Les séries à voir sur Netflix

Netflix produit un tas de séries sûrement inégales mais j’avoue n’y avoir trouvé que de petites pépites depuis mon abonnement.

Découverte parmi les découvertes The End Of The F***ing World, une mini-série totalement décalée et bourrée d’humour noir narrant l’histoire de 2 ados paumés qui vont se lancer dans un road trip chaotique et déluré. Estampillés psychopathes en phase introductive mais paradoxalement doués de sentiments amoureux l’un envers l’autre, les tourtereaux rebelles enchaînent les situations traumatisantes confrontés à des adultes violents et pervers. Cette virée émouvante et cynique vaut vraiment le coup d’oeil pour tous ceux que les questions existentielles font grandir plus que courir.

Autre série autre genre The Crown sur le destin fascinant d’Elizabeth II dont le degré d’abnégation n’a jamais conduit à l’abdication. Parce que la souveraine n’était pour moi – avant de paraître dans toute la splendeur de l’humilité, la loyauté, le renoncement et les difficultés que sa fonction suppose – qu’une reine sans trop d’intérêt entourée de sujets fantasques dont les frasques défrayaient régulièrement la chronique. Retour aux sources, dans les coulisses de l’histoire où se trament les enjeux politiques mondiaux, les premières saisons de The Crown mettent en scène le début du règne d’une grande dame tiraillée entre conservatisme et modernité dans une reconstitution sans doute un peu romancée mais surtout ultra documentée. Une vie au service du peuple, un destin hors du commun. La série marche dans les pas d’une souveraine effrayée par les lourdeurs protocolaires, se remettant en cause de façon régulière mais se révélant au fil du temps un personnage complexe, doué d’une grande fermeté face à l’incommensurable tâche dont elle rend compte devant dieu et les hommes. Une ultra royale solitude qu’au final on ne souhaite à personne.

Cliente du Bonheur des dames de Zola, roman évoquant les prémisses de la société de consommation dans laquelle le bonheur passe par la quête des biens matériels, c’est ensuite The paradise qui obtient toute mon adhésion. Empreinte d’une atmosphère délicieusement désuète, la série met intelligemment en scène la confrontation entre classes laborieuses soumises aux règles du commerce florissant et aristocratie dépensière ignorant tout de la pauvreté. Une mayonnaise délicate et subtile qui prend instantanément et donne envie d’en savoir toujours un peu plus sur le destin de Denise, vendeuse volontaire, pugnace et inventive dans une société qui ne laisse que les miettes aux femmes.

Enfin et non des moindres la magnifique Anne with an E. Bluette pour les uns à haut potentiel émotionnel pour les autres, la série raconte l’histoire d’une orpheline aux cheveux de feu et à l’imagination débordante débarquant dans l’univers un brin austère d’une vieille fille et de son frère. Une adaptation des romans de Lucy Maud Montgomery tout à fait remarquable et inspirée où l’acceptation de soi, les différences sociales ou encore le harcèlement sont abordés avec intelligence au travers les yeux d’une jeune fille empreinte de poésie et de délicatesse. Une enfant surdouée aimant livres et écriture, profondément empathique et cherchant un sens aux codes sociaux parfois sans fondement que la société demande de respecter pour être intégré. Un vrai régal.

Vous aimerez aussi :

Partager sur
A propos de l'auteur

Luzycalor - traduire lumière et chaleur - est le blog d'une petite curieuse adepte de cinéma, musique, littérature et culture urbaine en tout genre. Vaste champ d'investigation isn't it? Parce que si culture s'étale comme confiture, les deux ont en commun un petit goût sucré dont on devient très vite addict. Bienvenue dans mon univers, ce monde vu de ma fenêtre!

6 commentaires
  • AuroreInParis - septembre 4, 2018

    Je suis abonnée depuis peu à Netflix, je note ces séries qui m’ont vraiment l’air passionnantes. En ce moment je m’ennuie devant une série de science fiction, je pense pas aller jusqu’au bout (Altered Carbone).

    • luzycalor - septembre 5, 2018

      Je ne connais pas cette série mais je passe du coup…;) Une autre à proposer?

  • Chiara - Space Bubble - septembre 5, 2018

    J’ai adoré The Paradise et j’ai commencé The Crown que je trouve sympa. Par contre j’ai regardé The End of the Fuk*** World et j’ai pas du tout accroché. J’ai pas réussis à y trouver d’intérêt. C’etait un peu trop noir pour moi
    Mais tu me donnes bien envie de regarder Anne with an E

    • luzycalor - septembre 5, 2018

      Fonce. C’est sans doute celle qui m’a le plus émue.

  • French Style Abroad - septembre 5, 2018

    J’ai bien aimé The end of the fucking world aussi 🙂 Pour le reste, je ne les ai pas vues mais je ne sais pas si ce serait mon style. En tout cas, Netflix me fait découvrir beaucoup de séries !

    • luzycalor - septembre 5, 2018

      Oui la plateforme propose des séries de qualité. Il faut écouter son entourage, fouiller et tu trouves des choses vraiment chouettes. Même si c’est un peu chronophage 😉

Laisser un commentaire

Nouveau : Expo Alfons Mucha au Musée du Luxembourg

Fil d’infos