L’Exercice de l’Etat

etathp

Austère, quelque peu angoissant, parfois surprenant le film de Pierre Schoeller aborde le quotidien d’un Ministre des Transports, Bertrand Saint-Jean, happé par une machine d’Etat toujours complexe, souvent hostile, jamais dans l’affect. Au départ une métaphore intéressante: une belle femme nue s’engouffre dans la gueule d’un crocodile. Cette scène surréaliste des plus inattendue laisse entendre, me semble t-il, que les hautes fonctions de l’Etat et le pouvoir qu’elles génèrent séduisent mais en contrepartie dévorent ceux ou celles qui les servent. Et c’est ce que le film de façon très factuelle va tenter de montrer.

Bertrand Saint-Jean est réveillé dans la nuit pour se rendre sur le lieu d’un accident de car très grave à l’origine de la mort d’une dizaine d’enfants. Un changement de cravate et un discours de circonstance plus tard, notre Ministre se retrouve sur la bande d’arrêt d’urgence à vomir toutes ses tripes. La route, toujours cette route, si dévastatrice, quelque fois  mortelle quand on ne la suit pas, celle dont Schoeller se sert comme fil rouge, omniprésente et évoquée parfois de façon assez amusante (pour preuve, la scène où notre ministre entouré de ses conseillers s’étrangle avec un morceau de pizza et déclare avoir fait une fausse route, ce qui n’est pas banal pour un ministre des transports). Et c’est justement l’idée de faire fausse route qui hante cet homme d’Etat, l’idée d’aller droit dans le mur ou encore d’être impuissant par rapport à certains évènements. Privatisera, privatisera pas les gares? Sera t-il le Ministre de la réforme entrant ainsi dans l’histoire au risque de provoquer un tollé général ou au contraire celui du status quo? Sera t-il tout simplement déjà suivi par Matignon dans son intime conviction que soutenir un tel projet est une grosse erreur ou au contraire sera t-il obligé de porter cette réforme devant la France entière… et donc de se désavouer?

Réunions, déplacements, cérémonies officielles, situations de terrain chaotiques, arbitrages budgétaires, réformes incertaines mais aussi vie privée où les amis sincères se font rares, l’intérêt du film repose sur le suivi pas à pas de cet homme dans sa réalité. Ce haut dirigeant en proie au doute, bien seul dans sa tête, dont on n’envie en rien le quotidien trop mécanique mais pour lequel on ne peut s’empêcher d’avoir une certaine compassion. Tellement seul qu’il en arrive le jour de son anniversaire de mariage à passer une soirée bien arrosée avec son chauffeur taiseux et la femme de ce dernier à l’inverse plutôt prolixe, le tout dans un environnement des plus étonnants (peut-être la scène du film à laquelle on croit le moins d’ailleurs). Sa seule relation sincère semble être celle qu’il entretient avec son Directeur de Cabinet, joué par l’excellent Michel Blanc, fidèle compagnon de toujours et serviteur irréprochable de l’Etat. Mais en politique la fidélité, les amitiés sincères et la rigueur ne payent pas beaucoup, on le sait…

Même si l’on peut être sceptique sur le fait que le film nous apprenne quelque chose sur les arcanes du pouvoir, ce n’est définitivement pas son but. Encore une fois l’intérêt réside surtout dans le fait qu’il est passionnant de suivre les tribulations quotidiennes d’un Ministre campé par un remarquable Olivier Gourmet si juste dans ses contradictions. Si froid et à la fois paradoxalement si touchant. Un vrai bon film à ne pas rater.

Vous aimerez aussi :

Partager sur
A propos de l'auteur

Luzycalor - traduire lumière et chaleur - est le blog d'une petite curieuse adepte de cinéma, musique, littérature et culture urbaine en tout genre. Vaste champ d'investigation isn't it? Parce que si culture s'étale comme confiture, les deux ont en commun un petit goût sucré dont on devient très vite addict. Bienvenue dans mon univers, ce monde vu de ma fenêtre!

13 commentaires
  • Carmadou - octobre 31, 2011

    Décidément ce film fait l’unanimité je trouve cette année cinéma particulièrement réussi, les bons films se succèdent…c’est plutôt réjouissant!

    Ce qui semble intéressant c’est qu’à la différence de la conquête il ne cherche pas la ressemblance avec des personnages existants ce qui finissait par être une limite au film de Durringer. A priori ce film me semble plus intéressant, plus pertinent.

    Nous irons le voir dès qu’il passe dans notre petite salle sans mangeur de pop corn!

    • luzycalor - octobre 31, 2011

      Exactement. C’était effectivement la limite au film de Durringer qui s’attachait plus à montrer les bassesses du pouvoir mais en centralisant sur des personnages connus alors que là il s’agit de montrer ce que peut vivre un haut dirigeant au quotidien, d’essayer de comprendre ses motivations, ce qui l’anime, sans jugement aucun. Ce n’est pas toujours glorieux mais ce sont des vies à part.

  • filou49 - octobre 31, 2011

    ah oui celui la il me dit vachement…c surprenant le premier adjectif que tu utilises :  » austère » car justement je pense qu’il restait trés divertissant et jamais didactique ce film dans sa volonté de raconter le pouvoir tout en suivant un vrai fil d’intrigue de polar…
    j’espère que j’aurais l’occasion de le voir en salles, sinon ca sera directement en dvd

    • luzycalor - novembre 1, 2011

      Oh non ce film est loin d’être divertissant. J’ai moi même été assez surprise de voir à quel point il est plutôt austère et parfois triste.

  • Le Journal de Chrys - novembre 1, 2011

    Ohhh un film que je veux voir!!!!!

    • luzycalor - novembre 1, 2011

      Fonce…

  • My Little Discoveries - novembre 1, 2011

    Je viens de regarder la bande-annonce et ce film a en effet l’air très bien! Comme tu peux le voir dans mon billet du jour, j’ai aussi aimé récemment un film qui traite de politique: « les marches du pouvoir ». Bonne journée et à bientôt!

    • luzycalor - novembre 1, 2011

      C’est rigolo, je viens juste de le commenter ton billet justement :-)

  • Le chat masqué - novembre 1, 2011

    Super article ! très bien écrit as usual 😉 Je dois aller voir ce film !

  • B.Duhamel - novembre 2, 2011

    Bel article, et très bon film !!!

    • luzycalor - novembre 2, 2011

      Merci Bruno :-) et merci de me suivre ça me touche beaucoup.

  • Chocoralie - novembre 3, 2011

    Tu m’as entierement seduite…

  • ta d loi du cine - mars 26, 2012

    Je serais moins sceptique que vous: je ne crois pas que le film n’apprenne rien au spectateur (sur les arcanes du pouvoir [les mystères de l’exercice de l’Etat, ça l’aurait moins fait au niveau titre])… Je dirais que le moindre de ses mérites n’est pas de « donner à voir » (même dans un cadre fictionnel!) ce que, peut-être, on imagine confusément, mais sans le « visualiser »: par exemple, le soin apporté à la communication, aux relations ministérielles avec les média, moyen de toucher « l’opinion publique » – les électeurs.

    (s) ta d loi du cine, « squatter » chez dasola / lien : http://dasola.canalblog.com/archives/2011/11/03/22524887.html

Laisser un commentaire

Expo : Albert Renger-Patzsch

Fil d’infos

Archives