse) reine de France en 1559 pour un règne assez bref puisque écourté par le décès de François II seize mois seulement après son accession au trône. Véritable héroïne romantique, elle a su susciter au cours du temps de réelles passions artistiques autour de son énigme. C’est ainsi que l’on peut la retrouver en peinture, gravure, littérature ou encore au théâtre tant son histoire fascine encore. Je l’ai aimé son histoire et même s’il est évident que je ne souhaite à personne un tel destin, c’est d’elle que je voulais aujourd’hui parler et c’est elle qui à ce jour a le plus retenu mon attention.

Vous aimerez aussi :

Partager sur
A propos de l'auteur

Luzycalor - traduire lumière et chaleur - est le blog d'une petite curieuse adepte de cinéma, musique, littérature et culture urbaine en tout genre. Vaste champ d'investigation isn't it? Parce que si culture s'étale comme confiture, les deux ont en commun un petit goût sucré dont on devient très vite addict. Bienvenue dans mon univers, ce monde vu de ma fenêtre!

23 commentaires
  • Delphine - août 27, 2011

    J’ai eu beaucoup de mal moi aussi à me projeter dans cette sombre période. J’aime bien ton choix.

    • luzycalor - août 28, 2011

      Merci Delphine. Oui j’ai lu ton article et il semble que nous soyons assez d’accord sur la période :)

  • Isa - août 27, 2011

    Le destin de Marie Stuart m’a toujours fasciné .. Adolescente, j’avais vu une petite série sur sa vie, plutôt tragique et elle ne m’est jamais sortie de la tête depuis …

    • luzycalor - août 28, 2011

      Moi aussi j’ai vite été fascinée par le destin de cette femme mais je pense que c’est aussi parce que nous en avons toujours entendu parler (cinéma, théâtre, livre, série…).

  • Liten Blomma - août 27, 2011

    Bonsoir Luzycalor ! Avez-vous vu « Elizabeth, L’Âge d’or », avec Cate Blanchett dans le rôle titre ? Un film remarquable, sublime ne serait-ce que d’un point de vue esthétique (lumière, costumes, photographie, bande-son…). Les intrigues de cour sont telles qu’il faut être attentif à tout ce qui se dit, sans quoi on n’y comprend plus rien :) Marie Stuart posant sa tête sur le billot est en effet un moment très fort du film (la hache du bourreau y est terrifiante). A bientôt…

    • luzycalor - août 28, 2011

      Bonjour Liten Blomma,
      Merci pour cette référence cinématographique, je ne manquerai pas d’aller y jeter un oeil (voire deux). Je ne connaissais pas en tout cas. Cerise sur le gâteau, j’aime beaucoup l’actrice.

  • Delph - août 27, 2011

    Je ne connais pas vraiment l’histoire ce cette reine, ton article me donne envie de lire sa bio !

    • luzycalor - août 28, 2011

      Tant mieux car n’hésite pas la bio est remarquable. Enfin moi j’ai beaucoup aimé. A la fois je l’ai lu il y a quelque temps maintenant. Il faudrait peut être que j’y porte un regard neuf.

  • Olivia - août 27, 2011

    S’y prendre à trois fois ? brrr ! Non, décidemment, comme tu le dis, vivre à cette période n’était guère réjouissant.
    Merci d’avoir joué le jeu !

    • luzycalor - août 28, 2011

      Tout à fait OK. C’est horrible. Merci de m’avoir proposé ce petit jeu que j’ai trouvé amusant. A bientôt Olivia.

  • WannaCook - août 28, 2011

    La décapitation était un supplice réservé au gratin, car même en s’y reprenant à trois fois, c’était quand même beaucoup plus rapide et moins douloureux que les supplices réservés aux manants. Le supplice de Damien ou celui du Chevalier de la Barre ne sont que quelques exemples de l’inventivité toujours renouvelée de l’homme dès qu’il s’agit de nuire à son prochain, qu’il manifeste , d’ailleurs, encore de nos jours par les mines anti-personnel et les films de Luc Besson.

