Egon Schiele à la Fondation Louis Vuitton

La Fondation Louis Vuitton propose en ce moment 2 expositions majeures : l’une consacrée à Jean-Michel Basquiat, l’autre à Egon Schiele. Basquiat-Schiele, rien ne pouvait supposer qu’ils se partageraient l’affiche! Et pourtant… si l’univers singulier de Basquiat mêlant rites sacrés du vaudou, bandes-dessinées, publicité, personnages historiques et héros afro-américains de la musique ou de la boxe ne me parle pas beaucoup, celui d’Egon Schiele en revanche où s’expriment aussi crûment la sexualité et les tourments de l’âme m’émeut au plus haut point.

L’exposition, qui présente une vaste sélection de portraits et autoportraits, retrace formidablement l’univers excentrique et non conventionnel de l’artiste. Contemplant l’art figuratif de Schiele, le spectateur est jeté dans un tourbillon de sensations : il se sent attiré et repoussé, fasciné et choqué tout à la fois. Corps squelettiques aux traits déformés, mains désarticulées, visages grimaçants, les œuvres transpirent la violence crue et directe de ce marginal révolté. Une personnalité plus complexe qu’il n’y parait présentant de fortes analogies avec celle d’Arthur Rimbaud – un autre artiste qualifié de « maudit » – la même hyper sensibilité à fleur de peau. Similitude dont le jeune artiste autrichien aurait d’ailleurs à l’époque pris conscience en lisant le poète.

Chez Schiele les femmes s’affalent à moitié nues, se parent de fétiches érotiques comme porte-jarretelles et talons hauts, semblent se contorsionner dans un oubli de soi. Les dessins colorés mettent en valeur les seins, les sexes, les lèvres peintes en rouge. Le sort des hommes (l’artiste a réalisé beaucoup d’autoportraits) peut parfois paraître pire que celui des femmes. Les chairs surgissent en même temps que l’âme se dévoile. Les corps décharnés, désarticulés, presque cadavériques se révèlent soutenus par les rouges, les ocres, les oranges flamboyants.

Efféminé, élégant, angoissé, torturé, beau et hideux, colérique et stoïque :  Schiele et ses oeuvres c’est un peu de tout ça à la fois. Un cocktail explosif que la Fondation vous offre jusqu’au 14 janvier et à ne pas rater.

En savoir plus

Exposition Egon Schiele : Réserver

 

Partager sur
A propos de l'auteur

Luzycalor - traduire lumière et chaleur - est le blog d'une petite curieuse adepte de cinéma, musique, littérature et culture urbaine en tout genre. Vaste champ d'investigation isn't it? Parce que si culture s'étale comme confiture, les deux ont en commun un petit goût sucré dont on devient très vite addict. Bienvenue dans mon univers, ce monde vu de ma fenêtre!

Laisser un commentaire

Nouveau : Expo Alfons Mucha au Musée du Luxembourg

Fil d’infos