L’impertinent absolu

Oscar Wilde au Petit Palais

Enragé de la célébrité et du spectacle Wilde méritait bien une exposition. L’auteur du fabuleux Portrait de Dorian Gray fait actuellement l’objet d’une mise en avant de sa vie et de son oeuvre au Petit Palais à travers un ensemble de plus de 200 pièces rassemblant documents exceptionnels voire inédits pour certains manuscrits, le tout importé des 4 coins du monde. Franchement une occasion à ne pas manquer pour les adeptes de l’écrivain. Car qui lit un jour Dorian Gray, ne s’en remet jamais! C’est en 1891, peu de temps avant sa rencontre avec lord Alfred Douglas pour qui il développa une passion homosexuelle, qu’Oscar Wilde publie ce chef d’oeuvre. Son seul et unique roman d’ailleurs. Pour qui ne connaît l’histoire en voici quelques mots qui je l’espère donneront à chacun l’envie d’aller un peu plus loin…Très beau jeune homme, Dorian Gray formule un jour le vœu que son superbe portrait vieillisse à sa place. Il obtient satisfaction et peut mener ainsi une vie faîtes de plaisirs incité par son mauvais génie le dandy et esthète lord Henry Wotton. A la fin du roman, Dorian poignarde le tableau devenu une atroce effigie à l’image de son personnage réel. Et là je ne révélerai pas la fin bien qu’elle soit connue de beaucoup.

Mais Oscar Wilde c’est aussi L’importance d’être constant ou encore une tragédie sur cette princesse juive, fille d’hérodiade qui charma Hérode et obtient la tête de Saint Jean-Baptiste. C’est d’ailleurs nourri des lectures de Gustave Flaubert et de Joris-Karl Huysmans que Wilde rédige en français sa Salomé. Le texte est écrit à Paris en novembre 1891 et Wilde a espoir que Sarah Bernhardt puisse y interpréter à Londres le rôle-titre. Malheureusement la pièce sera interdite par la censure et ne sera jamais jouée en Angleterre du vivant de l’auteur.

Aujourd’hui et jusqu’au 15 janvier, le Petit Palais lui rend donc hommage à Paris, là où ce dernier tissa des liens multiples et féconds avec de nombreux représentants de la scène artistique et du milieu intellectuel. On compte parmi eux André Gide et Pierre Louÿs, Mallarmé, Verlaine ou encore Victor Hugo.

 

En savoir plus sur l’exposition :

L’impertinent absolu : grande exposition française sur Oscar Wilde
Vie et mots d’Oscar Wilde
Site du Petit Palais

Quelques images : 

Oscar Wilde l'impertinent absolu

Oscar Wilde l'impertinent absolu

Oscar Wilde l'impertinent absolu

Oscar Wilde l'impertinent absolu

 

Vous aimerez aussi :

Partager sur
A propos de l'auteur

Luzycalor - traduire lumière et chaleur - est le blog d'une petite curieuse adepte de cinéma, musique, littérature et culture urbaine en tout genre. Vaste champ d'investigation isn't it? Parce que si culture s'étale comme confiture, les deux ont en commun un petit goût sucré dont on devient très vite addict. Bienvenue dans mon univers, ce monde vu de ma fenêtre!

Laisser un commentaire

Expo : Albert Renger-Patzsch

Fil d’infos

Archives