    • luzycalor - août 28, 2011

      Salut WannaCook,

      Tu m’étonnes. Je n’ai pas voulu ici parler des supplices des manants comme tu dis mais je me souviens qu’à la lecture de « Surveiller et Punir » de Michel Foucault j’ai eu froid dans le dos. C’est juste horrible et c’est aussi pour cela que je n’aurais pas voulu vivre à ces époques de barbarie. L’horreur absolue : l’écorchage. Il doit y avoir pire mais la description du truc m’avait terrifié. A la fois, se faire décapiter en trois fois, ça doit pas être la fête non plus!! Nous savons tous que la torture existe malheureusement encore et que comme tu le dis en la matière l’homme sait faire preuve de beaucoup d’inventivité et c’est odieux.

      Transition douteuse :), en ce qui concerne les films de Besson, n’exagérons rien il y en a de pas mal. En tout cas, quitte à me prendre quelques pierres dans la tronche, j’ai bien aimé le Grand Bleu (si si à l’époque il m’a beaucoup émue), puis Nikita pour le reste je suis plus réservée.

  • Carmadou - août 28, 2011

    Pas de doute la guillotine ce fut un sacré progrès… parce que trois fois ce n’est pas du bon boulot, mais c’est vrai que c’est quand même mieux que le sort réservé aux gens du peuple et c le début de « surveiller et punir » qui raconte le supplice enduré par Damiens (sauf erreur de ma part) est insoutenable …

    Par contre je ne trouve pas la transition de Wannacook douteuse je suis d’accord sur les films de Besson , une vraie torture…. avec ceux de Beneix! 😉

    • luzycalor - août 28, 2011

      Salut Carmadou,

      Connaissant WannaCook plutôt bien je suis à peu près sûre que vous vous entendriez plutôt pas mal sur un certain nombre de sujets ça c’est sûr :)
      Sinon, voilà maintenant que Beineix en prend pour son grade lui aussi! Là je ne me prononcerai pas car je n’ai rien vu de lui. Pour le reste quand on pense qu’on en arrive à dire que la guillotine fut un sacré progrès…

      • luzycalor - août 28, 2011

        Rectificatif, j’ai vu Mortel transfert mais je n’en ai pas gardé un souvenir impérissable. Quant à 37,2, j’ai vu le début il y a très longtemps et n’ai jamais voulu jusqu’ici en voir la fin.

      • Carmadou - août 28, 2011

        Ce fut un progrès à l’époque où elle fut crée dans la manière d’exécuter le condamné, le vrai progrès c’est la loi Badinter…. Qu’il n’y ait pas de doute! 😉

        • luzycalor - août 28, 2011

          Aucun doute là dessus ne t’en fais pas !

  • Elisa - août 28, 2011

    Très bon article!
    Passe un bon dimanche chez toi:)
    Amitiés
    Elisa, en Argentine

  • ogressedeparis - août 29, 2011

    très bon choix! c’est un personnage fascinant!

    • luzycalor - août 29, 2011

      Merci pour ton passage sur mon blog.

  • Asphodèle - août 29, 2011

    Hou, une reine décapitée, rien que ça ! Moi j’ai failli « l’être » avec Gabrielle d’Estrées dont la fin fut tragique ! Quelle époque, je n’y retourneais pas même en Reine… Contente de te savoir de retour (ou c’est moi qui date !) :)

    • luzycalor - août 29, 2011

      Non non je suis bien de retour :)

  • Nom de Zeus, fabuleux ! - août 30, 2011

    Sympa cet article, et cette question est intéressante. En tout cas tu m’as donné l’envie de me pencher sur cette femme dont je ne connais rien (bouh !) Merci !

Laisser un commentaire

Expo : Albert Renger-Patzsch

Fil d’infos

Archives